Rapport du Groupe de travail

1 nov. 2005 ... Le Groupe de travail a ensuite procédé à l'examen des politiques ...... fournis par les entreprises publiques; et la capacité d'absorption du marché des capitaux. ...... emplacement, de matériel, d'entrepôts, d'ateliers et de terre?pleins. ...... de désert et humidificateurs) d'une puissance n'excédant pas 1,5 kW.


un extrait du document



Organisation Mondiale
du CommerceRESTRICTEDWT/ACC/SAU/61
1er novembre 2005(05-5141)Groupe de travail de l'accession
du Royaume d'Arabie saoudite


RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DE L'ACCESSION DU ROYAUME D'ARABIE SAOUDITE À l'organisation MONDIALE DU COMMERCE


TABLE DES MATIÈRES


Page


 TOC \o "1-3" \h \z \u  HYPERLINK \l "_Toc118709101" I. INTRODUCTION  PAGEREF _Toc118709101 \h 1
 HYPERLINK \l "_Toc118709102"  Documents fournis  PAGEREF _Toc118709102 \h 1
 HYPERLINK \l "_Toc118709103" II. POLITIQUE ÉCONOMIQUE  PAGEREF _Toc118709103 \h 8
 HYPERLINK \l "_Toc118709104" - Politiques monétaire et budgétaire  PAGEREF _Toc118709104 \h 8
 HYPERLINK \l "_Toc118709105" - Fiscalité et Zakat  PAGEREF _Toc118709105 \h 9
 HYPERLINK \l "_Toc118709106" - Politique de change et paiements extérieurs  PAGEREF _Toc118709106 \h 11
 HYPERLINK \l "_Toc118709107" - Politique de la concurrence  PAGEREF _Toc118709107 \h 12
 HYPERLINK \l "_Toc118709108" - Politique des prix  PAGEREF _Toc118709108 \h 12
 HYPERLINK \l "_Toc118709109" - Privatisation et entreprises publiques ou contrôlées par l'État ou jouissant de privilèges spéciaux ou exclusifs  PAGEREF _Toc118709109 \h 16
 HYPERLINK \l "_Toc118709110" - Régime de l'investissement  PAGEREF _Toc118709110 \h 30
 HYPERLINK \l "_Toc118709111" III. CADRE POUR L'ÉLABORATION ET L'APPLICATION DES POLITIQUES  PAGEREF _Toc118709111 \h 35
 HYPERLINK \l "_Toc118709112" IV. MESURES AFFECTANT LE COMMERCE DES MARCHANDISES  PAGEREF _Toc118709112 \h 42
 HYPERLINK \l "_Toc118709113" - Droit de pratiquer le commerce  PAGEREF _Toc118709113 \h 42
 HYPERLINK \l "_Toc118709114" A. RÉGLEMENTATION DES IMPORTATIONS  PAGEREF _Toc118709114 \h 46
 HYPERLINK \l "_Toc118709115" - Régime d'importation  PAGEREF _Toc118709115 \h 46
 HYPERLINK \l "_Toc118709116" - Tarif douanier  PAGEREF _Toc118709116 \h 46
 HYPERLINK \l "_Toc118709117" - Contingents tarifaires et exonérations de droits  PAGEREF _Toc118709117 \h 47
 HYPERLINK \l "_Toc118709118" - Autres droits et impositions  PAGEREF _Toc118709118 \h 48
 HYPERLINK \l "_Toc118709119" - Redevances et impositions perçues à l'importation (pour services rendus)  PAGEREF _Toc118709119 \h 48
 HYPERLINK \l "_Toc118709120" - Systèmes de licences d'importation  PAGEREF _Toc118709120 \h 51
 HYPERLINK \l "_Toc118709121" - Restrictions quantitatives à l'importation, y compris les interdictions et contingents  PAGEREF _Toc118709121 \h 61
 HYPERLINK \l "_Toc118709122" - Évaluation en douane  PAGEREF _Toc118709122 \h 63
 HYPERLINK \l "_Toc118709123" - Règles d'origine  PAGEREF _Toc118709123 \h 65
 HYPERLINK \l "_Toc118709124" - Autres mesures à la frontière  PAGEREF _Toc118709124 \h 66
 HYPERLINK \l "_Toc118709125" - Application aux importations de taxes intérieures  PAGEREF _Toc118709125 \h 67
 HYPERLINK \l "_Toc118709126" - Inspection avant expédition  PAGEREF _Toc118709126 \h 67
 HYPERLINK \l "_Toc118709127" - Mesures antidumping, droits compensateurs et sauvegardes  PAGEREF _Toc118709127 \h 67
 HYPERLINK \l "_Toc118709128" B. RÉGLEMENTATION DES EXPORTATIONS  PAGEREF _Toc118709128 \h 68
 HYPERLINK \l "_Toc118709129" - Restrictions à l'exportation  PAGEREF _Toc118709129 \h 68
 HYPERLINK \l "_Toc118709130" - Droits à l'exportation  PAGEREF _Toc118709130 \h 69
 HYPERLINK \l "_Toc118709131" - Subventions à l'exportation  PAGEREF _Toc118709131 \h 70
 HYPERLINK \l "_Toc118709132" C. POLITIQUES INTÉRIEURES AFFECTANT LE COMMERCE DES MARCHANDISES  PAGEREF _Toc118709132 \h 70
 HYPERLINK \l "_Toc118709133" - Politique industrielle, y compris les subventions  PAGEREF _Toc118709133 \h 70
 HYPERLINK \l "_Toc118709134" - Obstacles techniques au commerce  PAGEREF _Toc118709134 \h 71
 HYPERLINK \l "_Toc118709135" - Transparence  PAGEREF _Toc118709135 \h 77
 HYPERLINK \l "_Toc118709136" - Mise en œuvre des obligations au titre de l'Accord OTC  PAGEREF _Toc118709136 \h 77
 HYPERLINK \l "_Toc118709137" - Mesures sanitaires et phytosanitaires  PAGEREF _Toc118709137 \h 77
 HYPERLINK \l "_Toc118709138" - Mesures concernant les investissements et liées au commerce  PAGEREF _Toc118709138 \h 84
 HYPERLINK \l "_Toc118709139" - Zones franches  PAGEREF _Toc118709139 \h 85
 HYPERLINK \l "_Toc118709140" - Marchés publics  PAGEREF _Toc118709140 \h 85
 HYPERLINK \l "_Toc118709141" - Commerce de transit  PAGEREF _Toc118709141 \h 86
 HYPERLINK \l "_Toc118709142" - Politique agricole  PAGEREF _Toc118709142 \h 87
 HYPERLINK \l "_Toc118709143" - Commerce des aéronefs civils  PAGEREF _Toc118709143 \h 89
 HYPERLINK \l "_Toc118709144" V. Régime de protection de la propriété intellectuelle touchant au commerce  PAGEREF _Toc118709144 \h 89
 HYPERLINK \l "_Toc118709145" A. GÉNÉRALITÉS  PAGEREF _Toc118709145 \h 89
 HYPERLINK \l "_Toc118709146" - Organes responsables de la formulation et de la mise en œuvre des politiques  PAGEREF _Toc118709146 \h 90
 HYPERLINK \l "_Toc118709147" - Participation aux instruments internationaux concernant la propriété intellectuelle  PAGEREF _Toc118709147 \h 90
 HYPERLINK \l "_Toc118709148" - Application du traitement NPF et du traitement national aux ressortissants étrangers  PAGEREF _Toc118709148 \h 90
 HYPERLINK \l "_Toc118709149" - Redevances et impositions  PAGEREF _Toc118709149 \h 90
 HYPERLINK \l "_Toc118709150" B. NORMES DE FOND EN MATIÈRE DE PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE, Y COMPRIS LES PROCÉDURES D'ACQUISITION ET DE MAINTIEN DES DROITS Y AFFÉRENTS  PAGEREF _Toc118709150 \h 92
 HYPERLINK \l "_Toc118709151" - Droits d'auteur  PAGEREF _Toc118709151 \h 92
 HYPERLINK \l "_Toc118709152" - Brevets  PAGEREF _Toc118709152 \h 92
 HYPERLINK \l "_Toc118709153" - Marques de fabrique ou de commerce  PAGEREF _Toc118709153 \h 94
 HYPERLINK \l "_Toc118709154" - Indications géographiques  PAGEREF _Toc118709154 \h 95
 HYPERLINK \l "_Toc118709155" - Dessins industriels  PAGEREF _Toc118709155 \h 95
 HYPERLINK \l "_Toc118709156" - Schémas de configuration de circuits intégrés  PAGEREF _Toc118709156 \h 95
 HYPERLINK \l "_Toc118709157" - Protection des variétés végétales  PAGEREF _Toc118709157 \h 95
 HYPERLINK \l "_Toc118709158" - Renseignements non divulgués  PAGEREF _Toc118709158 \h 95
 HYPERLINK \l "_Toc118709159" C. RESPECT DES DROITS  PAGEREF _Toc118709159 \h 96
 HYPERLINK \l "_Toc118709160" - Obligations générales  PAGEREF _Toc118709160 \h 96
 HYPERLINK \l "_Toc118709161" - Procédures civiles et administratives  PAGEREF _Toc118709161 \h 97
 HYPERLINK \l "_Toc118709162" - Mesures provisoires  PAGEREF _Toc118709162 \h 97
 HYPERLINK \l "_Toc118709163" - Prescriptions spéciales concernant les mesures à la frontière  PAGEREF _Toc118709163 \h 98
 HYPERLINK \l "_Toc118709164" - Procédures pénales  PAGEREF _Toc118709164 \h 98
 HYPERLINK \l "_Toc118709165" VI. MESURES INFLUANT SUR LE COMMERCE DES SERVICES  PAGEREF _Toc118709165 \h 99
 HYPERLINK \l "_Toc118709166" VII. Transparence  PAGEREF _Toc118709166 \h 109
 HYPERLINK \l "_Toc118709167" VIII. Notifications  PAGEREF _Toc118709167 \h 110
 HYPERLINK \l "_Toc118709168" IX. Accords commerciaux  PAGEREF _Toc118709168 \h 110
 HYPERLINK \l "_Toc118709169" CONCLUSIONS  PAGEREF _Toc118709169 \h 112
 HYPERLINK \l "_Toc118709170" ANNEXES  PAGEREF _Toc118709170 \h 113
 HYPERLINK \l "_Toc118709171" APPENDICE  PAGEREF _Toc118709171 \h 150


