CHARTE POUR LA CONCEPTION ET LA CORRECTION DE L ...

Baccalauréat Professionnel ? Documents ressources 2010 ? Charte des examinateurs et annales zéro - 1 ... d'apprentissage habilités qui auront choisi de se présenter à l'examen, l'épreuve de français, ..... Éditions Le Livre de Poche, 2001.


un extrait du document




DiplÔme intermÉdiaire du BEP
Charte pour l'Épreuve de français
La charte proposée ci-dessous est née des échanges menés lors des réunions
interacadémiques de janvier - mars 2010. Elle engage moralement les
enseignants, les concepteurs de sujets, et les examinateurs.
1- Cadres de la rÉflexion Texte de référence : B.O.E.N n°31 du 27 août 2009 A - Français, histoire - géographie et éducation civique : Coefficient 6 1 - Objectifs de l'épreuve :
La partie de l'épreuve portant sur le français permet de vérifier, à
l'issue de la première professionnelle, l'acquisition des trois compétences
citées dans le programme d'enseignement du français pour les classes
préparatoires au baccalauréat professionnel :
- Entrer dans l'échange écrit : lire, analyser, écrire
- Devenir un lecteur compétent et critique
- Confronter des savoirs et des valeurs pour construire son identité
culturelle.
La partie de l'épreuve portant sur l'histoire - géographie - éducation
civique vise à apprécier le niveau des connaissances et capacités acquises
par le candidat au cours de la première professionnelle dans les sujets
d'étude choisis parmi ceux prévus par le programme d'enseignement de
l'histoire - géographie - éducation civique. 2 - Modes d'évaluation a) Épreuve ponctuelle écrite (notée sur 20) - 3 heures Rappel article 3 : « Pour les candidats sous statut scolaire dans un
établissement public local d'enseignement ou dans un établissement privé
sous contrat qui sont engagés dans le cycle conduisant à un baccalauréat
professionnel et pour les jeunes en formation en vue de préparer un
baccalauréat professionnel par la voie de l'apprentissage dans des centres
de formation d'apprentis ou des sections d'apprentissage habilités qui
auront choisi de se présenter à l'examen, l'épreuve de français, histoire-
géographie et éducation civique est évaluée par contrôle ponctuel. Les
autres épreuves sont évaluées par contrôle en cours de formation (C.C.F.). Pour les candidats qui sont engagés dans le cycle conduisant au
baccalauréat professionnel dans le cadre de l'enseignement à distance ou
dans un établissement privé hors contrat, pour ceux qui sont en formation
en vue de préparer un baccalauréat professionnel par la voie de
l'apprentissage dans des centres de formation d'apprentis ou des sections
d'apprentissage non habilités, pour ceux qui ont préparé le diplôme par la
voie de la formation professionnelle continue dans un établissement privé
et pour les candidats majeurs ne justifiant pas avoir suivi une formation,
l'ensemble des épreuves générales est évalué par contrôle ponctuel. Les deux parties de l'épreuve (français et histoire - géographie -
éducation civique) sont évaluées à part égale, sur 10 points. - Première partie : français (1 heure 30)
À partir d'un texte littéraire et/ou d'un document, le candidat répond, par
écrit, à des questions de vocabulaire et de compréhension. Il rédige
ensuite un texte qui peut être une écriture à contraintes (suite de texte,
récit, portrait, écriture à la manière de) ou une écriture argumentative
(vingt à vingt-cinq lignes).
- Deuxième partie : histoire - géographie - éducation civique (1 heure 30) b) Contrôle en cours de formation (noté sur 20) Rappel article 3 : « Pour les candidats ayant préparé le diplôme par la
voie de la formation professionnelle continue dans un établissement public,
l'ensemble des épreuves générales est évalué par contrôle en cours de
formation. » Les situations d'évaluation de français sont notées sur 10 et celles
d'histoire - géographie - éducation civique également sur 10. Français :
Les deux situations d'évaluation prennent place à deux moments distincts du
cursus de formation. Elles sont référées à des objets d'étude inscrits au
programme des classes de baccalauréat professionnel. - Situation 1 : Lecture - 50 minutes
À la fin d'une séquence, pendant laquelle une ?uvre ou un groupement de
textes ont été étudiés, le professeur propose un support nouveau (texte ou
document iconographique) qui peut être pris dans l'?uvre étudiée, qui peut
être pris dans ce qui précède ou ce qui suit un extrait étudié dans le
groupement de textes, qui peut être un texte ou document iconographique
nouveau en lien avec la séquence dans laquelle s'insère l'évaluation.
Le candidat répond par écrit à trois consignes de travail. Il dispose de
l'ensemble de ses documents (les textes lus, l'?uvre, ses notes de cours,
des enrichissements de son choix, des travaux personnels ).
Deux consignes de travail visent à vérifier la capacité du candidat à
