LE BEP - Espace pédagogique - Académie de Poitiers

Epreuve EP2 ? Première situation Page 10 / 48 ... Page 14 / 48; Un exemple d' évaluation d'épreuve EP1 Page 16 / 48; Grille de positionnement de .... Il n'existe pas dans la progression pédagogique d'activités de BEP et d'autres de niveau BAC PRO . ..... Attention de ne pas transformer cette évaluation en sujet d' examen.


un extrait du document



LE BEP
PRODUCTION MECANIQUE





Diplôme (Certification) intermédiaire

Pour le cursus

Baccalauréat Professionnel
Technicien d’usinage
(BAC PRO TU)


Recommandations pédagogiques






Gérard RENNUIT, IEN-ET/STI
et la collaboration de
Christophe VARASSE PLP Génie Mécanique Productique
Eric LORTHIOIR PLP Génie Mécanique Productique





Mai 2010





SOMMAIRE



1 : Préambule :

Introduction. Page 3 / 48

Rappel des principes pédagogiques devant permettre la construction du parcours de formation. Page 3 / 48

Organisation de la formation BAC PRO TECHNICIEN D’USINAGE. Page 4 / 48

Synoptique du cursus de formation BAC PRO 3 ans. Page 5 / 48

L’espace de formation. Page 6 / 48

2 : Schématisation de la certification intermédiaire (de niveau V) dans le cursus BPR3 « TU » . Page 7 / 48

3 : Remarques sur le contenu du référentiel de certification du BEP Production Mécanique. Page 8 / 48

4 : Recommandations portant sur la mise en oeuvre de la certification du BEP Production Mécanique. Page 9 / 48

Epreuve EP1 (Unité U1) Page 9 / 48

Epreuve EP2 – Première situation Page 10 / 48

Epreuve EP2 – Deuxième situation Page 11 / 48

5 : Le contexte de la période de formation en milieu professionnel. Page 12 / 48

Annexes :

Une fiche d’évaluation de l’épreuve EP1. Page 14 / 48
Un exemple d’évaluation d’épreuve EP1 Page 16 / 48
Grille de positionnement de l’épreuve EP2-1 Page 17 / 48
Une fiche « Evaluation de l’attitude de l’élève en PFMP (EP2-1) » Page 19 / 48
Une fiche d’évaluation de l’épreuve EP2-1 Page 20 / 48
Exemple de livret d’accompagnement (livret du stagiaire) pour une période Page 23 / 48
Une fiche d’évaluation de l’épreuve EP2-2 Page 37 / 48
Exemple d’évaluation au travers de la formation menant au Bac Pro Page 39 / 48



1-Préambule :

Introduction :

Les élèves entrant en seconde professionnelle, première année d’un parcours en trois ans, visent l’obtention du baccalauréat professionnel. La formation dispensée permet l’acquisition progressive des compétences et connaissances définies dans le référentiel du baccalauréat professionnel avec les niveaux d’exigence associés. La professionnalisation des élèves doit débuter dès la classe de seconde. Le référentiel du BAC PRO « TU » n’est pas modifié au niveau des enseignements professionnels.

Tous les élèves sous statut scolaire se présentent à une certification intermédiaire afin d’obtenir un diplôme de niveau V : le BEP Production Mécanique. Les élèves sont inscrits à cette certification par l’établissement lors de la classe de Première BPR31. L’obtention de ce diplôme de niveau V ne conditionne ni le passage en classe supérieure, ni l’inscription au baccalauréat professionnel.

L’objectif de la certification intermédiaire est de valider un niveau de compétences reconnu par les professionnels et d’éviter ainsi une éventuelle sortie sans qualification. Cette certification s’appuie sur la formation BPR3 et notamment celle dispensée en classes de seconde et de première sans pour autant remettre en cause l’objectif visé qui est bien la préparation du baccalauréat professionnel.

L’écriture des certifications intermédiaires dans le champ « Production et conception mécaniques » a conduit à la rédaction de deux diplômes distincts : le BEP Production Mécanique et le BEP Représentation Informatisée de Produits Industriels (RIPI). Le référentiel du BEP Production Mécanique est commun, comme certification intermédiaire, aux Baccalauréats Professionnels Technicien d’Usinage, Technicien Outilleur et Productique Mécanique option Décolletage. Les équipements pour la formation restent identifiés aux diplômes préparés (Baccalauréats Professionnels Technicien d’Usinage, Technicien Outilleur, et Productique Mécanique option Décolletage) et spécifiques aux métiers.

La certification intermédiaire BEP Production Mécanique compte cinq unités dont deux pour le domaine professionnel U1 et U2 (EP1 et EP2) et trois pour le domaine général UG1 et UG2 (EG1 et EG2) dont une pour l’EPS : UG3 (EG3 : Eduction Physique et Sportive).
Le référentiel BEP Production Mécanique propose un contenu et une certification qui s’intègre complètement dans les référentiels des Baccalauréats Professionnels Technicien d’Usinage, Technicien Outilleur et Productique Mécanique option Décolletage.

Un changement de baccalauréat professionnel en fin de première année est possible, la fin de seconde professionnelle n’étant pas pour autant un palier d’orientation. Il se fera dans le cadre d’un « échange » établissement – famille, de préférence dans le champ professionnel Production et conception Mécaniques. Pour suivre l’élève dans cette évolution voulue, l’équipe pédagogique et en particulier les enseignants du domaine professionnel de la classe de seconde, l’accompagneront en lui proposant autant que possible des activités individualisées en lien avec le nouveau diplôme visé.

Rappel des principes pédagogiques devant permettre la construction du parcours de formation :

L’enseignement professionnel basé sur la pédagogie du détour conserve sa spécificité. Construit à partir d’activités pratiques pour transmettre les compétences (savoir-faire et savoirs associés) ; il permet, notamment en début de cursus, à chaque jeune de retrouver confiance et goût d’apprendre par la pratique (je fais, je réussis, je comprends), par une relation « physique » avec la discipline (touché des matières et matériaux caractéristiques) et par l’authenticité des exercices proposés. Ces derniers s’appuient sur des contextes caractéristiques d’activités métier et de problématiques réelles. Cette mise en situation des activités pédagogiques (pratiques et théoriques) donne du sens aux enseignements. Cette approche inductive de transmissions des savoirs plus proche des mécanismes mentaux d’apprentissage des élèves de lycée professionnel que la pédagogie déductive est à conserver en BAC PRO 3 ans.

