Expérience du responsable dans le domaine de l'UE - Sites ...

L'examen critique se trouve par suite séparé de l'analyse proprement dite et re jeté dans la quatrième partie. Peut-être dira-t-on ..... abandonné Paris et se fut retiré dans son château de Flux près. de Beaugency (4). .... C'est, sur cette matière, un des meilleurs ouvrages que je connaisse. ...... (1) (Knvrcs ro)iipl('tcs. T. IV : / ...


un extrait du document




[pic] MASTER DE SCIENCES ET TECHNOLOGIES MENTION : INFORMATIQUE
Nom de l'établissement : UNIVERSITÉ PIERRE ET MARIE CURIE (PARIS VI) Adresse : 4 PLACE JUSSIEU, 75252 PARIS CEDEX 05 Statut juridique de l'établissement : ÉTABLISSEMENT PUBLIC À CARACTÈRE SCIENTIFIQUE, CULTUREL
ET PROFESSIONNEL Président : Jean-Charles POMEROL, professeur
téléphone : 01 44 27 33 50
télécopieur : 01 44 27 38 29
adresse électronique : Jean-Charles.Pomerol@upmc.fr Domaine de formation unique en Sciences et Médecine : SCIENCES ET TECHNOLOGIE Date d'ouverture prévue pour la formation : SEPTEMBRE 2006 Dates d'approbation par les Conseils de l'établissement : CEVU : 10/10/2005
CA : 24/10/2005 MASTER DE SCIENCES ET TECHNOLOGIES MENTION : INFORMATIQUE PARTIE I - PRÉSENTATION GÉNÉRALE DE LA MENTION
Responsable de la formation : Jacques Malenfant, professeur Université Pierre et Marie Curie ET Laboratoire d'informatique de
Paris 6
UFR 922 - Informatique Pôle IA - Case 169
Maison de la Pédagogie UPMC - CNRS (UMR 7606)
4 Place Jussieu 8 rue du Capitaine Scott
75252 PARIS CEDEX 05 75015 Paris
téléphone : 01 44 27 72 29 téléphone : 01 44 27 88 01
télécopieur : 01 44 27 62 86 télécopieur : 01 44 27 70
70
mél : Jacques.Malenfant@upmc.fr mél :
Jacques.Malenfant@lip6.fr
Présentation de la mention
En quelque cinquante ans d'existence, l'informatique est devenue la
première sinon l'une des premières fonctions en ce qui concerne le
recrutement des cadres en France. Malgré les aléas conjoncturels, cette
demande du marché du travail justifie de la part de la nation un effort de
formation soutenu dans le domaine. La mention « Informatique » du master
de sciences et technologies de l'UPMC a pour ambition de contribuer à cet
effort en s'appuyant à la fois sur la longue tradition de ses contacts avec
l'industrie et sur les compétences de l'UPMC dans le domaine, professeurs
et maîtres de conférences pour l'essentiel regroupés au sein du Laboratoire
d'Informatique de Paris 6 (LIP6), l'un des plus gros et des plus
performants laboratoires en informatique de France. La mention peut aussi
compter sur de nombreux partenaires académiques, scientifiques et
industriels, dont l'École nationale supérieure des télécommunications de
Paris (ENST) avec laquelle elle demande la co-habilitation de certaines de
ses spécialités. La présente demande d'habilitation prend comme point de départ
l'expérience de la première année d'existence de la mention et propose des
améliorations visant à rendre la formation à la fois plus lisible, plus
souple et mieux adaptée aux demandes des étudiants, du marché du travail et
de la recherche. En effet, s'il existe une autre constante dans le domaine
de l'informatique depuis plus de cinquante ans, c'est bien la rapidité de
l'évolution de cette « jeune » discipline. Suivre ces évolutions rapides
est un défi de tous les instants pour toutes les formations du domaine, et
les nouveaux masters n'y échappent évidemment pas. Malgré la forte demande
qui assure des débouchés importants aux diplômés, les formations se doivent
d'adopter un rythme élevé de ressourcement pour répondre à ces évolutions,
qui touchent les fondements de la discipline, bien sûr, mais également les
besoins du marché du travail. Depuis quelques années, en effet, la mondialisation de l'industrie
informatique a pris une forme que l'occident n'avait guère connue jusque là
et qui bouleverse la donne de l'insertion professionnelle des jeunes
diplômés : la délocalisation vers les pays émergents (Inde, Chine, ...).
Face à une croissance de la complexité des systèmes et de la taille des
applications, l'industrie doit maîtriser ses coûts. En stéréotypant de plus
en plus son travail, l'industrie informatique, autrefois utilisant pour
l'essentiel une main-d'?uvre occidentale, s'est donnée les moyens de faire
massivement appel à la délocalisation vers les pays émergents dont la bonne
qualité du travail et les coûts de main d'?uvre encore peu élevés lui
donnent un avantage concurrentiel indispensable aujourd'hui. Dans ce contexte de concurrence exacerbée, les formations de master se
doivent d'accélérer et d'accentuer leur évolution. Il ne suffit plus de
former des informaticiens au fait des concepts de leur discipline, rompus à
l'utilisation des technologies les plus à la pointe, et à l'application des