construire le sens du texte :
. compréhension du sens explicite d'un élément du texte : la question porte
sur le lexique, un fait de langue, un effet d'écriture . ;
. interprétation: la question porte sur un élément du texte ou sur
l'ensemble du texte en rapport avec le champ littéraire inscrit au
programme de l'objet d'étude.
Une troisième consigne de travail invite le candidat à choisir, dans
l'oeuvre ou dans le groupement de textes étudiés, un texte ou un document
iconographique qui lui a particulièrement plu, ou qui l'a particulièrement
frappé, et à expliquer son choix en une dizaine de lignes.
Le candidat dispose d'une fiche, élaborée par le professeur, précisant les
critères d'évaluation : connaissances relevant du champ littéraire et du
champ linguistique et capacités de lecture définies par le référentiel de
certification. - Situation 2 - Écriture - 50 minutes
À la fin d'une séquence pendant laquelle une ?uvre ou un groupement de
textes ont été étudiés, le professeur propose une consigne qui peut être :
. soit une contrainte d'écriture prenant appui sur un des supports étudiés
pendant la séquence,
. soit une question engageant une écriture argumentative en rapport avec la
séquence.
Le candidat rédige un texte de trente à quarante lignes. Il dispose de
l'ensemble de ses documents (les textes lus, l'?uvre, ses notes de cours,
des enrichissements de son choix, des travaux personnels ).
Définition générale des sujets
Le sujet proposé aux candidats de l'examen ponctuel vise à permettre la
validation d'un diplôme de niveau V. Cette validation se situe, dans le
cursus de formation, deux ans après la validation du Socle commun, et
marque donc, par rapport au Socle et au niveau de fin de troisième, une
augmentation des exigences. Le sujet proposé aux candidats est explicitement référé à un objet d'étude
de la classe de Première. Il s'inscrit dans la définition du B.O. : À
partir d'un texte littéraire et/ou d'un document, le candidat répond, par
écrit, à des questions de vocabulaire et de compréhension. Il rédige
ensuite un texte qui peut être une écriture à contraintes (suite de texte,
récit, portrait, écriture à la manière de) ou une écriture argumentative
(vingt à vingt-cinq lignes). Les questions posées permettent d'évaluer les compétences à « entrer dans
l'échange écrit : lire, analyser, écrire » et « devenir un lecteur
compétent et critique » en s'appuyant sur les connaissances, capacités et
attitudes du programme. Le barème est établi sur 20 points : la note est ramenée sur 10 (en
arrondissant au demi point supérieur) au moment de la saisie. Le questionnement se subdivise en deux parties notées chacune sur dix
points : « Évaluation des compétences de lecture », « Évaluation des
compétences d'écriture ». Les exemples de sujets, proposés ci-dessous (dans la partie « Annales
zéro »), comme les sujets qui seront proposés dans les premières sessions
de l'examen, ne se substituent pas au programme de la classe de Première
dans la réflexion des professeurs sur leur progression annuelle. Les
finalités et les contenus de la formation, définis pour la classe de
Première, demeurent la référence des enseignants ; ils fixent le niveau à
atteindre en fin de Première, afin que leurs élèves abordent sans
difficulté la classe de Terminale. Les programmes invitent, en particulier,
les professeurs à croiser à l'occasion plusieurs objets d'étude dans une
même séquence, pour développer les capacités de réflexion et de synthèse
des élèves ; même si le sujet proposé lors de l'examen du diplôme
intermédiaire du BEP est référé à un seul objet d'étude, il ne faudrait pas
que les enseignants abandonnent le croisement de plusieurs objets d'étude
dans le cadre de la formation.
2- Charte des concepteurs pour l'Élaboration des sujets Le sujet s'appuie sur un texte littéraire (d'une quarantaine de lignes
maximum) ou sur un texte littéraire et un document (iconographique ou
textuel). Les textes peuvent être des traductions. Les références des textes et documents doivent être rigoureusement
indiquées : nom et prénom de l'auteur, titre de l'?uvre, année de première
publication, éditeur, traducteur (le cas échéant). Les textes et les documents peuvent être accompagnés d'un bref paratexte
typographiquement distinct. Les textes comportent au maximum deux coupes qui ne trahissent pas
l'esprit des supports. Les champs littéraires indiqués en regard des objets d'étude dans le
programme de Première ne constituent pas le cadre exclusif dans lequel le
ou les textes et documents supports sont choisis.
- Ainsi, un sujet référé à l'objet d'étude « Du côté de l'imaginaire »
peut prendre appui sur des textes ou des documents n'appartenant pas
au mouvement surréaliste ni au registre fantastique.
- Ainsi, un sujet référé à l'objet d'étude « Les philosophes des
Lumières et le combat contre l'injustice » ne s'appuie pas
néce
....