1 BPR3 = Baccalauréat professionnel en 3 ans.
La formation dispensée s’appuie sur une progression pédagogique permettant de transmettre l’ensemble des notions théoriques et pratiques définies dans le référentiel du BAC PRO. Rédigée pour les trois années, cette progression propose des activités pédagogiques caractéristiques du métier. Les séquences pédagogiques (cours, TD, TP, remédiation, synthèse, évaluation) sont organisées par centre d’intérêt. Elles permettent de mettre en place aisément les situations CCF tant de BAC PRO que de BEP. L’organisation de la certification est à programmer en début de formation lors de l’écriture de la progression pédagogique.

Dans le cadre d’expérimentations (article 34 de la loi d'orientation et de programme pour l'avenir de l'école (article L. 401-1 du code de l'éducation)), la modularisation du parcours peut être envisagée, cette dernière peut notamment faciliter la mise en œuvre des dispositifs de remédiations.

Le BAC PRO retient, depuis sa création, le principe de l’alternance des lieux de formations (le centre de formation et l’entreprise). La période en entreprise, d’une durée totale de 22 semaines, est un espace d’apprentissage et de certification à part entière. L’acquisition des compétences professionnelles et des savoirs associés est à répartir entre ces deux lieux de formation, l’organisation de cette alternance est de la responsabilité des enseignants tout comme l’accompagnement des tuteurs dans leur rôle formateur.
De même, les projets (techniques, PPCP, …), supports possibles de remédiation, sont également porteurs d’apprentissage. Leur mise en œuvre est importante tant elle modifie la relation aux savoirs et la posture de l’enseignant dans sa relation avec l’élève ; c’est un espace pour apprendre autrement que chaque équipe ne doit pas négliger. La progression pédagogique doit tenir compte de ces espaces de formation en identifiant les notions qui peuvent y être acquises.

L’individualisation des parcours de formation, inscrite dans le concept du lycée des métiers et accentuée par la rénovation de la voie professionnelle devient essentielle pour accompagner chaque jeune dans la réalisation de son projet professionnel que ce soient les élèves en difficultés, ceux se réorientant et ceux se préparant à poursuivre en BTS. Sa mise en œuvre relève d’une action d’équipe et est essentiellement pluridisciplinaire.

Organisation de la formation BAC PRO TECHNICIEN D’USINAGE :

Pour le BAC PRO TECHNICIEN D’USINAGE, la répartition des activités sur les trois années de formation peut retenir le principe ci-après décrit, afin de faciliter la mise en œuvre de la certification intermédiaire tout en laissant une large autonomie aux équipes disciplinaires, qui par ailleurs sont encouragées à conduire une vraie réflexion pédagogique et didactique pour l’écriture de ce nouveau cursus de formation d’une durée de trois ans et conduisant chaque jeune au BAC PRO. La notion de projet, l’utilisation des TIC comme outil pédagogique, l’individualisation des parcours élèves et le développement d’un accompagnement personnalisé doivent prendre toute leur place dans les nouvelles organisations définies par les équipes.

La formation dispensée en Bac Pro Technicien d’Usinage propose des activités permettant d’appréhender les différentes situations de travail en entreprise, à savoir :
La préparation de fabrications
Le lancement et le suivi de production
La réalisation en autonomie de tout ou partie d’une production
Le redémarrage d’un moyen de production 
Le maintien en état des moyens de production

En seconde professionnelle, les activités proposées aux élèves doivent leur permettre d’appréhender progressivement trois types de tâches :
Préparation de postes de travail à partir des moyens et des ressources techniques relatives à la réalisation et à l’assemblage d’éléments constitutifs de tout ou partie d’un mécanisme.
Réalisation des opérations d’usinage et d’autocontrôle pour la production de pièces mécaniques.
Réalisation d’opérations de maintenance des moyens de production 

En première, les élèves confirment les savoirs et savoir faire acquis lors des activités menées précédemment développant ainsi une certaine autonomie leur permettant d’être évalués pour la certification intermédiaire (qui doit être terminée pour fin janvier).

L’année de terminale s’attarde sur les fonctions :
Lancement et le suivi de production
Réalisation en autonomie de fabrication
Elaboration de processus d’usinage
tout en amenant les élèves à maîtriser la chaîne numérique au niveau taxonomique attendu.

Les thèmes abordés particulièrement en terminale sont issus de situations industrielles

Il n’existe pas dans la progression pédagogique d’activités de BEP et d’autres de niveau BAC PRO .Les activités développées conduisent à la maîtrise de l’ensemble des compétences et savoirs nécessaires aux métiers de Technicien d’Usinage.

Rappelons que le jeune titulaire d’un BAC PRO TECHNICIEN D’USINAGE est un technicien capable de :
Mettre en œuvre un système de production
Conduire un système de production
Contrôler une production en assurant le suivi
Maintenir la disponibilité du système de production

Lorsqu’il aura acquis de l’expérience, il pourra également prétendre encadrer une équipe d’exécutants (jeunes titulaires d’un diplôme de niveau V).

Synoptique du cursus de formation du Baccalauréat Professionnel « en 3 ans » :









Ci- dessus, deux exemples de répartitions des périodes de formation en milieu professionnel donnés à titre indicatif.










La « progression pédagogique » et « l’apprentissage » des fonctions prennent appui sur les supports du plateau technique.










Définition et mise en œuvre de Centres d’Intérêt sur le cycle de formation du Baccalauréat Professionnel « en 3 ans » :


Tableau présentant une formation s’appuyant sur la notion de Centres d’intérêt et donné à titre d’exemple




L’espace de formation :

L’espace de formation du BAC PRO Technicien d’usinage reste organisé dans le respect du repère pour la formation de mai 2004.
L’ensemble des espaces définis est maintenu.
L’ensemble des machines outils (commandes numériques, commandes assistées, …) et équipements jusque là dédiés à la formation BEP sont bien évidemment conservés pour développer les apprentissages des notions de bases fondamentales à la formation BAC PRO Technicien d’Usinage.















