MESURE 2 : Adaptation des parcours de formation des ... - Centre Inffo

Maintien du bon niveau de réussite aux examens en dépit de l'accueil de publics ...... jeunes et des apports théoriques (mathématiques, anglais, français, économie, droit). ... de son chantier, comment un chaudronnier réalise ses gabarits de traçage, ...... Il concernera exclusivement les jeunes les plus en difficulté en CAP.


un extrait du document




[pic] |
[pic] | |
[pic]
[pic] TABLE DES MATIERES
I DIAGNOSTIC GENERAL
II « 10 MESURES pour l'Apprentissage » page 5
III Plans de financement 2005 à 2009 page 10 à 16
Annexes I : fiches Action
- Fiche 1 : Campagne de communication page 18
- Fiche 2 : Passerelles pour l'alternance page 19
- Fiche 3 : Développeurs de l'apprentissage page 23
- Fiche 4 : Aide à la création de nouveaux CFA page 24
- Fiche 5 : Apprentissage dans le secteur public page 25
- Fiche 6 : Allocations et indemnités apprentis page 26
- Fiche 7 : Pré-apprentissage page 27
- Fiche 8 : Accès à la culture page 28
- Fiche 9 : Mobilité internationale page 29
- Fiche 10 : Développement quantitatif de l'Apprentissage page 30
- Fiche 11 : Animation des internats page 31
- Fiche 12 : Pub sur scène page 32
- Fiche 13 : Contrat de Développement Triennal page 33
19 CFA page 36 à 93
- Fiche 14 : Suivi en entreprise page 94
- Fiche 15 : Accès aux jeunes handicapés page 95
- Fiche 16 : Animateur du COM page 96
- Fiche 17 : Amélioration de l'offre page 97
- Fiche 18 : Reconnaissance des compétences page 98
- Fiche 19 : Parrainage page 99
- Fiche 20 : Qualité de l'alternance page 100
- Fiche 21 : Egalité des chances page 101
- Fiche 22 : Missions Locales page 103
- Fiche 23 : Cellule Insertion Médiation Ecoute page 104
- Fiche 24 : Efficience de l'Enseignement Agricole page 105
- Fiche 25 : FOAD sur les CAPA page 106
- Fiche 26 : Module préparatoire pour jeunes handicapés page 107
Annexe II
- Fiche 26 : ANPE : des axes renforcés page 109 CONTRAT D'OBJECTIFS ET DE MOYENS
Vu l'article L 118-1 du code du travail
Entre - L'Etat, représenté par le Préfet de la région Picardie et - La Région de Picardie, représentée par le Président du Conseil Régional,
agissant en vertu d'une délibération du Conseil régional de Picardie, en
date du , l'autorisant à signer la présente convention
Il est convenu ce qui suit : Diagnostic général : La Région Picardie rencontre d'importantes difficultés d'accès à la
qualification des jeunes.
En 2001, 14,8% des jeunes picards sont sortis du système scolaire sans
qualification professionnelle (8,5 % sortent sans diplôme des CFA ) ,
contre 7% au niveau national, soit chaque année plus de 3500 jeunes.
En 2004, dans le département de l'Oise, 600 jeunes issus de 3ème des
collèges, n'ont pu accéder à une formation de niveau V. Le nombre d'apprentis picards reste, par ailleurs, inférieur à la moyenne
nationale et évolue peu depuis 2000. Les dernières données disponibles indiquent que la part des apprentis dans
la population scolaire est de 2,4% en Picardie (source DARES 2002), pour
une moyenne nationale à 3,25%. La situation du chômage des jeunes en Picardie est préoccupante (taux de
chômage). L'Etat en est particulièrement conscient puisque pour les crédits
CIVIS, l'enveloppe a été considérablement augmentée par rapport aux poids
des jeunes de la région. Population concernée :
La part des jeunes femmes dans l'apprentissage est également inférieure à
la moyenne nationale (24 % contre 30,8 %, données 2003). Enfin, le taux d'accès aux contrats en alternance n'est que de 2% en
Picardie alors qu'il se situe à 2,2% au niveau national. Antérieurement aux années 2000, l'apprentissage était focalisé sur les
niveaux V , V bis et VI à travers les classes préparatoires à
l'apprentissage et les classes d'initiation pré professionnelle par
alternance.
Depuis les années 2000 on constate un accroissement de l'accès des niveaux
supérieurs (niveau IV en particulier). La Picardie comptait 16 apprentis pour 1000 emplois en 2003, ce qui nous
situe dans la moyenne nationale.
Le nombre d'apprentis au 1er Janvier 2005 était de 11710 Un taux élevé de ruptures anticipées
Les ruptures de contrat, restent une préoccupation importante.
Le quart des contrats signés sont rompus précocement. 2/3 des ruptures
interviennent dans les 2 premiers mois.
Les jeunes trouvent un autre emploi, la plupart du temps en apprentissage. Les ruptures sont plus fréquentes chez les femmes, les bas niveaux de
qualification, dans l'hôtellerie restauration, le commerce et les services. Il est nécessaire d'en limiter le nombre. Les moyens à mettre en ?uvre pour
cette réduction passent par la formation des maîtres d'apprentissage et par