INTRODUCTION
Le 13 juin 1993, le gouvernement du Royaume d'Arabie saoudite (ciaprès dénommé l'Arabie saoudite) a demandé à accéder à l'Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT de 1947). À sa réunion du 21 juillet 1993, le Conseil des représentants du GATT de 1947 a établi un Groupe de travail chargé d'examiner la demande d'accession du gouvernement saoudien à l'Accord général au titre de l'article XXXIII et de présenter au Conseil des recommandations comportant éventuellement un projet de Protocole d'accession. Toutes les parties contractantes qui en exprimaient le désir pouvaient être membres du Groupe de travail. Conformément à la décision adoptée par le Conseil général de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) le 31 janvier 1995, le Groupe de travail de l'accession du Royaume d'Arabie saoudite au GATT de 1947 est devenu le Groupe de travail de l'accession du Royaume d'Arabie saoudite à l'OMC. Son mandat et sa composition sont précisés dans le document WT/ACC/SAU/2/Rev.22.
Le Groupe de travail s'est réuni les 2 et 3 mai, ainsi que les 6 et 8 novembre 1996; les 29 et 30 mai ainsi que les 2 et 4 décembre 1997; les 17 et 19 novembre 1998; le 22 septembre 1999, ainsi que le 5 avril et le 17 octobre 2000, sous la présidence de S.E. M. l'Ambassadeur J. Weekes (Canada); et les 23 et 24 octobre 2003, ainsi que le 25 février, le 29 avril et le 16 juin 2004 et les 11 et 28 octobre 2005 sous la présidence de S.E. M. l'Ambassadeur Munir Akram (Pakistan).
 Documents fournis
Le Groupe de travail disposait, comme base de discussion, de l'Aidemémoire sur le régime de commerce extérieur de l'Arabie saoudite (L/7489) ainsi que des questions posées par les Membres au sujet de ce régime et des réponses données par les autorités saoudiennes (L/7645 et Add.1; WT/ACC/SAU/3; WT/ACC/SAU/6, Add.1 à 3 et Add.3/Corr.1; WT/ACC/SAU/8 et Corr.1; WT/ACC/SAU/10; WT/ACC/SAU/13, Add.1, Add.1/Corr.1 et Rev.1; WT/ACC/SAU/29, Add.1 à 4 et Corr.1 et 2; et WT/ACC/SAU/35 et Corr.1); WT/ACC/SAU/44; WT/ACC/SAU/46; et WT/ACC/SAU/47 et Corr.1). Le gouvernement saoudien a aussi communiqué au Groupe de travail les renseignements suivants:
Plans de développement économique

 Sixième Plan de développement, Décret n° 142 du 19.11.1413H (10 mai 1993)
 Septième Plan de développement, Décret n° 126 du 28.05.1421H (29 août 2000)

Politiques économiques

- Politiques en matière de concurrence

- Loi sur les politiques en matière de concurrence, promulguée en application du Décret royal n° M/25 du 4.5.1421H (22 juin 2004)

- Politique des prix
 Résolution du Conseil des ministres n° 68 du 29.5.1412H (1er décembre 1991)
 Résolution du Conseil des ministres n° 260 du 23.10.1422H (7 janvier 2002) (annulant la Résolution n° 68 du Conseil des ministres de novembre 1992)
 Résolution n° 15 du Conseil suprême du pétrole et des ressources minérales du 11.3.1422H (3 juin 2001)
- Loi relative aux produits pharmaceutiques, promulguée en application du Décret royal n° M/18 du 18.3.1398H (25 février 1978)
 Privatisation
 Programme de réforme économique du Royaume d'Arabie saoudite, WT/ACC/SAU/54 (4 avril 2003)
 Décision du Conseil des ministres n° 219 du 6.9.1423H (11 novembre 2002) (Stratégie de privatisation)
 Décision du Conseil économique suprême n° 1/23 du 23.3.1423H (4 juin 2002)
 Résolution du Conseil des ministres n° 60 du 1.4.1418H (5 août 1997)
 Résolution du Conseil des ministres n° 257 du 11.11.1421H (5 février 2001)
 Décret royal n° 7B16941 du 6.11.1417H (15 mars 1997)
 Résolution du Conseil des ministres n° 169 du 11.8.1419H (30 novembre 1998) (Restructuration du secteur de l'électricité)