2 : Schématisation de la certification intermédiaire (de niveau V) dans le cursus BPR3 TU :

Le diplôme de BEP Production Mécanique ne demande pas de complément de formation spécifique. Il est certifié au cours du parcours pédagogique du BAC PRO TU. Le titulaire du Brevet d'Etudes Professionnelles Production Mécanique est capable de :

Préparer un poste de travail à partir des moyens et des ressources techniques relatives à la réalisation d'éléments constitutifs de tout ou partie d'un mécanisme.
Réaliser des opérations d'usinage et d'autocontrôle pour la production de pièces mécaniques.
Réaliser les opérations de maintenance des moyens de production.
Il communique et travaille en équipe.



























La certification intermédiaire de niveau V et celle du BAC PRO s’inscrivent dans une continuité sans remettre en cause la définition et les modalités de certification des unités du BAC PRO « TU ».
Eventuellement, les situations proposées pour l’évaluation de l’unité E32 «Lancement et suivi d’une production qualifiée » du BAC PRO TU peuvent être partiellement exploitées pour évaluer la seconde situation de l’épreuve EP2 : EP2-2 conduite d’un système de production mécanique.
3 : Remarques sur le contenu du référentiel de certification du BEP Production mécanique :

Le référentiel du BEP Productique mécanique a été écrit à partir du référentiel du BEP MPMI (Métiers de la Production Mécanique Informatisée)

Pour autant il apparaît que :

Le BEP Production mécanique n’est pas considéré comme une orientation vers un BAC PRO mais comme une évaluation intermédiaire en cours de formation au travers du cursus de formation du baccalauréat. L’obtention du BEP n’est pas une contrainte pour la poursuite du cursus.

Tâche 1 : Préparation du poste de travail à partir des moyens et des ressources techniques relatives à la réalisation d'éléments constitutifs d'un mécanisme
dans les moyens : disparaissent les machines conventionnelles

Les opérations élémentaires d’assemblage et de contrôle de tout ou partie d’un mécanisme n’apparaissent plus « en clair » comme tâches, (telles que définies dans le référentiel de l’ex BEP « MPMI » : Tâche 3 = Réalisation des opérations élémentaires d’assemblage et de contrôle de tout ou partie d’un mécanisme).
Cependant la tâche 1 du BEP « Production Mécanique » inclue la notion d’assemblage et l’épreuve EP2-1 (évaluation d’une situation de travail en entreprise) met bien en évidence, la possibilité de mettre en place une évaluation sur un poste de travail stabilisé (usinage, assemblage, parachèvement, mise au point, ….).
On notera également que les opérations d’assemblage ont également à être développées dans le cadre de la formation au Bac. Pro.

Pour la Compétence C21 – « Prévenir les risques professionnels et assurer la sécurité dans la situation de travail », apparaît l’application des procédures de mise en œuvre du poste :
en termes de sécurité,
en termes de production.

Pour la Compétence C2.2 : Organiser et équiper le poste de travail, apparaît « La mise en œuvre des procédures permettant d’assurer le bon fonctionnement des équipements » :
état de propreté,
approvisionnement de matière,
niveaux de lubrifiant…

Compétence C2.3 : Si la notion de mise en œuvre de machines dites « conventionnelles » apparaît toujours au niveau de la capacité « Réaliser, Contrôler » (Page 10 du référentiel du BEP « Production Mécanique »), les compétences en relation avec cette capacité ne sont pas évaluées dans le cadre des certifications (BEP, Bac. Pro.).




4 : Recommandations portant sur la mise en œuvre de la certification du BEP Production
Mécanique
La certification BAC PRO TU reste définie par le référentiel (arrêté du 16 février 2004):

L’unité E2 – «  Elaboration d’un processus d’usinage » est certifiée dans le courant de la dernière année de formation.
L’unité E31 – « Evaluation de la période de formation en entreprise » est certifiée dans le dernier semestre de l’année de terminale en prenant appui sur un dossier complet.
L’unité E32 – « Lancement et suivi d’une production qualifiée » est certifiée dans le courant de la dernière année de formation
L’unité E33 – « Réalisation en autonomie de tout ou partie d’une fabrication » est certifiée dans le courant de la dernière année de formation

Le domaine professionnel du BEP Production mécanique est certifié grâce à deux unités : EP1 et EP2.
EP1 est une vérification théorique des « connaissances».
EP2 vérifie des savoir-faire.
La certification par CCF s’appuie sur trois situations d’évaluation (1 pour EP1 et 2 pour EP2).

Remarque : la validation par épreuves ponctuelles (deux : 1 pour UP1 et 1 pour UP2) conserve pour leur élaboration un caractère académique. Il est d’ailleurs conseillé aux inspecteurs de l’éducation nationale en charge dans les académies de cette filière, de s’appuyer sur des situations de CCF pour faire élaborer les épreuves terminales ponctuelles. Il convient donc de noter que le caractère national d’élaboration de l’épreuve EP1 du BEP « des Métiers de la Production Mécanique Informatisée » est également abrogé. Le nombre très réduit de candidats relevant de la forme ponctuelle ne justifiant pas le maintien du dispositif national.

Épreuve EP1 (Unité U1) : Analyse et exploitation de données et préparation d’une production.
Coefficient : 4

Cette unité vise à évaluer les compétences C1.1, C1.2, C1.3 qui sont tout ou partie traitées sachant que cela permet de certifier principalement la Tâche 1 : « Préparation du poste de travail à partir des moyens et des ressources techniques relatives à la réalisation d'éléments constitutifs d'un mécanisme ».
En CCF ou épreuve ponctuelle, il s’agit d’une épreuve théorique.
Le support est un ensemble mécanique constitué d’un nombre de pièces limité.
L’ensemble proposé, support de l’évaluation, est numérisé.
Le candidat :
ANALYSE les caractéristiques fonctionnelles et structurelles de l’ensemble (liaisons, pièces en mouvement, solutions constructives…).
EXPLOITE les différents éléments de la chaîne numérique d’une pièce de cet ensemble afin d’éditer les documents de définition et de fabrication nécessaires pour conduire les opérations d’usinage.
IDENTIFIE les spécifications (dimensionnelles, géométriques, d’états de surface) et données de production permettant d’assurer la mise en œuvre et la qualité de la fabrication d’une pièce.
DECODE les documents du dossier de fabrication : analyser les données techniques et les contraintes de production en vue de la mise en œuvre des équipements pour réaliser et/ou contrôler une des pièces constitutives de l’ensemble.
IDENTIFIE au moins une relation entre outil/forme usinée/dimension.
JUSTIFIE le choix d’un appareil de mesure



Certification par Contrôle en Cours de Formation :

Les apprenants sont évalués « lorsqu’ils sont prêts » durant la période définie par le référentiel (premier semestre de la classe de première BPR3). Tous les apprenants ne sont obligatoirement pas évalués en même temps.

