Introduction à la Grammaire et à la Linguistique - Nicolas Guilliot

-Validation pas de CC, seulement un examen final (100%), certainement basé sur des questions ... -Syntaxe : étude de l'arrangement des mots dans une proposition (phrase). -Morphologie : étude de la formation des mots dans le langage.


un extrait du document




Cours Magistral de Grammaire et Linguistique française
(Cours donné à l'Université de Nantes, L1 Lettres Modernes, 2005-2006)
Nicolas GUILLIOT
(version intégrale du cours sur http://nicolas.guilliot.chez-alice.fr) Cours Magistral de Grammaire et Linguistique française 1
Présentation : 3
Introduction : 3
La grammaire comme objet d'étude ( la linguistique 3
Vers une définition de "la grammaire" 3
Grammaire normative/prescriptive vs descriptive 4
Un but prédictif: jugements de grammaticalité 6
Ce qu'il nous manque : le point de départ 8
Principaux axes du cours : 8
Bibliographie : 8
CM#2 8
1. La phrase simple 9
1.1. Une question de point de vue 9
1.2. Une forme canonique de base ? 9
1.3. Fonctions syntaxiques, sémantiques et discursives 10
Fonctions syntaxiques : (sujet, objet, attribut,...) 11
CM#3 12
Fonctions sémantiques : (agent, patient, instrument,...) 12
Fonctions Discursives : (thème, rhème, topique, focus,...) 13
1.4. Interactions entre ces fonctions 13
1.5. Compléments et circonstants : obligatoires ou optionnels 14
CM#4 15
1.6. Un ensemble structuré et hiérarchisé 15
2. Les mots 16
2.1. Les catégories grammaticales 16
2.2. Classification sémantique 17
2.3. Classification morphologique 18
2.4. Classification distributionnelle. 20
2.5. Le cas des déterminants 21
CM#5 22
2.6. Le cas des pronoms 22
2.7. La sous-catégorisation 22
3. Le nom et le groupe nominal 25
3.1. Propriétés générales 25
3.2. Le déterminant 27
CM#6 28
3.3. Le nom : la sous-catégorisation et ses conséquences 28
3.4. Les modificateurs 32
3.4.1. L'adjectif épithète 32
CM#7 Révisions et Exercices 36
CM#8 36
3.4.2. Les Noms épithètes 38
3.4.3. Les groupes prépositionnels = compléments du nom 38
CM#9 38
3.4.4. La subordonnée relative 41
CM#10 45
3.4.5. Les Propositions Complétives 45
3.4.6. Les propositions infinitives 47
4. Le verbe et le groupe verbal 47
4.1. Propriétés générales 47
4.2. Fonctions sémantiques : la notion de valence 48
4.3. Fonctions syntaxiques : transitivité, attribut 48
4.3.1. La transitivité 49
CM#11 50
4.3.2. L'attribut 51
4.4. La variabilité syntaxique et sémantique des verbes 53
4.4.1. Les emplois absolus 53
4.4.2. Les verbes à objet interne 54
4.4.3. Les verbes réversibles 54
4.4.4. Les constructions pronominales 54
CM#12 56
5. Les types de phrase 56
5.1. Types énonciatifs 56
5.2. Types de réarrangement communicatif 58
5.3. Interactions 59
6. Les propositions complexes : coordination et subordination 60
6.1. Subordination (parce que) vs coordination (car) 60
6.2. La coordination 60
6.3. La subordination 61
Présentation : -présentation perso ( adresse e-mail : nicolas.guilliot@wanadoo.fr
Bureau : 4035
-1 CM de 1h30 par semaine (le lundi de 10h30 à 12h00)
-12 séances ( 18h00 de cours
-Pas de TDs ( rendre le CM le plus interactif possible
-Validation ( pas de CC, seulement un examen final (100%), certainement
basé sur des questions de cours et surtout des exercices
d'application direct du cours
-Petite enquête perso ( proportion des étudiants en parcours "Sciences du
langage"
Introduction : But de cette introduction : définir précisément quels sont les objectifs de
ce cours. La grammaire comme objet d'étude ( la linguistique
La linguistique : discipline qui prend pour objet d'étude les grammaires
des langues naturelles du monde.
( Se divise en sous-disciplines :
-Phonologie : étude des sons du langage
-Syntaxe : étude de l'arrangement des mots dans une proposition
(phrase)
-Morphologie : étude de la formation des mots dans le langage
-Sémantique : étude du sens véhiculé par la construction des phrases.
-Pragmatique : étude du langage en situation (dimension communicative
du langage avec un locuteur et un interlocuteur)
( Interactions infinies entre ces disciplines. Par exemple, la façon dont
un mot est formé va avoir une influence sur le sens de ce mot. Vers une définition de "la grammaire"
Plusieurs définitions possibles du mot "grammaire", qui correspondent à des
objectifs et des orientations différentes. Basé sur le Petit Robert :
Grammaire :
1. ensemble de règles à suivre pour écrire et parler une langue (règles de
bonne formation).
2. ensemble des structures et des règles qui permettent de produire tous
les énoncés appartenant à une langue et seulement eux.
3. étude systématique des éléments constitutifs d'une langue donnée. ( A priori, peu de différence entre ces définitions. Cependant, elles