 Régime d'investissement
 Loi sur l'investissement étranger, Décret royal n° M/1 du 5.1.1421H (9 avril 2000) et règlements d'application du 14.4.1423H 24 (publiés le 24 juin 2002) (remplaçant la Loi de 1979 sur l'investissement de capitaux étrangers)
 "Liste négative", publiée par Décision du Conseil économique suprême n° 17/23 du 1.12.1423H (22 mai 1993)
 Loi sur l'investissement de capitaux étrangers, Ordonnance royale n° M/4 du 2.2.1399H (1er janvier 1979)
 Loi sur le marché des capitaux, Décret royal n° M/30 du 2.6.1424H (13 juillet 2003)
 Décision du Conseil des ministres n° 50 du 21.4.1415H (27 septembre 1994)
 Lettre du Bureau du Conseil des ministres n° 8/490 du 28.6.1414H (13 décembre 1993)

Cadre pour l'élaboration et l'exécution des politiques

 Loi fondamentale sur la gestion des affaires publiques, Décret royal n°A/90 du 27.8.1412H (1er mars 1992)
 Loi du Conseil de la Choura, Décret royal n° A/91 du 27.8.1412H (1er mars 1992)
 Loi du Conseil des ministres, Décret royal n° A/13 du 27.3.1414H (20 août 1993)
 Loi sur les agences commerciales, promulguée en application du Décret royal n° M/11 du 20.2.1382H (22 juillet 1962)
 Loi sur la lutte contre la fraude commerciale, Décret royal n° M/11 du 29.5.1404H (1er mars 1984)
 Loi sur les instruments négociables, Décret royal n° M/37 du 11.10.1383H (24 février 1964)
 Loi sur le Comité d'examen des réclamations, promulguée en application du Décret royal n° M/51 du 17.1.1402H (14 novembre 1981)
 Résolution du Conseil des ministres n° 165 du 24.6.1423H (1er septembre 2002), (mettant en œuvre la Convention de Vienne sur le droit des traités)

Politiques affectant le commerce des marchandises

 Droits commerciaux

- Loi sur l'enregistrement commercial, publiée en application du Décret royal n° M/1 du 21.2.1416H (19 juillet 1995)
- Loi sur les noms commerciaux, publiée en application du Décret royal n° M/15 du 12.8.1420H (20 novembre 1999) et les règles et règlements associés
- Loi sur les sociétés professionnelles, Résolution du Conseil des ministres n° 16 du 16.2.1412H (26 août 1991)
- Loi sur les organismes commerciaux, publiée en application du Décret royal n° M/11 du 20.2.1382H (22 juillet 1962)
- Règlements d'application de la Loi sur les organismes commerciaux, Résolution ministérielle n° 1897 du 24.5.1401H (29 mars 1981)

 Tarif douanier

- Loi sur le régime douanier commun du CCG (1999), ratifiée par le Décret royal n° M/41 du 3.11.1423H (5 janvier 2003), et ses règles de mise en œuvre
- Décret royal n° 104 du 20.4.1423H (30 juin 2002) (Application du régime douanier commun du CCG)
- Décret royal n° 40 du 12.12.1424H (3 février 2004) (Taux de droits pour des produits sensibles)

 Redevances pour services rendus

- Décision du Conseil des ministres n° 5-B-57611 du 28.11.1424H (20 janvier 2004) (abrogeant les prescriptions relatives à l'authentification ou à la certification par un consulat)
- Décret royal n° 7/B/16941 du 6.11.1417H (15 mars 1997) (Administration privée des ports)
- Décision du Conseil des ministres n° 5 du 3.1.1406H (18 septembre 1985) (Prescription relative à l'authentification ou à la certification par un consulat)

 Systèmes de licences d'importation

- Décision du Conseil des ministres n° 84 du 1.4.1421H (3 juillet 2000) (Guide sur les licences d'importation)
- Loi sur les licences d'importation, promulguée en application de la décision du Conseil des ministres n° 88 du 6.4.1423H (16 juin 2002) (Procédures relatives aux licences d'importation)
- Chapitre 5 de la Loi sur les télécommunications
- Réponses au questionnaire sur les procédures de licences d'importation, WT/ACC/SAU/60

 Restrictions quantitatives à l'importation, y compris les interdictions et contingents
 Décision du Ministère du commerce et de l'industrie n° 1308 du 27.5.1424H (27 juillet 2003)
 Évaluation en douane

 Décret royal n° 190 du 16.12.1409H (19 juillet 1989)
 Décret royal n° M/41 du 3.11.1423H (5 janvier 2003) (Loi sur le régime douanier commun du CCG)
 Réponses au questionnaire sur les procédures d'évaluation en douane
 Décret du Conseil des ministres n° 162 du 17.6.1423H (28 août 2002)
 Décision ministérielle n° 1207 du 9.5.1425H (27 juin 2004)

Politiques internes affectant le commerce des marchandises

 Politique industrielle, y compris subventions
- Loi sur le Fonds de développement industriel saoudien, promulguée par le Décret royal n° M/3 du 26.2.1394H (20 mars 1974)

 Obstacles techniques au commerce
 Directive technique de l'Agence saoudienne de normalisation (SASO), parties 1 à 4, publiée le 18 juillet 2000, modifiée le 24 mai 2004 et modifiée à nouveau le 18 juin et le 19 juillet 2005
 Liste des normes de la SASO fondées sur les normes du CODEX, et les normes ISO, CEI et OIML; liste des normes saoudiennes et des normes correspondantes du CCG; liste complète des 2 338 normes saoudiennes avec renvoi aux normes internationales correspondantes adoptées intégralement comme normes par la SASO (WT/ACC/SAU/59/Add.5)
 Liste des normes supposées équivalentes aux normes saoudiennes, WT/ACC/SAU/15
 Normes de la SASO adoptées comme normes du CCG, et incorporées en conséquence comme normes nationales dans les autres pays du CCG, WT/ACC/SAU/19 (annexe III)
 Procédures d'élaboration des normes de la SASO, WT/ACC/SAU/29 (annexe IV)
 Procédures et directives détaillées concernant le Programme international de certification de la conformité (ICCP), WT/ACC/SAU/37 et /45
 Procédures d'appel, y compris l'appendice aux directives relatives à l'ICCP

 Inspection avant expédition

- Décision du Conseil des ministres n° 213 du 3.8.1424H (30 septembre 2003) (mettant fin à l'ICCP)
- Décision ministérielle n° 6386 du 21.6.1425H (8 août 2004) (créant le Comité de remplacement de l'ICCP)