Les situations d’évaluations retenues (voir annexe B) et les fiches de notations correspondantes sont construites (identifiées) et mises en œuvre conjointement « enseignant Construction Mécanique/enseignant ou équipe de Productique Mécanique » en collaboration avec un professionnel au moins. Cette démarche permet de pallier l’absence du professionnel au moment de l’évaluation (du temps de correction) CCF.

La fiche de notation (exemple donné en annexe A) est établie par les enseignants en fonction de l’épreuve, elle détaille l’ensemble des points évalués et les critères. Elle est à disposition du jury de délibération ainsi qu’un exemplaire des supports des évaluations.

Certification par épreuve ponctuelle :

Chaque académie développe une organisation propre et les sujets nécessaires. (à moins que des informations nouvelles ne soient données officiellement).

Épreuve EP2 (Unité U2) : Prise en charge d’un poste de production de produits mécaniques.
Coefficient : 8 +1 pour PSE (Prévention – Santé – Environnement)

La certification se déroule sous forme de deux situations d’évaluation d’égale pondération (Coefficient 4 et Coefficient 4)

1ére situation : Evaluation d’une situation professionnelle en entreprise (Coefficient 4)

Cette première partie d’épreuve permet de juger si le candidat est apte à prendre en charge un poste de travail stabilisé, en production (usinage, assemblage, parachèvement, mise au point).
On vérifie :
- qu’il suit les consignes relatives à la production,
- que les procédures de sécurité sont appliquées,
- que les contrôles demandés sont réalisés
- que le règlement intérieur est respecté
- que le candidat appréhende l’environnement dans lequel s’insère son poste de travail.

Certification par CCF :
.
Cette situation (EP2-1) est évaluée en entreprise par le tuteur et l’enseignant du domaine professionnel en utilisant une grille de certification établie à partir du référentiel (un exemple est donné en annexe : annexe D et E) à l’issue d’une rencontre entre ces deux personnes en entreprise et en fin de période en entreprise retenue pour la certification BEP (6 semaines minimum, mais avant EP2-2, voir référentiel page 32. Suivant l’organisation retenue pour les PFMP par l’établissement de formation, cette évaluation pourra se faire soit en fin de seconde professionnelle, soit en début de première professionnelle). La grille sera à la disposition du jury.

Afin de répartir au mieux « la charge d’apprentissage » entre l’établissement de formation et l’entreprise, l’enseignant contractualisera avec le tuteur des situations professionnelles support de la formation en entreprise et de la certification en utilisant une fiche de positionnement (annexe C). Cet échange va être l’occasion d’expliciter au tuteur la certification qui sera à conduire conjointement en fin de PFMP. L’évaluation des compétences s’appuie sur des situations professionnelles clairement identifiées ; celles-ci seront reportées dans le livret d’évaluation de EP2 (voir exemple donné en annexe : annexes D et E).

Chaque candidat remplira établira un carnet de bord (voir exemple donné en annexe, annexe F) dans lequel il rassemblera les activités réalisées durant la période en entreprise ; ce carnet de bord est remis aux évaluateurs avant la rencontre. Cette évaluation ne met pas en place d’entretien oral avec le candidat ; le carnet de bord n’est pas évalué et la forme proposée est donnée en exemple.

Certification par épreuve ponctuelle :

Il s’agit dans ce cas d’une épreuve orale s’appuyant sur un dossier établi par le candidat (dossier technique et compléments apportés par le candidat), qui décrit les opérations d’usinage, de contrôle, de parachèvement ou de mise au point menées en entreprise de productions mécaniques qu’il a menées dans le cadre d’une activité salariée ou d’une PFMP »

La durée de l’épreuve est de 20 minutes et comme pour l’évaluation en CCF, on évaluera les compétences acquises (tout ou partie de C1.3, C1.4, C2.1, C2.2, C2.3, C2.4, C3.1, C3.2) et l’aptitude du candidat à :
positionner ses activités dans le contexte général de production,
et à mettre en relation les activités exercées avec les procédures et consignes relatives à la maintenance de 1° niveau, au contrôle et à la sécurité, en place dans l’entreprise.

2éme situation : Conduite d’un systéme de production numérique (Coefficient 4)

Cette unité vise à évaluer tout ou partie des compétences C1.4, C2.1, C2.2, C2.3, C2.4, C3.1, C3.2.

En CCF ou épreuve ponctuelle, il s’agit d’une épreuve pratique.

Le poste de travail mis en œuvre est une machine outil à commande numérique travaillant par enlèvement de métal.

On vérifie que la candidat est capable de :
Analyser les données opératoires de la phase d’usinage,
Préparer les éléments nécessaires à la mise en œuvre du système d’usinage,
Mettre en œuvre la machine outil à commande numérique,
Contrôler la production,
D’assurer la disponibilité du poste de travail.

