le document au format texte (.doc) - Institut Docteur Angélique

Examens de janvier/février : du 28 janvier au 9 février 2008 ...... les EC « MTU » et « Méthodologie de l'observation » l'examen standard est obligatoire pour tous ... tous les E.C. dont la note est inférieure à 10, ainsi que les EC où il a été " Défaillant". ...... conceptualisation (exemples : arbre, couleurs, termes de parenté, etc.) ...


un extrait du document




Catéchisme de l'Eglise Catholique et Somme Théologique
Sommaire et résumé interactif
Images explicatives 23 1ère partie : Dieu et la création 23
Chapitre 1 : l'être de Dieu 23
Chapitre 2 : les attributs de Dieu 23
Chapitre 3 : la Trinité 24
Chapitre 4 : la création 25
Chapitre 5 : les anges 26
Chapitre 6 : l'âme humaine 27
Chapitre 7 : la création et la génération de l'homme 28
2ème partie : les dons de l'âme humaine 29
Chapitre 1 : la fin ultime de la vie humaine 29
Chapitre 2 : la volonté 30
Chapitre 3 : les passions 30
Chapitre 4 : les vertus 30
Chapitre 5 : le péché 31
Chapitre 6 : la loi 31
Chapitre 7 : la grâce 32
Chapitre 8 : les vertus théologales 32
Chapitre 9 : la prudence et la justice 33
Chapitre 10 : la force et la tempérance 33
Chapitre 11 : les spécificités de la grâce 33
3ème partie et supplementum : le Christ et les sacrements 34
Chapitre 1 : l'incarnation du Christ 34
Chapitre 2 : la vie terrestre du Christ 34
Chapitre 3 : la passion du Christ 35
Chapitre 4 : les sacrements 35
Chapitre 5 : les sacrements de croissance et de guérison 35
Chapitre 6 : les sacrements de communion 36
Chapitre 7 : les fins dernières 36 Appendices 37 Prières introductives 37
1ère partie : Dieu et la Création 37
2ème partie : les dons de l'âme humaine 39
3ème partie et supplementum : le Christ et les sacrements 42
Jeux 42 Résumé d'extraits - cliquer sur le n° page pour les extraits 43 1ère partie : Dieu et la création 43
Chapitre 1 L'être de Dieu 43
L'existence et la simplicité de Dieu 43
La théologie est une science car elle s'appuie sur les principes de
la révélation ; elle discute avec celui qui les nie, soit
directement, soit en réfutant les arguments qui s'y opposent ; elle
utilise aussi les intuitions qui l'ont précédées ou suivie pour
montrer sa cohérence avec l'approche naturelle, même si cette
dernière reste hésitante 43
L'existence de Dieu est démontrable par son effet qui est le
mouvement dans l'univers : si la chaîne des moteurs de ce mouvement
n'avait pas de début, il n'y aurait pas de mouvement du tout 44
Le premier moteur ne peut alors pas être un corps qui pourrait être
mû, et donc ne peut être composé d'une nature et d'un sujet, ni non
plus d'essence et d'existence, car il resterait alors en partie en
puissance : il ne peut être qu'acte pur 45
Ainsi Dieu est nécessairement immuable et unique, car sinon il ne
serait pas acte pur 46
Les noms de Dieu 46
Les noms attribués à Dieu, abstraits pour sa simplicité et concrets
pour sa perfection, peuvent vraiment désigner ce qu'il est, mais
seulement par analogie, et non au sens limitatif des êtres créés,
tels que « connaître » et « créer », puisque Dieu crée en se
connaissant lui-même. 46
Le nom de Dieu n'est pas communicable proprement car il désigne une
nature singulière, mais selon l'opinion que l'on a de la divinité ;
les affirmations le concernant sont composées mais savent qu'elles
désignent la même simplicité. « Celui qui est » montre ainsi son
existence identique à son essence et sa non détermination dans des
concepts particulier. 47
Exercices : 48
L'existence de Dieu n'est pas évidente par le seul fait d'imaginer
un être tel que rien ne soit plus grand, car l'imagination de
provoque pas l'existence réelle 48
Tout être mû est nécessairement mû par un autre, car on ne peut être
à la fois en puissance et en acte, ce qui écarte l'objection d'un
mouvement circulaire 48
Dans la chaîne des causes, on ne peut remonter à l'infini pour les
causes essentielles mais on le peut pour les causes accidentelles,
telles que de multiples exemplaires d'un objet 49
L'éternité est ce qui ne comporte pas de succession, étant tout à la
fois, comme une bouteille d'eau congelée, et le « temps » des anges
comporte un avant et un après dans leurs attributs seulement, comme
leurs choix, mais pas dans leur être même, comme une bouteille d'eau
congelée qui commence à fondre ; ou bien comme une galaxie, un astre
immuable et la terre 49
Chapitre 2 : Les attributs de Dieu 49
La science et la vérité 49
Par son immatérialité, Dieu est suprêmement connaissant par son être
même, il connaît à travers lui-même toute la création dans le