 Mesures sanitaires et phytosanitaires

- Durée de conservation des produits alimentaires, WT/ACC/SAU/27
- Décision ministérielle n° 943 du 2.5.1424H (1er juillet 2003) ("Procédures sanitaires et phytosanitaires unifiées")
 Décision du Conseil des ministres n° 109 du 30.4.1424H (30 juin 2003)
 Décision du Conseil des ministres n° 85 du 1.4.1421H (4 juillet 2000)
- Décret du Conseil des ministres n° 207 du 26.1.1396H (28 janvier 1976)
- Décret royal n° M/10 du 3.3.1392H (16 avril 1972)
- Décret royal n° M/3 du 8.2.1423H (21 avril 2002) (Loi sur les laboratoires privés) et règlements d'application promulgués en vertu de la Décision ministérielle n° M/3 du 21.2.1424H (23 avril 2003)

 Politique agricole

 Tableaux sur le soutien interne et les subventions à l'exportation, WT/ACC/SAU/19 et 28, et WT/ACC/SPEC/SAU/1/Rev.1 à 10
 Décret royal n° 58 du 3.12.1382H (6 mai 1963) portant création de la Banque agricole saoudienne
- Décret royal n° 184 du 24.9.1419H (14 décembre 1998) (mettant fin à la délivrance de licences d'importation ou d'exportation par le GSFMO)
- Décret royal n° 4/B/49434 du 8.12.1423H (10 février 2003) (mettant fin à la réception de l'orge d'origine nationale par le GSFMO)

- Commerce de transit

- Décret ministériel n° 5618 du 15.11.1424H (8 janvier 2004)

 Régime de protection de la propriété intellectuelle touchant au commerce
- Loi sur le droit d'auteur, publiée par le Décret royal n° M/41 du 2.7.1424H (30 août 2003), et règlements d'application, publiés par la Décision ministérielle n° 1688/1 du 10.4.1425H (29 mai 2004)
- Loi sur les marques de fabrique ou de commerce, publiée par le Décret royal n° M/21 du 29.5.1423H (7 août 2002) et règlements d'application, publiés par le Décret ministériel n° 1723 du 26.7.1423H (4 octobre 2002)
- Loi sur les noms commerciaux, publiée par le Décret royal n° M/15 du 12.8.1420H (20 novembre 1999)
- Loi sur les données commerciales, publiée par le Décret royal n° M/15 du 15.4.1423H (25 juin 2002), et règles concernant la protection de l'information commerciale confidentielle, promulguée par la Décision n° 50 du Conseil des Ministres du 25.2.1426H (4 avril 2005), modifiée par la Décision ministérielle n° 3218 du 25.3.1426H (4 mai 2005) et modifiée à nouveau par la Décision ministérielle n° 431 du 1.5.1426H (8 juin 2005)
- Loi du CCG sur les brevets
- Loi sur les brevets, les schémas de configuration de circuits intégrés, les variétés végétales et les dessins industriels, publiée par le Décret royal n° M/27 du 29.5.1425H (17 juillet 2004), et règlements d'application, publiés par la Décision ministérielle n° 118828/M/10 du 14.11.1425H (26 décembre 2004)
- Réglementation sur les mesures à la frontière, publiée en application de la Décision ministérielle n° 1277 du 15.5.1425H (3 juillet 2004)

 Politiques affectant le commerce des services

 Loi sur le contrôle des sociétés coopératives d'assurance, Décret royal n° M/32 du 2.6.1424 (31 juillet 2003), et règlements d'application publiés par la Décision ministérielle n° 1/596 du 1.3.1425H (20 avril 2004), modifiés par Décret royal n° 3120/MB du 4.3.1426H (13 avril 2005)
- Décision n° 222 du Conseil des ministres du 12.8.1422H (29 octobre 2001) (Loi sur l'assurance automobile obligatoire)
- Décret royal n° M/10 du 1.5.1420H (12 août 1999) (Loi sur l'assurance maladie coopérative)
- Décret royal n° M/5 du 17.5.1405H (18 janvier 1986) (création de la Compagnie nationale d'assurance coopérative)
- Loi sur le contrôle bancaire
- Loi sur le travail et les travailleurs, Décret royal n°M/21 du 6.9.1389H (15 novembre 1969)

- Documents du CCG

- Accord économique unifié du CCG, signé le 11 novembre 1981
- Règles relatives à la coordination des activités des établissements industriels des membres du Conseil de coopération des États arabes du Golfe (CCG)
- Règles de base sur la priorité à accorder, dans les marchés publics, aux produits nationaux et aux produits d'origine nationale des membres du Conseil de coopération des États arabes du Golfe
- Loi sur le régime douanier commun du CCG (1999), ratifiée par le Décret royal n° M/41 du 3.11.1423H (5 janvier 2003)

 Mesures et documents sur le développement interne

- Loi sur la protection et la promotion de l'industrie nationale
- Loi sur le Fonds de développement industriel saoudien

- Marchés publics

- Loi sur les marchés publics, publiée par le Décret royal n° M/14 du 7.4.1397H (27 mars 1977)

 Mesures afférentes aux réclamations/différends
- Loi sur le Comité d'examen des réclamations, publiée par le Décret royal n° M/51 du 17.1.1402H (14 novembre 1981)
- Règles et procédures du Comité d'examen des réclamations, Résolution du Conseil des ministres n° 190 du 16.11.1409H (19 juin 1989)
- Loi sur l'arbitrage, Décret royal n° M/46 du 12.7.1403H (24 avril 1983)