Les compétences mobilisées pour mettre en œuvre la machine à commande numérique sont :
Identifier, préparer et assurer la disponibilité des équipements associés au poste de travail
Mettre en oeuvre un système d'usinage numérique par outil coupant,
Mettre en marche la machine
Prises d'origines machine si nécessaire
Installer la pièce (ou la barre)
Installer un outil (mini) et rentrer sa jauge
Régler la lubrification (si nécessaire)
Conduire l'usinage conformément au contrat de phase et aux exigences de qualité
Contrôler la production et proposer des corrections face aux dérives constatées
Remettre en ordre le poste de travail
Prévenir les risques professionnels dans la situation de travail

Certification par CCF :
.
Cette situation (EP2-2) est évaluée en établissement scolaire, dans le premier semestre de la deuxième année de formation donc après l’évaluation EP2-1 Cette certification prend appui sur un exercice de la progression pédagogique BAC PRO. Les situations d’évaluations sont construites (identifiées) en collaboration avec un professionnel au moins. Cette démarche peut pallier leur absence au moment de l’évaluation CCF.
Les apprenants sont évalués « lorsqu’ils sont prêts ». Tous les apprenants ne sont obligatoirement pas évalués en même temps.
Une grille d’évaluation est proposée en annexe (annexe G).

Cette grille d’évaluation est à disposition du jury de délibération ainsi qu’un exemplaire de la situation support des évaluations et la grille d’évaluation de chaque candidat.

Certification par épreuve ponctuelle :

L’épreuve est d’une durée de 4 heures.
Les exigences de cette épreuve ponctuelle sont identiques à celles définies pour la seconde situation d’évaluation en CCF.

5 : le Contexte de la période de formation en milieu professionnel

La durée réglementaire de la période de formation en milieu professionnel (P.F.M.P.) est prévue à 6 semaines (p4/286 du BP spécial N°9 du 15/11/2009), incluse dans les 22 semaines de P.F.M.P. prévues pour le Baccalauréat Professionnel Technicien d’Usinage. A noter que le référentiel du diplôme (BEP « Production Mécanique) indique, page 32, que l’évaluation par CCF s’effectue à l’issue d’une période de formation en entreprise, d’une durée minimum de 6 semaines.

La répartition de ce temps dans le cursus de formation de l’élève est laissée à l’appréciation de l’équipe pédagogique et de l’établissement scolaire. L’organisation prendra en compte :
les contraintes matérielles des entreprises et des établissements scolaires ;
les objectifs pédagogiques spécifiques à ces périodes ;
les cursus d’apprentissage.

Les périodes de formation en milieu professionnel sont des phases déterminantes de la formation menant au diplôme et, à ce titre, doivent être en interaction avec la formation donnée en centre de formation.
Elles concourent à l’acquisition des compétences requises pour l’obtention du diplôme et visent à développer les capacités d’autonomie et de responsabilité du candidat à l’issue de sa formation. A cet effet, elles doivent permettre au futur diplômé :
de participer à des activités afin de conforter et d’acquérir des savoirs et savoir-faire ;
d’utiliser les matériels ou les outillages spécifiques ;
d’appréhender par le concret les contraintes économiques, humaines, techniques de l’entreprise;
d’appréhender les contraintes de sécurité et les méthodes de travail ;
d’observer et d’analyser au travers de situations réelles les différents éléments d’une stratégie de qualité et de percevoir concrètement les coûts induits de la non qualité ;
de prendre conscience de l’importance de la compétence de tous les acteurs et services dans une entreprise.

L’équipe pédagogique accompagne le tuteur dans son choix d’activités proposées à l’apprenant. Celles-ci sont notées dans l’annexe pédagogique jointe à la convention réglementaire.

Objectifs

La formation en milieu professionnel vise à développer les compétences et les savoirs associés définis par le référentiel de certification et en particulier ceux visés pour l’épreuve EP2.

Rôle du tuteur

La formation du futur professionnel s’appuie sur toute personne de l’entreprise, mais particulièrement sur le tuteur désigné par l’entreprise ou la collectivité d’accueil.
Ce tuteur a pour rôle d’accueillir le candidat au baccalauréat professionnel et de suivre sa progression en l’aidant à évoluer dans le contexte professionnel.
Il transmet ou fait transmettre au candidat les connaissances spécifiques, pratiques et techniques indispensables au futur professionnel.
Il lui facilite l’accès aux différents secteurs présentant un intérêt professionnel, économique et social pour sa formation. Tout en lui apportant les informations de base indispensables, il doit favoriser sa capacité d’autonomie et encourager sa curiosité dans le cadre d’une situation de travail et d’un environnement nouveau.
Il est, enfin, l’interlocuteur privilégié de l’équipe pédagogique et le coresponsable de la notation de la période de formation en milieu professionnel.

Un suivi (préparation, organisation, encadrement, évaluation) de la formation en milieu professionnel s’effectue lors de rencontres entre le tuteur et les membres de l’équipe pédagogique.

Modalités

La recherche des entreprises d’accueil est assurée conjointement par l’élève en lien avec l’équipe pédagogique, sous la responsabilité de l’établissement de formation.

L’organisation des périodes de formation en entreprise fait l’objet d’une convention entre le chef d’entreprise accueillant les élèves et le chef d’établissement scolaire où ces derniers sont scolarisés.
Cette convention est établie conformément à la convention type définie par note de service n° 2008-176 du 24-12-2008
- BO n°2 du 8 janvier 2009.



















 Annexe A
GRILLE D'EVALUATION EPREUVE EP1-CCFNom du Candidat : Année scolaire : analyse et exploitation de données et préparation d’une productionCoefficient : 4AutonomiePoints allouésELEVEbarème MAXI