meilleurs stéréotypes techniques. Il est maintenant crucial de leur faire
maîtriser les savoir-faire les plus performants de manière à ce qu'ils
sachent donner à leur travail une productivité qui soit très largement au-
dessus de celle de cette nouvelle compétition des pays émergents. Cette
exigence, de plus en plus transversale par rapport aux sorties dites
« recherche » (correspondant aux anciens DEA) et « professionnalisante »
(correspondant aux anciens DESS), est une trame de base à la constitution
du programme de notre mention. L'ambition de la mention « Informatique » du master de sciences et
technologies de l'Université Pierre et Marie Curie est donc d'offrir une
formation de pointe qui prépare ses futurs diplômés à affronter un marché
du travail toujours plus exigeant, plus mondialisé et plus compétitif.
Héritière des DEA et DESS en informatique de Paris 6, la mention
« Informatique » a également pour ambition de maintenir un même niveau
d'excellence que celui de ces formations reconnues depuis des années et ce,
en s'appuyant sur les méthodes pédagogiques et organisationnelles qui y ont
fait leurs preuves. Notre objectif pédagogique est de prendre les étudiants ayant un
niveau au moins équivalent à celui de la licence informatique et de les
porter à ce niveau de compétence exigé à la fois par le monde de
l'entreprise et par le monde de la recherche, dont les besoins en termes de
profils de sortie sont en pleine convergence à ce niveau d'études. Pour
cela, nous visons à leur faire acquérir successivement le complément de
formation conceptuelle nécessaire après une licence en informatique, puis
les connaissances pointues dans leur spécialité qui leur donneront un
positionnement en phase avec les besoins du marché du travail et de la
recherche, et enfin de leur faire maîtriser les savoir-faire et les outils
de haute productivité dans leur domaine de spécialité. Après avoir atteint ces objectifs dans les trois premiers semestres,
le quatrième semestre de la formation est essentiellement consacré à la
formation par la pratique. Celle-ci peut se réaliser par un stage en
laboratoire préparant à une poursuite d'études puis à une intégration sur
le marché du travail plutôt orientée recherche et innovation. Elle peut
aussi se réaliser par un stage en entreprise, préparant à une intégration
immédiate du marché du travail plutôt orientée développement, innovation et
encadrement. Dans l'ensemble, la formation doit permettre aux étudiants de
comprendre les fondements et techniques de la discipline, mais aussi
d'innover, pour ceux qui se dirigeront vers la recherche publique ou
privée, et de suivre pro-activement l'évolution de la discipline pour ceux
qui se dirigeront vers de métiers du développement, du conseil ou de
l'encadrement. Pour atteindre ces objectifs, la mention « Informatique » regroupe
l'ensemble des parcours de formation à dominante informatique de l'UPMC en
six spécialités, adossées aux domaines d'excellence de ses enseignants-
chercheurs issus le plus souvent du LIP6, et en association avec nos
partenaires académiques : - Architecture et conception des systèmes intégrés (ACSI),
- Intelligence artificielle et décision (IAD), en habilitation partagée
avec l'ENST,
- Imagerie (IMA), en habilitation partagée avec l'ENST,
- Réseaux (RES), en habilitation partagée avec l'ENST,
- Systèmes est applications répartis (SAR), en habilitation partagée
avec l'ENST, et
- Science et technologie du logiciel (STL). Quatre spécialités (IMA, IAD, RES et SAR) sont demandées en habilitation
partagée avec l'École Nationale Supérieure des Télécommunications de Paris
(ENST). Les relations fortes entre l'UPMC et l'ENST dans le domaine de
l'informatique remontent à plusieurs années et étaient consacrées par des
co-habilitations dans plusieurs DEA avant la réforme du LMD. À l'occasion
de ce dossier à mi-parcours, les deux établissements se sont entendus pour
faire cette demande d'habilitation partagée, à partir de laquelle ils
souhaitent construire en commun une formation attractive à la fois pour les
élèves-ingénieurs et pour les étudiants.
Outre son ancrage disciplinaire, la mention favorise également les
parcours de formation à la frontière entre disciplines là où existe un
potentiel industriel ou de recherche réel et là où nous pouvons nous
appuyer sur notre compétence affirmée. C'est le cas en particulier : - de la spécialité « ACSI » qui est partagée avec la mention « Sciences
de l'ingénieur » et qui est conçue pour former des spécialistes de la
conception de circuits et systèmes électroniques intégrés ayant une
complète bi-compétence en informatique et en électronique ;
- de la spécialité « STL » qui offre des parcours montés en commun avec
la mention « Mathématiques et mathématiques app
....