 Autres mesures et documents
- Statistiques sur les importations

Le représentant de l'Arabie saoudite a rappelé que son pays était devenu, au cours des 30 dernières années, un État doté d'infrastructures complexes et d'une économie vigoureuse qui reposait de plus en plus sur le secteur privé. Parallèlement, le gouvernement avait su, lorsque c'était nécessaire, influencer l'activité économique par ses initiatives afin de protéger les valeurs islamiques de la société saoudienne. Le développement économique du pays avait été largement tributaire de l'exploitation de ses importantes réserves de pétrole et de gaz. L'Arabie saoudite était le premier producteur mondial de pétrole et comptait parmi les plus grands producteurs de gaz naturel au monde. Ces ressources avaient donné naissance à une économie typique des pays en développement riches en pétrole – qui se caractérisait par la concentration des exportations sur une unique ressource épuisable et par une forte propension à importer.
Le représentant de l'Arabie saoudite a informé les membres du Groupe de travail que l'Arabie saoudite avait adopté les principes de l'économie de marché, en vertu desquels l'entreprise privée serait toujours au centre de l'activité économique, et qu'elle avait mis en place un système de planification indicative du développement économique et social fondé sur les valeurs et les principes de l'islam, qui guidaient le développement dans un souci de coordination et d'équilibre. La planification économique indicative offrait au Royaume le cadre théorique, pratique et organique nécessaire au développement du pays, tant sur le plan économique et social que sur le plan institutionnel. Outre les objectifs fondamentaux consistant à préserver les valeurs islamiques et à garantir la sécurité nationale, les plans quinquennaux indicatifs qui s'étaient succédé visaient à atteindre plusieurs objectifs généraux: diversifier l'économie, en favorisant notamment le développement de l'industrie et de l'agriculture et l'exploitation des ressources minérales, améliorer le niveau de vie et la qualité de la vie, assurer la croissance équilibrée de toutes les régions du Royaume, renforcer le rôle du secteur privé en l'encourageant à participer à divers projets de développement socioéconomique, réaliser l'intégration sociale et économique des pays du Conseil de coopération des États arabes du Golfe (CCG) et soutenir la coopération économique avec d'autres pays. Les autres objectifs étaient notamment le développement et l'entretien de l'infrastructure matérielle du pays, la protection de l'environnement et la mise en valeur des ressources humaines grâce à une augmentation de la capacité d'absorption des établissements d'enseignement. Le premier et le deuxième plan avaient jeté les bases de la transformation du Royaume en un État industriel moderne. Le troisième et le quatrième plan avaient promu la diversification de l'économie en donnant la priorité à la réalisation de projets d'infrastructure en matière d'éducation, de santé, de formation et autres services sociaux et en encourageant la croissance du secteur privé non pétrolier. Le cinquième Plan de développement avait donné plus d'ampleur aux principaux objectifs des plans antérieurs et renforcé encore le rôle du secteur privé dans la diversification de l'économie du Royaume.
Le représentant de l'Arabie saoudite a en outre rappelé que le sixième Plan de développement reprenait les principaux objectifs des plans précédents. Pour répondre aux besoins de développement du Royaume, il visait à maximiser la contribution du secteur privé à la création d'emplois, diversifier l'économie pour la rendre moins dépendante du pétrole, construire de nouvelles infrastructures matérielles, améliorer les services sociaux, élargir les possibilités d'emploi offertes à la maind'œuvre saoudienne, relever le revenu par habitant et maintenir un budget équilibré sur la période couverte par le plan. Le développement des capacités scientifiques et technologiques du pays, la protection de l'environnement contre la pollution et la préservation des ressources naturelles faisaient également partie des objectifs généraux du sixième Plan. Au cours des trois dernières décennies, le PIB hors pétrole avait plus que quintuplé et les investissements privés avaient été multipliés par sept. Le taux de mortalité infantile avait chuté de plus de 80 pour cent et le nombre de médecins par habitant avait augmenté de plus de 95 pour cent. Pendant la même période, le nombre d'enfants scolarisés était passé de 600 000 à plus de 4,7 millions, et l'Arabie saoudite affichait l'un des ratios élève/enseignant les plus bas du monde.
Le représentant de l'Arabie saoudite a ajouté que son pays avait aussi amélioré ses échanges commerciaux avec le reste du monde. Il a indiqué qu'en 2004 l'Arabie saoudite se situait au 26ème rang des importateurs mondiaux et au 16ème rang des exportateurs mondiaux, avec un solde de l'investissement étranger de 1 802 milliards de dollars EU. Le produit intérieur brut du Royaume était passé de 20 milliards de dollars EU en 1970 à 320 milliards de dollars EU en 2004. L'intervenant a dit aussi que l'Arabie saoudite appliquait un des régimes de change et de commerce parmi les moins restrictifs au monde. De fait, à quelques exceptions près et dont le rapport parlait plus loin, elle ne maintenait de restrictions commerciales que pour des raisons liées à la religion, à la santé ou à la sécurité. De l'avis de l'intervenant, ces exceptions étaient autorisées aux termes des Accords OMC.
Les membres du Groupe de travail ont demandé à l'Arabie saoudite des informations sur ses plans de développement les plus récents. En réponse, le représentant de l'Arabie saoudite a indiqué que le septième Plan de développement, promulgué par le Décret n° 126 du 28.5.1421H (29 août 2000) couvrait les années 2000 à 2004. Il privilégiait l'essor et le renforcement du secteur privé ainsi que la valorisation des ressources humaines du pays. Il s'appliquait également à accroître l'efficacité de l'industrie saoudienne. Comme ces prédécesseurs, le septième Plan avait pour objectif essentiel la diversification et la croissance de l'économie saoudienne.
Le représentant de l'Arabie saoudite a aussi décrit les différents volets du huitième Plan de développement (20052009), en cours d'exécution. Il a fait observer que l'Arabie saoudite continuait, dans ce cadre, à mettre l'accent sur le relèvement du taux de croissance et sur l'essor des investissements, tant étrangers qu'intérieurs. Comme dans le plan précédent, elle continuait à valoriser ses ressources humaines. Le huitième Plan de développement insistait sur l'engagement à mener à bien une stratégie de développement à long terme assortie de calendriers et d'objectifs chiffrés. Selon le représentant, cet aspect du plan permettrait à l'Arabie saoudite de mesurer ses progrès et de s'assurer de l'adéquation des politiques conduites aux objectifs fixés par le Royaume.
Le représentant de l'Arabie saoudite a dit que le seul moyen de diversifier l'économie était d'augmenter considérablement la participation du secteur privé. Celuici s'était déjà engagé dans un grand nombre d'activités commerciales indépendantes des dépenses publiques, et l'on prévoyait que cette tendance s'accélérerait à mesure que le secteur privé développerait ses compétences en matière de gestion, de production et de commercialisation et qu'un climat de concurrence s'affirmerait. Le gouvernement apporterait un soutien institutionnel au processus de croissance tirée par le secteur privé et de diversification en libéralisant et facilitant l'investissement ainsi qu'en développant rapidement le secteur bancaire et financier et les marchés financiers. L'Arabie saoudite avait aussi reconnu qu'elle devait se doter d'une base technologique. Si elle avait réussi dans une certaine mesure à suivre les innovations scientifiques et techniques, elle le devait en grande partie à l'importation de technologies de pointe appartenant à des partenaires étrangers. Il lui restait encore du chemin à parcourir avant d'atteindre un niveau technologique égal à celui des pays développés. Le gouvernement entendait soutenir cet effort en mettant en œuvre, dès le huitième Plan de développement, un plan national de 20 ans sur la science et la technique et en développant et en améliorant, à tous les niveaux, l'enseignement et les moyens accordés à la science et à la technologie ainsi qu'en apportant une aide structurelle globalement plus efficace aux initiatives du secteur privé. L'Arabie saoudite était pleinement consciente de la nécessité de donner à ses citoyens les connaissances et compétences qui favoriseraient leur participation effective aux activités sociales, économiques et culturelles, et de développer davantage la formation professionnelle et technique de manière à satisfaire les besoins du pays en maind'œuvre qualifiée.