 Compétences évaluées obligatoirement
-

+Compétence terminaleCompétence intermédiaireaucunePartielle totaleC1.1C.1.1.1lð Extraire les caractéristiques de la pièce :     7- formes géométriques, paramètres caractéristiques, positions relatives des surfaces et des volumes constitutifs ;- matériau, traitement.C.1.1.2lð Associer une même surface ou un même volume dans plusieurs vues d une mise en plan.     C.1.1.3lð Associer à une géométrie le vocabulaire technique du champ professionnel.     C.1.1.4lð Identifier les spécifications dimensionnelles, géométriques et d états de surfaces (avec la norme).     C.1.1.5lð Identifier une entité dans un arbre de création informatique (volume, surface).     C.1.1.6lð Éditer la représentation pertinente d une pièce.     C.1.1.7lð Produire un croquis d une pièce.             C1.2C1.2.1lð Identifier les phases de fonctionnement d un mécanisme.     6C1.2.2lð Identifier le mouvement d une pièce en rotation, translation dans un repère imposé.     C1.2.3lð Identifier une liaison, décrire la solution constructive associée.     C1.2.4lð Traduire en termes de comportement des spécifications fonctionnelles (jeux, ajustements, indications techniques).     C1.2.5lð Éditer et exploiter la représentation d un ensemble ou d un sous-ensemble pour un besoin exprimé             C1.3C1.3-1lð Situer la phase à réaliser dans le processus de production de la pièce.     7C1.3-2lðIdentifier le contrat de phase :     - opérations à réaliser ;- surfaces à obtenir ;- cotes fabriquées ;- mise en position et maintien de la pièce ;- outils utilisés ;- paramètres d usinage (y compris électroérosion)- appareils de contrôle.C1.3-3lð Décoder les documents de programmation :      - structures des programmes ;- trajectoires des outils. C1.3-4lð Décoder les spécifications.     C1.3-5lð Inventorier les pièces et/ou les composants constitutifs de l ensemble ; distinguer les éléments standards.     C1.3-6lð Décoder les documents de contrôle.     EP1TOTAL POINTS OBTENUS PAR L'ELEVEsur un nombre de points de 20Exemple de grille d’évaluation de l’EP1 en rapport avec une évaluation réalisée
Utilisation de la grille :
Les enseignants de productique et de construction ont défini ensemble l’évaluation en s’appuyant sur des activités proposées dans le cadre de la formation au baccalauréat professionnel. Attention de ne pas transformer cette évaluation en sujet d’examen. Cette évaluation se déroule en passant (dans la période définie dans le référentiel).
Les compétences intermédiaires grisées sont évaluées en priorité.
On partage les points barème maxi pour chaque compétence intermédiaire évaluée.
Voici un exemple de grille adaptée à un sujet réalisé.


















Annexe B EXEMPLE
GRILLE D'EVALUATION EPREUVE EP1-CCFanalyse et exploitation de données et préparation d’une productionCoefficient : 4 AutonomiePoints allouésELEVEbarème MAXI


 Compétences évaluées obligatoirement
-

+Compétence terminaleCompétence intermédiaireaucunePartielle totaleC1.1C.1.1.1lð Extraire les caractéristiques de la pièce :  X 4 2 7- formes géométriques, paramètres caractéristiques, positions relatives des surfaces et des volumes constitutifs ;- matériau, traitement.C.1.1.2lð Associer une même surface ou un même volume dans plusieurs vues d une mise en plan.Non
EVALUEC.1.1.3lð Associer à une géométrie le vocabulaire technique du champ professionnel.C.1.1.4lð Identifier les spécifications dimensionnelles, géométriques et d états de surfaces (avec la norme).  X 2 2C.1.1.5lð Identifier une entité dans un arbre de création informatique (volume, surface).Non EVALUE C.1.1.6lð Éditer la représentation pertinente d une pièce.X    10C.1.1.7lð Produire un croquis d une pièce.Non EVALUE         C1.2C1.2.1lð Identifier les phases de fonctionnement d un mécanisme.   X3 36C1.2.2lð Identifier le mouvement d une pièce en rotation, translation dans un repère imposé. X   21 C1.2.3lð Identifier une liaison, décrire la solution constructive associée.Non
EVALUE C1.2.4lð Traduire en termes de comportement des spécifications fonctionnelles (jeux, ajustements, indications techniques).C1.2.5lð Éditer et exploiter la représentation d un ensemble ou d un sous-ensemble pour un besoin exprimé  X  11         C1.3C1.3-1lð Situer la phase à réaliser dans le processus de production de la pièce.   X 117C1.3-2lðIdentifier le contrat de phase :  X  32 - opérations à réaliser ;- surfaces à obtenir ;- cotes fabriquées ;- mise en position et maintien de la pièce ;- outils utilisés ;- paramètres d’usinage (y compris électroérosion)- appareils de contrôle.C1.3-3lð Décoder les documents de programmation :    X10- structures des programmes ;- trajectoires des outils. C1.3-4lð Décoder les spécifications.  X  10C1.3-5lð Inventorier les pièces et/ou les composants constitutifs de l ensemble ; distinguer les éléments standards.Non EVALUE  C1.3-6lð Décoder les documents de contrôle.   X 11EP1TOTAL POINTS OBTENUS PAR L'ELEVE13sur un nombre de points de 20Annexe C
EP 2-1 GRILLE DE POSITIONNEMENTNom du Candidat : Année scolaire : La fiche de positionnement ci-dessous est renseignée par l’enseignant avant le départ de l’apprenant en
période de formation en entreprise afin d’indiquer au tuteur les compétences acquises par le jeune.

