Evaluation TS 1 2012

Evaluation TS 1 lundi 12 novembre 2012. Thème A- Génétique et évolution ; ... et une conclusion. Exercice Bac type II-1) : analyser un document / 4 points ...


un extrait du document



Evaluation TS 1 lundi 12 novembre 2012
Thème A- Génétique et évolution ;
Chap 4 : Un regard sur l’évolution de l’Homme


Synthèse : / 13 points

L'étude des caractères anatomiques, moléculaires et chromosomiques permet de placer l'Homme, au sein des Primates. L’Homme possède une parenté étroite avec le chimpanzé, dont les lignées divergent vers - 7 millions d'années.
Mais l’Homme possède des caractères dérivés qui lui sont propres et qui le distinguent des Chimpanzés.
Vous indiquerez quelles sont les différentes données qui permettent d’établir les relations de parenté au sein des Primates, entre l’Homme et les Chimpanzés, puis vous citerez les caractères dérivés propres à l’Homme.
Votre exposé structuré comprendra une introduction, un développement et une conclusion.


Exercice Bac type II-1) : analyser un document / 4 points

L’analyse d’un arbre phylogénétique permet d’obtenir des informations sur les relations de parenté et l’histoire évolutive d’une espèce.

Pour chaque affirmation, choisissez la seule bonne réponse :

1-L’Homme a pour plus proche parent vivant :
-le Gibbon
-Homo erectus
-le Chimpanzé
-l’Orang-Outan

2-L’Homme partage avec l’Orang-Outan un ancêtre commun qui est :
-plus jeune que celui partagé avec le Chimpanzé
-plus âgé que celui partagé avec le Chimpanzé
-plus âgé que celui partagé avec le Gibbon
-plus jeune que celui partagé avec Homo erectus
3- Le dernier ancêtre commun de l’Homme et du Chimpanzé :
-s’appelle Homo erectus
-possède une queue
-possède un sinus frontal
-a des os du poignet non fusionnés

4- Homo erectus :
- est un ancêtre commun à l’Homme
- est plus proche du Chimpanzé que de l’Homme
- a une queue
-est plus proche du Chimpanzé que de l’Orang-Outan
QCM : / 4 points

Parmi les affirmations suivantes, indiquer celle qui est exacte :

Q1) Les représentants du genre Homo sont reconnaissables grâce à un certain nombre de caractères. Leur dimorphisme sexuel est notamment :
a- repérable grâce à l’angle des fémurs.
b- en lien avec la capacité crânienne de l’espèce.
c- peu détectable en observant le squelette.
d- bien déterminé grâce à la différence de hauteur du bassin.

Q2) La face réduite caractérise :
a- tous les Primates.
b- parmi les Primates, tous les représentants de la lignée humaine
c- parmi les Primates, le seul genre Homo.
d- parmi les Primates, la seule espèce Homo sapiens.

Q3) Parmi les critères d’appartenance à la lignée humaine, lesquels sont en rapport avec un certain style de bipédie :
a- un trou occipital avancé et l’aptitude à la course à pied
b- un trou occipital en arrière du crâne et l’aptitude à la course à pied
c- un trou occipital avancé et une mandibule parabolique
d- un trou occipital en arrière et des membres antérieurs courts

Q4) Les Primates sont caractérisés par :
a- l’absence de queue et un pouce opposable
l’absence de queue et la présence d’ongles
un pouce opposable et des ongles
l’absence de queue et des orbites fermées.


Correction : en bleu la méthode

Introduction : une introduction en 3 parties
Présenter le sujet : L'étude des caractères anatomiques et moléculaires et chromosomiques permet de placer l'Homme, au sein des Primates, avec une parenté étroite avec le chimpanzé, dont les lignées divergent vers - 7 millions d'années.
Mais l’Homme possède des caractères dérivés qui lui sont propres et qui le distinguent des Chimpanzés.

Poser la problématique : Quelles sont les données qui permettent d’établir les relations de parenté au sein des Primates, entre l’Homme et les Chimpanzés ?
Quels sont les caractères dérivés propres à l’Homme ?

Annoncer le plan : Dans une 1ère partie …. puis dans une 2e partie nous ….
Le plan doit être logique, numéroté et titré

0,5




1



0,5
1,5Les relations de parenté entre l’homme et les chimpanzés

L’Homme et le Chimpanzé possèdent des caractères qui permettent d’affirmer qu’il existe une parenté étroite entre eux :
- un pouce opposable, des orbites larges, de grandes tailles, vers l’avant de la face pour une meilleure vision binoculaire et une bonne perception du relief, des ongles.

- L’Homme possède 23 p de chromos (2n=46) / Chimp 24 p (2n=48).
Seuls qqs réarrangements chromosomiques (fusion, délétion, inversion et addition) différencient les caryotypes de l´Homme et du Chimpanzé. Mais c’est avec le Ch que le nombre de remaniements chromosomiques sera faible donc la relation de parenté la plus étroite.

- La comparaison de molécules homologues (séquences d’ADN ou de polypeptides) permet d´affirmer que la parenté des 2 espèces sera d’autant plus étroite que le nombre de ressemblances entre les séquences est élevée.
Parmi les Primates, le groupe le plus apparenté à l’H est le gp des Chimp. : Les génomes du chimpanzé et de l’homme sont identiques entre 96 et 99 %.

Conclusion : la comparaison des données anatomiques, chromosomiques et moléculaires prouvent que l’H et le Ch ont un ancêtre commun









4II. Des caractères dérivé propres à l’Homme
a) une bipédie permanente : 4 courbures de la CV ; Trou occipital centré ; Bassin court et large ; Fémurs convergents ; Membres antérieurs plus courts que les membres postérieurs

b) des caractéristiques de la face et du crâne : capacité crânienne élevée (1500 cm3) ; réduction de la face (ou abs de prognatisme) ; abs de bourrelets sus orbitaires ; une mandibule parabolique

c) des particularités intellectuelles : la production et l’utilisation d’outils complexes ; des pratiques culturelles variées ; l’acquisition d’un langage articulé

d) un dimorphisme sexuel peu marqué au niveau du squelette




4,5Conclusion : qui répond brièvement à la problématique
Les nombreux caractères partagés par l’H et le Ch témoignent d’une étroite parenté, au sein des Primates. Ils ont un ancêtre commun récent.
La bipédie affirmée, un important volume crânien, une face réduite, un dimorphisme sexuel peu marqué et une activité culturelle sont des caractéristiques propres à l’Homme. 

1

Moy de la classe : 12,09 / 17 soit 14,2/ 20 : De 15,5 à 8,75 sur 17

Quelques remarques :

un plan en 3 parties a été accepté bien qu’un plan en deux partie suffisait pour répondre à la problématique.

l’absence de queue n’est pas un caractère dérivé propre aux primates puisque certains primates ont une queue.

attention aux HS = Hors sujet : hétérochronie, les liens de parenté au sein des primates, l’histoire des primates …..

l’arbre phylogénétique des primates du 2e exercice n’avait rien à voir avec la question de synthèse de l’exercice 1.

A revoir pas mal de conclusion incomplète

Une ouverture ne s’imposait pas ici.