Dans leurs exposés liminaires, les membres du Groupe de travail se sont félicités que l'Arabie saoudite ait décidé d'accéder à l'OMC et de mettre rapidement en œuvre les Accords de l'OMC en prenant des dispositions institutionnelles dans ce sens, en adoptant les textes de loi et les règlements nécessaires ou en modifiant en conséquence ceux qui existaient déjà. Il a été noté que l'Arabie saoudite avait joué et devait continuer de jouer un rôle important dans les efforts entrepris pour maintenir la croissance et la stabilité financières et économiques dans la région et à l'échelle mondiale. L'accession de l'Arabie saoudite accentuerait le caractère universel de l'OMC et consoliderait le système commercial multilatéral.
Le Groupe de travail a ensuite procédé à l'examen des politiques économiques et du régime du commerce extérieur de l'Arabie saoudite, ainsi que des dispositions qui pourraient être incluses dans un projet de Protocole d'accession. Les avis exprimés par les membres du Groupe de travail sur les divers aspects du régime du commerce extérieur de l'Arabie saoudite et sur les clauses et conditions de son accession à l'OMC sont résumés aux paragraphes 13 à 314.
POLITIQUE ÉCONOMIQUE
- Politiques monétaire et budgétaire
Le représentant de l'Arabie saoudite a déclaré que l'Agence monétaire saoudienne (SAMA) est chargée de conduire la politique monétaire du Royaume. L'objectif de cette politique est de préserver la stabilité des prix intérieurs et du taux de change. Pour stabiliser les prix intérieurs, la SAMA prend des mesures visant à assurer que la croissance de la liquidité intérieure est globalement compatible avec celle de l'offre des biens et services dans l'économie et que le système bancaire dispose de liquidités suffisantes pour satisfaire la demande de crédit de tous les secteurs de l'économie. Afin de maintenir la stabilité du taux de change fixé, la SAMA suit le marché du riyal pour veiller à son bon fonctionnement, et prend des mesures correctrices en cas de perturbations. Elle s'est très bien acquittée de cette tâche au fil des ans. Les prix intérieurs sont particulièrement stables depuis des années, puisque l'indice du coût de la vie a enregistré en moyenne une hausse annuelle inférieure à 1 pour cent durant les deux dernières décennies. Depuis 1986, la parité visàvis du dollar EU se maintient à 3,75 riyals saoudiens pour 1 dollar. La stabilité durable des prix intérieurs et du taux de change a grandement facilité la croissance de l'économie saoudienne.
Favoriser la croissance économique, diversifier l'économie et relever le niveau de vie de la population par la fourniture de services d'éducation ainsi que d'autres services publics, tels étaient les principaux objectifs de la politique budgétaire de l'Arabie saoudite. La diversification de l'économie intégrerait davantage le pays dans l'économie mondiale. Par ailleurs, les préparatifs de l'accession à l'OMC de l'Arabie saoudite avaient eu pour effet d'améliorer encore le climat de l'investissement et du commerce, extérieurs et intérieurs. La principale source de revenu du Royaume était le pétrole, qui représentait environ 80 pour cent des recettes totales; les recettes hors pétrole provenaient de l'impôt sur les sociétés et de la perception de droits de douane et redevances administratives diverses.
En réponse aux questions qui lui étaient posées concernant le budget national, le représentant de l'Arabie saoudite a dit en outre que les recettes pour 2004 s'étaient élevées à 393 milliards de riyals saoudiens; il avait été prévu que les dépenses se chiffreraient à 295 milliards de riyals saoudiens, mais leur montant effectif s'est élevé à 336 milliards de riyals saoudiens, en raison de dépenses d'urgence; le restant des recettes a servi à financer une partie de la dette de l'État. Le budget de 2005 prévoyait 280 milliards de riyals saoudiens de recettes et le même montant pour les dépenses. Les crédits ouverts pour 2005 concernant les principaux secteurs de développement et les services publics se ventilaient comme suit: 70,1 milliards de riyals saoudiens pour l'éducation et la formation de la maind'œuvre; 27,1 milliards de riyals saoudiens pour les services de santé et de développement social; 10,65 milliards de riyals saoudiens pour les services municipaux et 8,85 milliards de riyals saoudiens pour les transports et les télécommunications et 19,2 milliards de riyals pour l'approvisionnement en eau, l'agriculture et les infrastructures.
- Fiscalité et Zakat
Des membres du Groupe de travail ont demandé des renseignements sur le "Zakat" appliqué aux citoyens saoudiens et sur l'impôt sur le revenu appliqué aux étrangers. Ils ont fait remarquer que le Zakat et l'impôt sur le revenu semblaient être appliqués de telle façon que les investisseurs étrangers assumaient généralement une plus lourde charge fiscale que les citoyens saoudiens. Le représentant de l'Arabie saoudite a estimé qu'il y avait un malentendu général au sujet du Zakat et de l'impôt sur le revenu. Il n'était pas juste de dire que la charge fiscale (à distinguer des taux nominaux) était plus lourde pour les étrangers que pour les ressortissants saoudiens ou les entreprises saoudiennes. L'impôt sur le revenu des sociétés dû par un nonSaoudien représentait 20 pour cent du bénéfice net, alors que le pourcentage pouvait représenter jusqu'à 100 pour cent du bénéfice net, voire plus, dans le cas du Zakat. Il n'était pas exact non plus de dire que les Saoudiens n'étaient assujettis qu'au Zakat; tout comme les nonSaoudiens, les Saoudiens qui investissaient dans le secteur du gaz naturel ou se lançaient dans des activités de production de pétrole ou d'hydrocarbures étaient assujettis à l'impôt sur le revenu. Les Saoudiens non résidents qui exerçaient des activités commerciales dans le Royaume par l'intermédiaire d'un établissement permanent et percevaient des revenus provenant de sources se trouvant dans le Royaume étaient soumis à l'impôt. Le Zakat était un impôt religieux et, son taux et son assiette étant prescrits par la religion, il ne pouvait être modifié.
Le représentant de l'Arabie saoudite a expliqué que les principales caractéristiques du Zakat étaient les suivantes:
- Le Zakat était perçu, à un taux forfaitaire de 2,5 pour cent, sur la fortune nette des personnes physiques saoudiennes, des entreprises au capital entièrement saoudien et des partenaires saoudiens à des coentreprises (sauf pour les produits agricoles de culture non irriguée et de culture irriguée pour lesquels ce taux était, respectivement, de 10 pour cent et de 5 pour cent).
- L'assiette du Zakat, c'estàdire la matière imposable, n'était pas constituée par le revenu ou les bénéfices des contribuables. Elle était beaucoup plus large et comprenait: le capital, les bénéfices non distribués, les réserves et les bénéfices nets (elle ne comprenait pas les actifs fixes, les investissements dans d'autres entreprises, les pertes reportées d'années précédentes et les pertes de l'exercice en cours). Il n'y avait aucune exemption.
- Le Zakat était dû, même si l'entreprise ne faisait pas de bénéfice.
- Le Zakat était dû même si l'entreprise cessait ses activités, mais il ne devait pas être payé en cas de liquidation.
- Le nonpaiement du Zakat était passible de la saisie des biens et il était interdit à celui qui ne s'était pas acquitté de son impôt de quitter l'Arabie saoudite.
En revanche, l'impôt sur le revenu et l'impôt sur les sociétés présentaient les caractéristiques suivantes:
 Les personnes assujetties à l'impôt étaient: i) les nonSaoudiens qui détenaient des parts dans une société établie en Arabie saoudite; ii) les nonSaoudiens résidents ayant des activités commerciales dans le Royaume; iii) les nonrésidents ayant des activités commerciales dans le Royaume par l'intermédiaire d'un établissement permanent; iv) les nonrésidents ayant d'autres revenus assujettis à l'impôt provenant de sources se trouvant dans le Royaume; v) les Saoudiens ou les nonSaoudiens ayant investi dans l'industrie du gaz naturel ou ayant des activités de production de pétrole et d'hydrocarbures.