En fin de période en entreprise, cette fiche est complétée par le tuteur et l’enseignant afin de recenser les
compétences acquises en entreprise.COMPETENCES COMPETENCES INTERMEDIAIRES à maîtriserAcquis le :En centreEn EntrepriseIndiquer par une croix X, le lieu où a été appréhendée la compétence. C1.3Décoder, exploiter les données techniques relatives à la réalisation d une pièceC1.3-1lð Situer la phase à réaliser dans le processus de production de la pièce.   C1.3-2Identifier le contrat de phase :   - opérations à réaliser ;   - surfaces à obtenir ;   - cotes fabriquées ;   - mise en position et maintien de la pièce ;   - outils utilisés ;   - paramètres d’usinage (y compris électroérosion)   - appareils de contrôle.   C1.3-3lð Décoder les documents de programmation :    - structures des programmes ;   - trajectoires des outils.    C1.3-4lð Décoder les spécifications.   C1.3-5lð Inventorier les pièces et/ou les composants constitutifs de l ensemble ; distinguer les éléments standards.   C1.3-6lð Décoder les documents de contrôle.   C1.4Identifier, décoder des consignes relatives à la maintenance, à la sécurité... C1.4-1lð Décoder les documents relatifs aux règles d hygiène, de sécurité, d environnement et d ergonomie spécifiques au poste.   C1.4-2lð Décoder les documents liés à une activité de maintenance.   C1.4-3lð Identifier des prescriptions d entretien.   C2.1Prévenir les risques professionnels et assurer la sécurité dans la situation de travail.C2.1-1lð Identifier les risques d accident et les risques d atteinte à la santé liés à la situation de travail (ambiances et conditions d exécution du travail).   C2.1-2lð Choisir et mettre en Suvre les mesures de prévention qui relèvent de la responsabilité de l'opérateur (organisation du poste de travail, utilisation des équipements de protection collective et individuelle). C2.1-3lð Appliquer les procédures de mise en Suvre du poste :   - en terme de sécurité ;    - en terme de production.   C2.2Organiser et équiper le poste de travail.C2.2-1lð Sélectionner le programme en mémoire.   C2.2-2lð Associer et régler les outils / porte-outils en fonction du protocole.   C2.2-3lð Vérifier la cohérence entre les outils réels et la valeur des jauges fournies.   C2.2-4lð Associer et régler les éléments constitutifs du porte-pièce.   C2.2-5lð Installer et régler le porte-pièce et les ensembles outils / porte-outils.   C2.2-6lð Installer la pièce.   C2.2-7lð Approvisionner le poste en matière d Suvre après vérification.   C2.2-8lð Vérifier et regrouper le matériel de contrôle.   C2.2-9lð Mettre en Suvre des procédures permettant d assurer le bon fonctionnement des équipements :   - état de propreté ;   - approvisionnement de matière ;   - niveaux de lubrifiant&    C2.3Mettre en Suvre une machine-outil numérique.C2.3-1Machine-outil numérique   lð Installer la pièce.   C2.3-2lð Vérifier les prises de référence et les décalages.   C2.3-3lð Introduire les jauges outils validées.   C2.3-4lð Régler la lubrification.   C2.3-5lð Effectuer les procédures de tests.   C2.3-6lð Conduire l'usinage conformément au contrat de phase et aux exigences de qualité.   C2.3-7lð Proposer les actions correctives face aux défauts.   C2.4Contrôler la pièce usinée.C2.4-1lð Mettre en Suvre un protocole de mesurage d une pièce et de contrôle d un fonctionnement.   C2.4-2lð Choisir et utiliser un appareil de mesure adapté à une spécification dimensionnelle donnée.   C2.4-3lð Effectuer les opérations de suivi de production (prélèvement de pièces, mesures de cotes& ).    C2.4-4lð Vérifier la concordance des résultats avec les spécifications fournies.   C2.4-5lð Interpréter les résultats.   C3.1Renseigner des documents de suivi.C3.1-1lð Renseigner les documents de suivi de production (carte de contrôle, fiche de suivi, tableau de bord& ).   C3.1-2lð Renseigner les documents relatifs à la maintenance.   C3.1-3lð Actualiser si nécessaire, le dossier historique de la machine.   C3.1-4lð Consigner l anomalie ou le dysfonctionnement qui a conduit à l arrêt de la machine (bruits anormaux, détérioration& ).   C32Transmettre des consignes et des informations.C3.2-1lð Communiquer au sein d un groupe de travail.   C3.2-2lð Décrire son activité.   C3.2-3lð Expliquer le degré d avancement de la production.   


Annexe D
CERTIFICATION INTERMEDIAIRE- BEP Production MécaniqueEVALUATION DE L'ATTITUDE "PFMP" DE L'APPRENANT - EP2-1(Mettre une croix dans la case correspondante)ATTENTION : 1 croix par ligne obligatoire (MAXI 10 croix)COMPORTEMENT GENERALCONSCIENCE PROFESSIONNELLE Consciencieux, ponctuel, appliqué Se contente de l'indispensable Mauvaise volonté, absentéismeINTEGRATION DANS L'EQUIPE participe activement Suit le mouvement Très distant, s'intègre malDYNAMISME Sait faire ce qu'il faut quand il le faut Activité par à coups, se décourage si la difficulté est importante passif, se décourage viteCLARTE D'EXPRESSION Clair, analyse bien Convenable, se perd un peu dans les détails. Confus, esprit brouillonCOMMUNICATION AVEC SON ENTOURAGE Excellente Bonne InsuffisanteCOMPORTEMENT PROFESSIONNELEFFICACITE DANS LE TRAVAIL Fait bien son travail Travail quelquefois irrégulier Aboutit rarement dans ses activitésCURIOSITE, OUVERTURE D'ESPRIT Désire progresser, s'intéresse à ce qu'il voit A besoin d'être stimulé Refuse ou reste passif aux sollicitations à découvrirSENS DE L'ORGANISATION, METHODE, INITIATIVE Très autonome, ne demande des conseils qu'à bon escient A besoin d'un appui dans les phases clé de son travail doit être guidé en permanenceCOMPREHENSION Esprit vif, comprend immédiatement Fait ce qu'il faut pour comprendre Comprend difficilementRESPECT DES REGLES DE SECURITE Excellent
Bonne Insuffisant

 TOTAL DE CROIX PAR COLONNE   Coefficient multiplicateur 0.5 0.25 0TOTAL   (arrondie au 1/10ème ) NOTE 1/5NOM : ________________ Prénom :REMARQUE : la note correspondant à EP2-1 ne peut être donnée si la durée des périodes en entreprise est inférieure à 6 semaines.
Il est donc accepté que la note soit donnée au cours du 1er semestre de la 1ère prof. (avant les vacances de Toussaint).Annexe E
EP 2 - 1ère SITUATION : EVALUATION de PFMPPour les candidats CCFIdentification du ou des secteurs d'activités de la formation en milieu professionnel :
Entourer ci-dessous, le secteur concerné par l’évaluation (plusieurs secteurs peuvent être entourés
Usinage / Assemblage / Contrôle / Parachèvement / Mise au point
Entreprises du domaine de la métallurgie, et plus particulièrement ciblées sur l'enlèvement de matière 
Objectifs : Cette (ces) situation(s) d’évaluation doit (doivent) systématiquement s’appuyer sur des activités de production authentiques (usinage et/ou assemblage et/ou contrôle et/ou parachèvement et/ou mise au point de mécanisme).
Créer plusieurs fiches de ce modèle si plusieurs situations réalisées par le candidat.

Créer ou plusieurs fiches d’évaluation en fonction du nombre d’évaluations prévues pour cette 1ère situation en entreprise.
Exemples :
1 évaluation en Usinage puis 1 en contrôle puis 1 en parachèvement ou
1 évaluation en assemblage et 1 en mise au point ou
1 seule évaluation en assemblage.
Il est souhaitable d’avoir au moins deux situations proposées.