détail, et ainsi en est la cause car sa connaissance est son être
même. 50
Dieu connaît non seulement tout le passé, présent et avenir mais
aussi tous les possibles non réalisés, et tous les maux par les
biens dont ils sont la privation. 51
Les idées qui forment l'univers sont toutes en Dieu dans la
simplicité de la vue qu'il a de lui-même 51
La vérité est dans la conformité de l'intelligence à la chose
connue, et de la chose connue à l'intelligence qui l'a conçue, sa
nature ; ainsi la vérité est dans l'intelligence qui connaît sa
propre vérité car connaître est sa nature, ce qui convient au plus
haut point à Dieu 52
La vérité est unique et immuable dans l'intelligence de Dieu,
multiple et variable dans les intelligences humaines ; l'erreur se
trouve rarement dans la sensation ou dans l'intelligence de l'être
même des choses, mais dans la composition que l'intelligence peut en
faire 53
La volonté et la providence 53
L'intelligence divine suprême donne à Dieu la vie suprêmement
autonome et la volonté qui est aussi son être même 54
La volonté de Dieu s'étend par surabondance à l'univers, dirigeant
des causes nécessaires ou défectible, car il est meilleur de
permettre aux créatures d'être autonomes ; elle est aussi amour et
justice distributive fondée sur sa miséricorde 55
De même, Dieu ordonne l'univers selon une providence comportant des
causes nécessaires et contingentes, la prédestination et la
réprobation des êtres rationnels pour la vie éternelle. 56
La prédestination ou réprobation n'excluent pas le libre-arbitre et
la prière de saints, car la connaissance de Dieu englobe les causes
contingentes et inscrit infailliblement dans le livre de Vie. 57
La puissance de Dieu concerne ce qu'il est, c'est-à-dire toute
l'étendue de l'être, et donc n'est limitée que par le non-être
inconcevable par la raison, par exemple que le passé n'ait pas été
57
Exercices : 57
La forme est ce qui amène un objet à son bien propre ; elle ne peut
être séparée de sa matière, car un composé ne peut être engendré que
par son semblable, et car par exemple les objets mathématiques ne
sont pas attirants. 58
La bonté et la vérité sont identiques à l'être en réalité, ne
diffèrent que par leur raison d'attirance ou de connaissable 58
Chapitre 3 : La Trinité 58
La procession et les personnes 58
Il existe en Dieu deux actions appelées processions, à l'image de
l'activité intellectuelle : l'intelligence et la volonté, qui
donnent lieu à quatre relations entre les termes de ces actions :
paternité et filiation, spiration et procession. Ces relations sont
réelles car elles relient des choses de même nature et ne sont pas
des comparaisons de l'esprit entre deux natures différentes,
distinctes car elles contiennent une opposition relative, et
essentielles et donc subsistantes car il n'y a pas d'accident en
Dieu. 60
La notion de personne désigne une substance individuelle d'une
nature raisonnable, et donc peut s'appliquer pour les relations
subsistantes en Dieu : la paternité est le Père, la filiation le
Fils. Deux relations ne sont distinctes que lorsqu'elles s'opposent,
donc elles appartiennent à deux personnes différentes lorsqu'elles
s'opposent, et à une seule lorsqu'elles ne s'opposent pas : la
spiration ne s'oppose ni à la paternité ni à la filiation, donc
appartient au Père et au Fils ; mais la procession ne peut
appartenir ni au Père ni au Fils car alors l'intelligence viendrait
de l'amour, alors qu'en fait on n'aime que ce que l'on connaît ; en
outre, la procession s'oppose à la spiration, elle appartient donc
nécessairement une troisième personne, l'Esprit. 61
Notre connaissance des personnes 61
Il n'est possible à la raison humaine que de connaître les effets de
Dieu sur le monde, mais pas ce qui lui est interne comme la
procession des personnes, mais cette révélation nous est nécessaire
pour mieux comprendre la création et le salut par la puissance du
Verbe et l'amour de l'Esprit 61
Afin de mieux expliciter les personnes divines, il est possible
d'employer des notions qui nomment abstraitement les relations
qu'elles représentent, comme paternité et de filiation, ou des actes
notionnels qui nomment les mouvements que notre connaissance
sensible attache habituellement aux relations, comme génération et
la naissance, mais qui en Dieu leur sont identiques. 62
Le Père est Principe plus que cause, le Fils est Verbe ou Image
comme concept intérieur plus que comme parole, et l'Esprit Saint est
Amour qui procède de son origine et non simple relation, comme le
Verbe n'est pas simplement connaître, il est aussi Don comme
....