 Le taux maximum de l'impôt sur les bénéfices nets des sociétés avait été ramené de 45 pour cent à 30 pour cent et se situait maintenant à un taux uniforme de 20 pour cent, avec les exceptions spéciales introduites par la décision du Conseil des ministres du 12 janvier 2004 qui étaient exposées plus loin (alors que le Zakat était imposé sur la fortune nette). Le taux de l'impôt dû par un contribuable ayant des activités dans le secteur du gaz naturel était fixé à 30 pour cent; les rendements supérieurs à 8 pour cent étaient plus lourdement taxés. Les contribuables ayant des activités dans le secteur de la production de pétrole et d'autres hydrocarbures étaient assujettis à un impôt dont le taux s'élevait à 85 pour cent.

- L'impôt sur le revenu était dû par les personnes physiques étrangères, les partenaires étrangers et les actionnaires étrangers d'entreprises commerciales; il était calculé sur la base du bénéfice net, comme on l'avait vu plus haut. Toutefois, les salaires et traitements étaient exonérés.

- L'impôt sur les sociétés devait être payé, comme on l'avait exposé plus haut, par les sociétés non saoudiennes opérant sur le territoire du Royaume ou à la fois sur le territoire et à l'extérieur de celuici, en fonction: i) de la part totale des partenaires étrangers dans le bénéfice net des sociétés saoudiennes (sociétés à responsabilité limitée ou sociétés par actions); et ii) de la part totale des partenaires étrangers dans le bénéfice net des partenariats saoudiens.

- Contrairement au Zakat, l'impôt sur les sociétés n'était pas exigible pour toute année où l'entreprise ne faisait pas de bénéfice ou n'était pas en activité.

- Aux fins de l'impôt sur les sociétés, les pertes pouvaient être reportées pendant un nombre d'années illimité.