Voir ci-après les grilles d’évaluation pour ces différentes situations. La note finale sur 15 (pour l’évaluation en usinage, assemblage, ….) sera la somme des notes sur 15 obtenues divisée par le nombre de situations proposées par le tuteur (en association avec le professeur/formateur).
La note sur 20 associera le comportement de l’élève/apprenti.








EP 2 - 1ère SITUATION : EVALUATION de PFMPBEP PRODUCTION MECANIQUE
Nom du Candidat : Année scolaire :
Description de la Situation d’évaluation retenue : Situation N° ____
(la décrire en quelques phrases et créer un dossier avec les documents nécessaires à la réalisation de la situation) :
_______________________________________________________________________________________________
_______________________________________________________________________________________________
_______________________________________________________________________________________________
_______________________________________________________________________________________________
_______________________________________________________________________________________________
_______________________________________________________________________________________________
_______________________________________________________________________________________________


Critères d’évaluation et notation :
Il est souhaitable que le stagiaire soit évalué sur au moins deux activités.AutonomiePoints allouésELEVE
 
+CompétencesCritères d’évaluationaucunePartielle totaleC1.3 / C2.3Suivi des consignes et des informations générales relatives à la production2C2.1Application des procédures de sécurité2C2.2 / C2.4Réalisation des activités prescrites8C1.4 / C2.4Réalisation des opérations de maintenance 1er niveau ou/et de la gestion du poste de travail.1C3.3Capacité à appréhender l’environnement et le processus de fabrication dans lequel s’insère le poste de travail2EP2-1Total de Points obtenus par l’élèvesur un nombre de points de 15Il y aura autant de tableaux comme celui défini ci-dessus, que d’activités proposées au candidat.

EP 2 - 1ère SITUATION : EVALUATION de PFMPBEP PRODUCTION MECANIQUE
Nom du Candidat : Année scolaire :


TOTAL RECAPITULATIF EP2-1ATTITUDE APPRENANT / 5
Situation d’évaluation retenue :
Situation N° 11ère SITUATION D’EVALUATION
EP2-1 / 15Situation d’évaluation retenue :
Situation N° 22ère SITUATION D’EVALUATION
EP2-1 / 15Situation d’évaluation retenue :
Situation N° 33ère SITUATION D’EVALUATION
EP2-1 / 15Situation d’évaluation retenue :
Situation N° 44ère SITUATION D’EVALUATION
EP2-1 / 15Situation d’évaluation retenue :
Situation N° 55ère SITUATION D’EVALUATION
EP2-1 / 15
Moyenne des évaluations retenues
(minimum 1 probablement pas 5 en maximum)Somme des notes sur 15 / nbre de situations
= note sur 15
TOTAL / 20


Annexe F












BACCALAUREAT PROFESSIONNEL
TECHNICIEN D’USINAGE


PERIODE DE FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL

LIVRET DE SUIVI



Elève:
Nom :
Prénom :









l’établissement scolaire
lycée professionnel















Proviseur :
Proviseur Adjoint :

Chef de Travaux Industriel :


Plan d’accès












LE STAGIAIRE
IDENTITE

Nom : Prénom :

Date de naissance : ____ / ____ / _______


Adresse complète



N° téléphone domicile: N° téléphone portable:


Personne à prévenir en cas d’urgence :

N° téléphone fixe: N° téléphone portable:

DIPLOMES PRECEDENTS OBTENUS

Titre : Année : ______

Titre : Année : ______

Titre : Année : ______


PROJET PROFESSIONNEL
















Extraits de la Convention DE STAGE

Art. 5 -Les stagiaires demeurent durant leur formation en entreprise sous statut scolaire. Ils restent sous l’autorité et la responsabilité du chef d’établissement scolaire qui seul peut accorder des autorisations d’absences. Ils ne peuvent prétendre à aucune rémunération de l’entreprise. Une gratification peut leur être versée si son montant ne dépasse pas 30 % du SMIC, avantages en nature compris.
Ils ne doivent pas être pris en compte pour l’appréciation de l’effectif de l’entreprise et ne peuvent participer à une quelconque élection professionnelle. Ils sont soumis aux règles générales en vigueur dans l’entreprise ou l’organisme d’accueil, notamment en matière de sécurité, d’horaires et de discipline sous réserve des dispositions des articles 6 et 7 de la présente convention.
Art. 6 -« En ce qui concerne la durée du travail, tous les élèves stagiaires sont soumis à la durée hebdomadaire légale ou conventionnelle si celle-ci est inférieure .Au cas où les élèves majeurs seraient soumis à une durée hebdomadaire modulée, la moyenne des durées effectuées pendant la période en entreprise ne pourra excéder les limites indiquées au premier alinéa. En ce qui concerne le travail de nuit, seuls les élèves majeurs nommément désignés par le chef d’établissement scolaire peuvent être incorporés à des équipes de nuit. »
Art. 7 - (relatif aux mineurs) « La durée de travail des élèves mineurs ne peut excéder sept heures par jour et trente-cinq heures par semaine. Jusqu’au 31/12/2001, pour les élèves mineurs de plus de quinze ans, cette durée peut être de huit heures par jour et de trente-neuf heures par semaine dans les entreprises dont l’effectif est au plus de vingt salariés. Le repos hebdomadaire des élèves mineurs doit avoir une durée minimale de deux jours consécutifs. La période minimale de repos hebdomadaire doit comprendre le dimanche, sauf en cas de dérogation légale ou réglementaire. Pour chaque période de vingt-quatre heures, une période minimale de repos quotidien doit être fixée à quatorze heures consécutives pour les élèves de moins de seize ans et à douze heures consécutives pour les élèves de seize à dix-huit ans. Au delà de quatre heures et demie de travail quotidien, les élèves mineurs doivent bénéficier d’une pause d’au moins trente minutes consécutives. Les horaires journaliers des élèves mineurs de seize à dix-huit ans ne peuvent prévoir leur présence sur le lieu de stage après vingt-deux heures le soir et avant six heures du matin. Pour les élèves de moins de