Matière A VOIR au cours Analyse 1 au 1er quadrimestre 2009-2010,

Ed, Maison des langues, 2010 ISBN 978-23-5685-057-7. + Cahiers d'activités ISBN ... Calculatrice Attention Mode Examen obligatoire dès la rentrée en seconde. Les deux modèles de gamme ... Mathématiques Hyperbole. Malaval, Joël, dir.

un extrait du document



Matière VUE au cours Analyse 1 au 1er quadrimestre 2009-2010,
suivie de
Matière A VOIR au cours Analyse 1 au 2ème quadrimestre 2009-2010.
mis à jour le 31 mars 2010 : toutes les infos concernant des dates ultérieures à celle-ci sont sujettes à modification , mais constituent néanmoins une assez bonne approximation.

Document officiel pour le 1er quadrimestre, Ci-dessous: écriture abrégée et (parfois) sans accents (ceci n'est pas un texte rédigé !).
Matière entre { }= donnée pour information, ne fait pas partie de la matière d'examen.
Matière entre [ ]= non donnée cette heure-là; sm= semaine m ; hn= heure n.
Responsable coordination des exercices : Jean-Luc MICHEL.
Permanences d'analyse:
par Jean-Luc MICHEL les mardis à partir de 13h au UA6.212
Guidances de maths: les lundis, mardis et mercredis midis au UA6.118A
s1: (cours: 6 oct. 09)
*h1: Intro A... Plan de cours (informations à lire...,à relire....). Site à consulter:
HYPERLINK "http://www.ulb.ac.be/polytech/mathfsa/"http://www.ulb.ac.be/polytech/mathfsa/,onglet "enseignement".
Intro B... Pourquoi les maths?, modélisation et nécessité de garder un esprit critique vis-à-vis du modèle...(maîtrise des maths pour modéliser, critiquer le modèle et résoudre le problème math).
Intro E... *Comment étudier? : au fur et à mesure, en s'accrochant, en se posant des ? et en en posant aux autres (condisciples, étudiants-assistants, assistants, aux guidances, aux permanences, aux séances d'ex., au cours)
Ne pas attendre d'avoir beaucoup de questions pour aller aux guidances ou aux permanences !!!
Ne pas paniquer, ne pas désespérer, même si impression d'être dépassé, perdu, l’assimilation est progressive. Ne pas non plus se laisser bercer par des mots familiers, des dessins semblant clairs (si le dessin semble clair, êtes-vous capables d'expliquer le tout en mots, correctement, avec précision?) Attention: c’est un exercice difficile, auquel vous êtes en général peu entraînés, ...et c'est crucial pour réussir les examens!
Le cours:
Chap. 1: (1.2) rationnels, réels, R0, R+
(1.4, 1.5) intervalles et demi-droites, ensembles connexes dans R, dans R complété.
(1.1) inégalités et +,-,*
(1.9) Valeur absolue et inégalité triangulaire (aussi si n termes, aussi en nD)
(1.6, 7, 8) majorants, sup et max, minorants, inf et min.
*h2: ensemble borné dans R, suprémum (= borne supérieure) et infimum (= borne inférieure)
Chap. 2: (2.3) asymptote horizontale, lim f(x) pour x’! " (déf. avec µ...)
(2.4) notion de suite de nombres réels, suprémum d une suite, suite bornée
s5 (cours: 13 oct 09) (Altaïr samedi: Halleux, Hôtel de ville) ------------------------------
*h3: (2.4.1) déf. de limite d'une suite réelle dans R (avec µ ...).
Ex. de suites dont on peut facilement prouver la convergence en termes de µ , N.
(2.4.2) déf. de limite d'une suite dans R complété, exemples.
(2.4.4) suite convergente dans R => bornée (dém),
(si A non borné supérieurement dans R, sup A:= +")
Rem. : pour une suite croissante: pas bornée conv. vers +" .
(2.4.5, 6) toute suite croiss. (bornée ou non) conv. vers son sup (dem si bornée),
application: (=exemple lié à la série deMclaurin de e en x=1).
En général, ne pas se fier au comportement des 1ers termes (contrairement à ce que laissent croire les tests de "QI") [ ex(2.10.9): limite nulle de la suite des mesures des boules unités en dim n)]
[Négation de un ’! l en termes de µ, N].