Les membres du Groupe de travail ont remercié le représentant de l'Arabie saoudite des renseignements qu'il leur avait fournis et lui ont demandé des éclaircissements sur la manière dont les recettes provenant du Zakat étaient perçues et versées au budget. Ils voulaient savoir en particulier si elles étaient allouées au Fonds général et si elles étaient utilisées à des fins bien définies. Le représentant de l'Arabie saoudite leur a répondu que les recettes issues du Zakat servaient à la protection sociale des personnes démunies et défavorisées et étaient versées par l'Organisme d'action sociale du Ministère des affaires sociales. Les entités assujetties au paiement du Zakat étaient les Saoudiens ayant une activité commerciale dans le Royaume, les entreprises saoudiennes de tout type qui y commerçaient et les nonSaoudiens qui avaient des parts dans des coentreprises. En réponse à une autre question d'un membre du Groupe de travail, l'intervenant a indiqué que c'était le Département du Zakat et de l'impôt sur le revenu qui était chargé de percevoir le Zakat et l'impôt sur le revenu.
- Politique de change et paiements extérieurs
Le représentant de l'Arabie saoudite a dit que son pays n'imposait pas de restriction de change, pas plus qu'il n'imposait de restrictions commerciales pour des raisons de balance des paiements. La politique de change du Royaume était orientée depuis longtemps vers le maintien d'une parité stable avec le dollar, utilisé comme monnaie d'intervention. Ainsi qu'il avait été dit plus haut, le taux de change du riyal avait été maintenu aux environs de 3,75 riyals saoudiens pour 1 dollar EU depuis 1986. Cela avait permis au secteur privé de bénéficier d'un environnement de change stable et avait aussi attiré l'investissement étranger.
La SAMA fixait le taux de change du riyal en fonction de la situation économique interne et externe, de la balance commerciale et de la balance des paiements. Jusqu'à la fin de 2002, le riyal était effectivement ancré (de façon informelle) au dollar EU dans le cadre d'un lien officiel avec le DTS. En application d'une décision prise par les chefs d'État du CCG en décembre 2001, le riyal, ainsi que d'autres monnaies du CCG, avait été officiellement (de façon formelle) ancré au dollar EU à compter du début de 2003, en préparation du passage des pays du CCG à l'union monétaire et à la monnaie unique d'ici à 2010. Le choix du dollar EU comme dénominateur commun reposait sur le fait que la devise américaine était la monnaie d'intervention de tous les pays du CCG et que leurs réserves extérieures affectées à la couverture de leur monnaie et à leurs besoins de balance des paiements étaient détenues en grande partie en dollars EU. En outre, la stabilité de la relation avec le dollar EU revêtait une importance cruciale non seulement pour la gestion budgétaire, mais aussi pour les prévisions d'activité des exportateurs et des importateurs.
Depuis que l'Arabie saoudite s'était engagée à assurer la convertibilité aux termes de l'article VIII des statuts du FMI au début des années 60, le riyal saoudien était resté totalement convertible, sans taxes ni subventions à l'achat et à la vente de devises. Cette monnaie pouvait être achetée et vendue librement dans les banques locales, au taux officiel. Il n'existait pas de restrictions aux paiements en Arabie saoudite. Les importations, exportations, transferts de fonds et mouvements de capitaux en provenance et à destination du Royaume n'étaient soumis à aucune restriction. L'Arabie saoudite n'appliquait pas non plus de contrôles des changes ayant un impact direct sur les importations, c'estàdire qu'il n'existait pas d'obligation de cession des devises, de dépôt préalable aux importations, de paiement anticipé de cellesci ou de redevances à l'achat.
Le représentant de l'Arabie saoudite a fait observer que l'Arabie saoudite était une économie de marché où s'appliquaient des politiques commerciales et de paiement libérales. Les transferts de fonds des travailleurs expatriés, qui étaient également libres de restrictions, totalisaient 14,9 milliards de dollars EU en 2003, soit l'équivalent de 8,4 pour cent environ du produit intérieur brut (PIB). Il a ajouté que les transferts courants ne faisaient pas non plus l'objet de restrictions au moyen de mesures de contrôle des changes spécifiques.
La balance des paiements de l'Arabie saoudite s'était redressée de façon spectaculaire au cours des dernières années. Le solde courant était excédentaire depuis 1999. Cet excédent était passé de 0,3 pour cent du PIB en 1999 à 13,8 pour cent du PIB pour 2003, et devrait augmenter encore en 2004. Les exportations de biens et services avaient atteint 103,6 milliards de dollars EU en 2003, soit environ 48,3 pour cent du PIB. Les importations de biens et services s'établissaient à 73,9 milliards de dollars EU, soit 34,5 pour cent du PIB. Entre 1999 et 2003, la position extérieure nette de la SAMA, Banque centrale du Royaume, était passée de 37,9 milliards de dollars EU à 64 milliards de dollars EU. Ce montant suffisait à couvrir 10,5 mois d'importations de biens et services.
- Politique de la concurrence
Le représentant de l'Arabie saoudite a indiqué que, sauf pour certains secteurs examinés ciaprès, la politique de la concurrence conduite par l'Arabie saoudite reposait sur les principes du marché. La Loi sur la concurrence avait été promulguée en application du Décret royal n° M/25 du 4.5.1425H (22 juin 2004), suivi de règlements d'application. Cette loi contenait, entre autres, des dispositions sur les pratiques de cartel et de monopole, les fusions et les pratiques commerciales déloyales. En réponse à une question d'un membre du Groupe de travail, le représentant de l'Arabie saoudite a signalé que cette loi est le premier texte interdisant les pratiques anticoncurrentielles. En effet, le droit islamique interdisait certaines pratiques anticoncurrentielles en vertu de la règle générale qui voulait que tous les échanges commerciaux soient fondés sur l'équité.
- Politique des prix
Les membres du Groupe de travail ont demandé des informations sur les restrictions établies par le gouvernement du Royaume d'Arabie saoudite dans le domaine des prix. En réponse, le représentant de l'Arabie saoudite a indiqué que, dans chaque secteur, les prix des biens et services étaient déterminés librement par les forces du marché, sauf en ce qui concernait les biens et services énumérés à l'annexe A du présent rapport, dont les prix étaient réglementés, en Arabie saoudite, afin d'en assurer la stabilité. Ces politiques étaient menées de façon à répondre aux besoins des consommateurs, à assurer leur bienêtre et à préserver des intérêts sociaux importants pour le Royaume.
Le représentant de l'Arabie saoudite a indiqué par ailleurs que la réglementation des prix s'appliquait de façon non discriminatoire, que le produit ou le service soit fourni par le secteur public ou par le secteur privé et quelle que soit la nationalité du fournisseur.
En réponse à une question d'un membre du Groupe de travail, le représentant de l'Arabie saoudite a indiqué que tous les produits dérivés du pétrole et du gaz naturel existant en Arabie saoudite étaient à la disposition de tous les utilisateurs, que ces derniers soient saoudiens ou étrangers. Il a fait observer que, actuellement, les ventes intérieures de naphte lourd ne faisaient l'objet d'aucun rabais et que leur prix était le prix international qui avait cours. Il a confirmé que le prix de ces produits à l'exportation reposait entièrement sur les conditions du marché international.
Des membres du Groupe de travail ont demandé des renseignements sur la fixation des prix de certaines matières premières, en particulier le méthane, l'éthane, le butane, le propane, le gaz naturel et le gaz de pétrole liquéfié. En réponse, le représentant de l'Arabie saoudite a indiqué que les prix du gaz naturel (y compris le méthane et l'éthane) et ceux des liquides de gaz naturel (LGN) (butane, propane et essence naturelle) étaient fixés de manière très différente. Le gaz naturel n'était pas vendu à l'exportation étant donné le coût élevé de la liquéfaction, du transport et de la regazéification de ce produit, et ne faisait donc pas l'objet d'un prix de référence international dans la région du Golfe. Auparavant, le gaz naturel était brûlé en tant que déchet mais, par la suite, il avait été recueilli et mis à la disposition de tous les utilisateurs intéressés (saoudiens ou non) au prix réglementé de 281 halalas le million de BTU (0,75 dollar EU). Cette décision avait été prise pour un ensemble de raisons commerciales et de préoccupations environnementales. Plutôt que de brûler des ressources naturelles précieuses, l'Arabie saoudite avait pris des mesures pour conserver et exploiter cellesci dans des conditions conformes aux disciplines de l'OMC. Le gaz naturel était utilisé dans de nombreux secteurs, notamment par les compagnies d'électricité, les usines de dessalement, les cimenteries et les usines pétrochimiques.
Le représentant de l'Arabie saoudite avait fait observer dans un premier temps qu'en vertu de la Résolution n° 68 du 29.5.1412H (1er décembre 1991) du Conseil des ministres, les prix des LGN étaient de 30 pour cent inférieurs aux prix à l'exportation demandés pour ces produits. Il a confirmé ensuite que la Communication n° 19756/R du 21.11.1422H (4 février 2002) transmettait la Résolution n° 260 du Conseil des ministres du 23.10.1422H (7 janvier 2002), qui annulait la Résolution n° 68 du Conseil des ministres. Il a confirmé que la Résolution n° 260 du Conseil des ministres servait de base à la détermination commerciale des prix des LGN utilisés comme matières premières en Arabie saoudite et imposait une telle détermination pour les LGN fournis aux utilisateurs nationaux; la Décision n° 15 du Conseil suprême du pétrole mettait en œuvre la Résolution n° 260 du Conseil des ministres et contenait une structure de détermination des prix négociée, qui garantissait le recouvrement intégral des coûts de production et un profit raisonnable. En vertu de cette résolution, les LGN étaient mis à la disposition de tous les utilisateurs en Arabie saoudite de façon non discriminatoire, qu'ils soient Saoudiens ou non.
La structure des prix commerciaux concernant les ventes de liquides de gaz naturel (LGN) en Arabie saoudite, tels qu'ils sont établis dans la Résolution n° 260 et dans la Décision n° 15 du Conseil des ministres, faisait l'objet d'une négociation entre producteurs et consommateurs en Arabie saoudite et s'appliquait à tous les utilisateurs de LGN en Arabie saoudite, sur une base non discriminatoire. À la demande des consommateurs en Arabie saoudite, cette structure des prix avait été arrêtée officiellement par la Résolution n° 260 et la Décision n° 15 du Conseil des ministres, qui avaient énoncé une formule détaillée garantissant que les prix nationaux des LGN soient calculés sur la base des prix internationaux du marché et ajustés pour les considérations ciaprès relatives au coût et à d'autres facteurs commerciaux:
 Économies d'infrastructure – l'exportation des LGN nécessite des investissements considérables pour la construction et l'entretien d'installations de réfrigération et de stockage ainsi que d'installations terminales. La vente à des utilisateurs locaux nécessite simplement de transporter par conduites les LGN à partir des installations locales de récupération des gaz. Les dépenses d'investissement et de fonctionnement des installations destinées à l'exportation sont importantes. Les prix nationaux inférieurs en Arabie saoudite reflètent des économies considérables qui permettent aux producteurs de recouvrer intégralement les dépenses de production.

 Économies en matière de commercialisation – les ventes à l'exportation nécessitent un important personnel de commercialisation, en Arabie saoudite et sur les marchés étrangers. La vente sur le marché national n'entraîne pas de dépenses de commercialisation, parce que les clients nationaux ont conclu des accords d'alimentation à long terme, fondés sur leur proximité avec les fournisseurs de LGN et leur accès aux infrastructures locales d'approvisionnement.

 Avantages commerciaux associés aux contrats de longue durée – les ventes nationales reflètent une valeur commerciale ajoutée, car elles sont fondées sur des contrats stables et de longue durée. Ces contrats réduisent les incertitudes et les coûts de transaction. Les contrats de vente à l'exportation n'ont pas la stabilité des ventes nationales parce que, contrairement aux clients nationa