correspondent à des objectifs tout-à-fait différents. La définition 1 a une
perspective purement normative ou prescriptive, alors que les 2 suivantes
sont orientées d'un point de vue linguistique. Grammaire normative/prescriptive vs descriptive
La grammaire normative telle qu'elle est enseignée à l'école primaire
a un but prescriptif et normatif. Elle ne cherche pas à décrire la manière
dont les gens parlent, mais plutôt à imposer une langue à partir de règles
strictes, à codifier une variété du français (un registre de langue). Pour
résumer, la grammaire traditionnelle impose une norme, mais n'essaye pas de
comprendre ou de déterminer l'usage réel d'une langue par un locuteur.
( Une grammaire normative : description complète des conventions
grammaticales d'une langue fixée par une institution.
( Correspond le plus souvent à une grammaire de la langue écrite, la langue
standard, voire soutenue (pas forcément celle que l'on utilise tous les
jours).
( Et correspond aussi sans doute à votre idée de la grammaire. Pour le français, c'est l'Académie Française qui fixe ces normes.
C'est aussi les ?uvres littéraires qui cautionnent l'emploi d'une tournure
de phrase. Exemple #1 :
La grammaire normative va forcer l'utilisation de "bien que" au lieu de
"malgré que", ou bien l'utilisation de "la voiture de ma s?ur" face à "la
voiture à ma s?ur" 1) a. Il se présente aux élections présidentielles bien qu'il n'ait
aucune chance d'être élu.
b. %Il se présente aux élections présidentielles malgré qu'il n'ait
aucune chance d'être élu.
2) a. Il est allé chez le dentiste.
b. %Il est allé au médecin. ( Le signe % assigné à un énoncé signifie que celui-ci ne correspond pas à
du français standard, qu'il n'est pas strictement bien formé ( Problème lié à cette perspective de la grammaire, vue seulement comme un
objet contraint par des normes : ne prend pas du tout en compte tous ces
énoncés non-standards dont certains apparaissent très couramment (voir
l'exemple de la négation en français où le "ne" a disparu des énoncés oraux
bien qu'on n'ait appris aucune règle pour cette effacement). Il existe une perspective plus intéressante dans l'étude de la
grammaire d'une langue (voir définitions 2 et 3).
Grammaire (d'un point de vue linguistique) :
2. ensemble des structures et des règles qui permettent de produire tous
les énoncés appartenant à une langue et seulement eux.
3. étude systématique des éléments constitutifs d'une langue donnée. ( CE COURS S'INSCRIT BIEN EVIDEMMENT DANS CETTE PERSPECTIVE LINGUISTIQUE. Dans cette perspective, l'étude des règles et des structures qui
régissent une langue a 2 buts (( normatif), un but descriptif et un but
prédictif.
( Correspondent aux buts de la linguistique :
-discipline cherchant à décrire les langues, d'où cette dimension
descriptive.
-discipline qui vise aussi à faire des prédictions sur les langues. Retour sur Exemple #1 :
3) a. %Il se présente aux élections présidentielles malgré qu'il n'ait
aucune chance d'être élu.
b. %Il est allé au médecin. ( Question que l'on peut se poser en linguistique : si ces énoncés sont
proscrits en français, pourquoi apparaissent-ils ?
Réponse #1 : parce qu'ils ne sont pas agrammaticaux, mais juste mal
formés.
( Notre grammaire ne doit pas complètement exclure ces énoncés
puisqu'ils apparaissent.
Réponse #2 : Intuitivement, on peut comprendre pourquoi ces exemples
apparaissent.
( Pour (3)a, sorte d'accommodation/assimilation morphologique : notre
grammaire contient de nombreuses conjonctions complexes du type
Adv./Prép.+que (parce que, bien que, lors-que, dès que, après que,
avant que...)
( Pour (3)b, sorte d'accommodation/assimilation sémantique : on
associe le COD du verbe "aller" seulement comme un lieu, légitimant
ainsi l'utilisation de "au". On pourrait paraphraser : "je vais à
l'endroit où se trouve mon médecin". ( CELA NE SIGNIFIE PAS QUE L'ON PEUT FAIRE CE QU'ON VEUT Un but prédictif: jugements de grammaticalité
Nos jugements de grammaticalité (le fait que l'on juge une phrase comme
grammaticale ou non) dépendent des principes ou règles de notre grammaire.
A partir de ces règles, nous pouvons prédire si une phrase est grammaticale
ou non. 1) Jean sait que Marie pense qu'elle connaît le nom de la femme du frère
de son copain qui a vu le film dont j'ai entendu parler à la radio que
j'écoutais dans ma voiture. ( Qu'est ce qui, dans notre grammaire, nous permet de construire des
phrases aussi complexes et d'avoir un jugement de grammaticalité sur celles-
ci ?
La grammaire traditionnelle normative ne nous a pas confronté à de
telles phrases. Pourtant, un locuteur la jugera grammaticale. La
linguistique va ch
....