*h4: (2.7 & ConFond) règles de calcul des lim. de suites: (2.7.5) y compris:
vn est non nul pour presque tout n dès que lim vn est non nulle (dém).
(2.7.6) Justification de l'usage de la règle de l'Hospital pour des suites (discrètes) (càd des suites de nombres réels, plutôt que des fonctions réelles d’une variable réelle!).
(2.8.1) comportement asymptotique de suites: équivalence ~, o, O.
Comparaison entre quotient ’!1 & différence ’! 0 (dem).
(2.8.3) Complexité d'algorithmes en termes de O(...)
(ex: algorithme d'Euclide pgcd(n,m), algorithme pour multiplier matrices nxn, ...).
s6: (cours: 20 oct 09) ---------------------------------------------------------------------------
*h5: Tout "0(n2.376)" est un "O(n2.5)";
NB: dans "=O(x n)", le"=" n' est pas une équivalence ( plutôt une abréviation qu'une égalité!)
(2.8.4) ~, o, 0 pour les fcts d'une variable réelle (et x’!+")
(2.8.6 I & IV) Droites & courbes asymptotes (dem. d'une CN non S pour asymptote oblique)
{(2.7.8) suite de Fibonacci & application au nb de manières de gravir un escalier par pas simples ou doubles} {googol=10100}. (2.9.3) suite partielle, queue de suite.
(2.10.1) croissance exponentielle, «croissance» logistique (pour des suites).
*h6: (2.10.4) limsup:= la plus grande limite de suite partielle;
liminf:= la plus petite limite de suite partielle;
si une suite conv., alors toutes ses suites partielles conv. vers la même limite,
(donc si 2 suites partielles ont des limites différentes, alors la suite ne peut pas conv.)
(2.10.2) {autre définition: limsup:= lim des sup de queues de suites, cette suite de sup de queues de suite est décroissante, d'où l'} existence de limsup (dans R) d'une suite bornée;
(limsup =+" ssi suite non bornée supéreurement); liminf:=lim des inf de queues de suites, (liminf = -infini ssi suite non bornée inférieurement).
-" d" inf un d" liminf un d" limsup un d" sup un d" +"
Extrait du chap. 1 (utile pour (2.12, 13),etc...):
(1.10) boule ouverte, boule fermée, sphère en dim n .
(1.11) pt intérieur, intA, pt adhérent, adhA, pt frontière, frA. [(pas vu: pt d'accumulation)]
(1.13) ouvert, fermé.
NB: F est fermé ssi la lim de toute suite convergente de points de F est dans F.
On prouve que: toute boule ouverte est ouverte, donc égale à son intérieur, mais l'intérieur d'un cercle (au sens topologique) est vide!
Voisinage de a:= ensemble dont a est point intérieur.
s7: (TP1= suites 1: lim, lim partielles) (cours: 3 nov 09) -----------------
*h7: retour au Chap. 2: (2.11): lim f(x) pr x’! a (définition, exemples)
(2.11.5): lim à gauche ou à droite,
(2.11.6): lim f(x) pour x’!a & lim de suites f(xn) pour xn ’! a.
(2.12.1): Fonction continue en un pt (de son dom.), discont. élimin., de 1ère espèce, de 2de espèce.
(2.12.3,4): continuité & f ”! lim.
(2.12.2) sin(1/x) est continue /R0, mais ne peut pas être prolongée en une fonction continue /R.
*h8: (2.13): ~, o(g(x)), 0(g(x)) pour x’!a,
xn = o(x) pour n>1 & x’!0 (termes prédominants dans polynôme en x-a pour x’!a)
(2.14): limites de sommes, produits, composées de fonctions,
continuité des sommes, produits, composées de fonctions continues.
Fonction élémentaire (déf).
(2.15): fonction monotone. Fonction strictem monotone =>injective, réciproque fausse!