l'organisation d'une médiation entre l'apprenti et son maître
d'apprentissage. Les visites d'entreprises doivent donc être renforcées, y compris et
surtout par des professionnels de la médiation qui transféreront
progressivement leurs savoirs faire aux formateurs des CFA. Enfin, dès 2005, il sera proposé aux apprentis en rupture de contrat de
poursuivre leur formation sous statut de stagiaire de la formation
professionnelle le temps de pouvoir signer un nouveau contrat. L'insertion des apprentis :
Plus des ¾ des apprentis sont en emploi 11 mois après la fin de leur
contrat et moitié d'entre eux le sont en apprentissage.
L'industrie et la construction offrent les meilleurs taux d'insertion à 11
mois. L'hôtellerie-restauration les moins bons.
Ces quelques indicateurs montrent bien le retard important auquel la
Picardie doit faire face. L'apprentissage est une voie féconde d'accès des jeunes à une qualification
reconnue, mais cette ambition se heurte à plusieurs problèmes repérés par
l'Etat et la Région Picardie :
- problème de mobilité des jeunes, des familles et des entreprises pour que
les plus jeunes puissent, si ils le souhaitent, trouver un contrat, un
accompagnement et une formation diplômante.
- problème d'élargissement de la carte des formations et des choix offerts
aux jeunes
- Dans un contexte où la mobilité géographique n'est pas évidente,
notamment pour les niveaux V et VI, il est nécessaire d'ouvrir de
nouvelles sections, de nouveaux CFA, de nouvelles filières si l'on veut
rendre l'apprentissage plus accessible et plus attractif.
- problème d'ouverture à l'apprentissage à de nouveaux métiers ou à de
nouveaux secteurs porteurs d'emplois (secteur social, sanitaire,
animation, secteur public, ..). cela suppose une action volontariste des
pouvoirs publics et des moyens pour accompagner l'émergence de nouvelles
offres de formation.
- problème de moyens pour les CFA qui malgré une gestion rigoureuse (La
Région a mis en place un système de comptabilité analytique en 2003) ne
parviennent pas toujours à équilibrer leurs comptes, à financer leurs
investissements et à dégager les moyens pour améliorer la qualité de
leurs prestations.
- problème d'image où l'apprentissage est trop souvent perçu comme une
filière pour les jeunes en situation d'échec et où les taux de rupture
sont trop importants.
- problème d'accompagnement :renforcer celui-ci est indispensable pour les
jeunes les plus en difficulté afin qu'ils puissent réussir.
- problème d'accès des jeunes les plus en difficultés (ceux issus de
l'enseignement spécialisé) car ils n'ont pas le niveau minimal requis
pour suivre la formation et/ou la capacité de s'intégrer dans
l'entreprise. Pour toutes ces raisons l'Etat et la Région Picardie conviennent
d'orientations concertées pour le développement et la modernisation de
l'apprentissage et de la nécessité d'une mobilisation accrue de moyens
destinés à développer qualitativement et quantitativement l'apprentissage,
par des actions concertées et inscrites dans la durée. Leur volonté commune s'inscrit dans l'ambition d'un véritable plan de
développement et de rattrapage pour la Picardie de sorte que
l'apprentissage contribue à la qualification et l'insertion de plus de
jeunes de la région. Ce développement s'inscrira dans le cadre de l'élaboration d'une charte de
fonctionnement des CFA picards, construite en partenariat avec tous les
acteurs régionaux précisant notamment les règles de fonctionnement des CFA,
et les règles à respecter en matière de pédagogie de l'alternance, tant du
côté CFA que du côté entreprise. Cette charte « les CFA picards à l'horizon 2010 » sera mise en ?uvre dès la
fin 2005. Des contrats de développement triennaux permettront aux CFA d'obtenir les
moyens financiers nécessaires pour atteindre les objectifs fixés par cette
charte. Mais ce développement suppose que jeunes et entreprises soient ensemble au
rendez-vous. Des moyens d'information et de communication sont mobilisés sous forme de
guides destinés aux entreprises et aux jeunes signataires de contrats
d'apprentissage. L'Etat et la Région se proposent dans le cadre du présent contrat d'étendre
cette communication par une campagne d'affichage annuelle et de journées
« portes ouverte »s réalisées par les CFA; par un renforcement de
l'information sur les filières de formation par voie d'apprentissage dans
les établissements scolaires et en direction des jeunes suivis dans le
cadre du dispositif MGEN et par le développement d'une sensibilisation
accrue des jeunes filles aux formation par l'apprentissage en valorisant
l'ensemble des filières de formation. Par ailleurs, le constat est fait d'une forte discrimination à l
....