Si f est croissante: lim f(x) (pour x’!a, x%@%D%V%Z%^%l%n%r%x%z%~%’%¤%òäòäòÖòÈòÈòÈòȺ¦Èº’Ⱥ’Ⱥ’È„òr])h¬ñ5B*CJOJPJQJ\^Jphÿ#h¬ñB*CJOJPJQJ^JphÿhÚ_ÇCJOJPJQJ^J'hÚ_ÇhÚ_ÇCJH*OJPJQJ^JaJ'hÚ_Çh¬§CJH*OJPJQJ^JaJh¨CJOJPJQJ^Jh¬§CJOJPJQJ^Jh¡
cCJOJPJQJ^Jhôt¥CJOJPJQJ^Jh¬ñCJOJPJQJ^J¤%¼%¾%È%Ê%Î%Ð%à%ä%ð%ò%&(&.&/&;&2Z2a2}2‚2–2—2˜2™22Ÿ2 2¶2å2æ2ê2íßÑßÑ¿ß°ŸßёÑ|ŸkÑ¿T¿ßBß¿T#h,
»h¬ñ5CJOJPJQJ^J,h_h¬ñ5B*CJOJPJQJ^Jphÿ h¬ñ5CJOJPJQJ\^J)h¬ñ5B*CJOJPJQJ\^Jphÿh?pžCJOJPJQJ^J h¬ñ5CJOJPJQJ\^Jh¬ñ5CJOJPJQJ^J#h¬ñB*CJOJPJQJ^Jphÿh¬ñCJOJPJQJ^Jh¬ñCJOJPJQJ^J#h¬ñB*CJOJPJQJ^Jphÿê2í2ñ2ò2"3/383934?4@4I4íßíßÍßí¶íßÍߨ—…wiw…íßíß[ßOh¬ñOJPJQJ^Jh?pžCJOJPJQJ^Jh?pžCJOJPJQJ^Jh¬ñCJOJPJQJ^J#h¬ñB*CJOJPJQJ^Jphÿ hZ‹h¬ñCJOJPJQJ^Jh¡
cCJOJPJQJ^J,h_h¬ñ5B*CJOJPJQJ^Jphÿ#h,
»h¬ñ5CJOJPJQJ^Jh¬ñCJOJPJQJ^J#h¬ñB*CJOJPJQJ^JphÿI4R4˜4œ4ž4¦4«4­4Ä4Å4Ç4È4Ñ4Ø4&5?5J5Q5f5g5l5m5n5†5ˆ5ž5ù56B6ïãÑÃﱟÐßïŸÃ~ÃmßVŸÃmÃ~Ã~Ã,h_h¬ñ5B*CJOJPJQJ^Jphÿ h¬ñ5CJOJPJQJ\^J#hZ‹h¬ñ5CJOJPJQJ^Jh¬ñCJH*OJPJQJ^J#h¬ñB*CJOJPJQJ^Jphÿ#h7L‚B*CJOJPJQJ^Jphÿh¬ñCJOJPJQJ^J#h¬ñB*CJOJPJQJ^Jphÿh¬ñOJPJQJ^Jh¬ñB*OJPJQJ^JphÿB6E6F6K6M6`6n6w6‚6‘6“6”6œ6¬6­6º6»6É6Ð6×6Ø6Û6ã6î6ï6òàÉà·¦à¦òàòà·ò¦ò“ƒpƒp]pMhl àCJOJPJQJ^JaJ$hl àhl àCJOJPJQJ^JaJ$hl àhsÔCJOJPJQJ^JaJh¿1CJOJPJQJ^JaJ$hl àh7L‚CJOJPJQJ^JaJ h7L‚h7L‚CJOJPJQJ^J#hWòh7L‚5CJOJPJQJ^J,hWòh7L‚5B*CJOJPJQJ^Jphÿ#h7L‚B*CJOJPJQJ^Jphÿh7L‚CJOJPJQJ^Jï6ð6ñ6ò6ó6ô6õ67 7
7677787ïÚì×~eO:~%)h!0Üh¬ñB*CJOJQJ^JaJph3™f(h”|Åh”|Å5B* OJPJQJ^Jph€*h”|Å5B* CJOJPJQJ^JaJph€0h!0Üh!0Ü5B* CJOJPJQJ^JaJph€0h!0Üh"nø5B* CJOJPJQJ^JaJph€)h!0Üh¬ñB* CJOJQJ^JaJph€,hWòhêqV5B* CJOJQJ^JaJph€,hWòh¬ñ5B* CJOJQJ^JaJph€)hl àh”|ÅB*CJOJQJ^JaJph3™f hl àhsÔC