baccalaureat professionnel - Académie de Nancy-Metz

EXAMEN : BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL SESSION 2007 ..... Quand ils ont à nouveau fléchi en 2001, suite à des diversifications ratées, les .... "En règle générale, le SMS est plus utilisé pour des opérations de marketing direct et le ...


un extrait du document



ve st 11 JSPÉCIALITÉ : VENTE (prospection – négociation- suivi de clientèle)ÉPREUVE E1 : Sous –épreuve : E11Durée : 3 heuresCoefficient : 3PRÉPARATION ET SUIVI DE L’ACTIVITÉ COMMERCIALEPage 1/19SUJET
SUJET









Les quatre parties qui composent le sujet sont indépendantes, elles sont relatives à des entreprises et à des contextes différents :





PARTIE I La société « BANG & OLUFSEN »  14 points
Le développement du marché.



PARTIE II La société « CAP LANGUES » 14 points
L’argumentaire et la réponse aux objections.



PARTIE III La société « MÉTRO – BUREAU » 16 points
L’analyse du tableau de bord commercial.



PARTIE IV La société « TUNING MAX » 16 points
L’opération de fidélisation par téléphone mobile.






TOTAL DE L’ÉPREUVE : 60 POINTS










EXAMEN : BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL SESSION 2007ve st 11 JSPÉCIALITÉ : VENTE (prospection – négociation- suivi de clientèle)ÉPREUVE E1 : Sous –épreuve : E11Durée : 3 heuresCoefficient : 3PRÉPARATION ET SUIVI DE L’ACTIVITÉ COMMERCIALEPage 2/19SUJETPARTIE I

La société « BANG & OLUFSEN »

LE DÉVELOPPEMENT DU MARCHÉ









Vous êtes commercial(e) chez BANG & OLUFSEN, spécialiste de la Hifi, dont le siège se situe à l’adresse suivante :
Peter Bangs Vej 15
7600 Stuer, Denmark.
Fax : + 45.97.85.39.11.
Call : + 45.96.84.45.25.
 HYPERLINK "http://www.bang-olufsen.com" www.bang-olufsen.com
Les produits BANG & OLUFSEN sont commercialisés auprès du grand public par un réseau de distributeurs exclusifs.
Vous avez en charge l’animation de ce réseau sur votre secteur. Chaque année vous procédez au recrutement de nouveaux distributeurs.



TRAVAIL À FAIRE




À partir du document 1 et de vos connaissances :


I.1 Dégager sur l’annexe 1 à compléter et à rendre avec la copie, pour chaque élément du plan de marchéage :
Les atouts de BANG & OLUFSEN France.
Les avantages pour des distributeurs exclusifs de commercialiser les produits BANG & OLUFSEN.


I.2 Élaborer, sur votre copie, une lettre de publipostage afin d’inviter des distributeurs potentiels dans votre show-room et les inciter à venir découvrir votre gamme de produits pour adhérer à votre réseau. Pour cela, vous exploiterez les avantages conférés aux distributeurs.






EXAMEN : BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL SESSION 2007ve st 11 JSPÉCIALITÉ : VENTE (prospection – négociation- suivi de clientèle)ÉPREUVE E1 : Sous –épreuve : E11Durée : 3 heuresCoefficient : 3PRÉPARATION ET SUIVI DE L’ACTIVITÉ COMMERCIALEPage 3/19SUJET
PARTIE II

La société « CAP LANGUES »

L’ARGUMENTAIRE ET LA RÉPONSE AUX OBJECTIONS





Vous êtes chargé(e) de clientèle dans l’entreprise « CAP LANGUES », spécialisée dans la formation linguistique pour entreprises.
Votre société est implantée sur ce marché depuis une quinzaine d’années et jouit d’une grande notoriété.

Votre responsable vous charge de commercialiser, auprès de vos clients et prospects, un tout nouveau concept, encore peu développé en France : la e-formation.




TRAVAIL À FAIRE



À partir du document 2 et de vos connaissances :


II.1 Formulez, sur l’annexe 2 à compléter et à rendre avec la copie, quatre arguments structurés, de votre choix, incontournables pour convaincre votre client ou prospect.
Vous préciserez à quel(s) mobile(s) d’achat « SONCAS » correspond chacun de ces arguments. Un même argument peut correspondre à plusieurs mobiles d’achat.



II.2 Répondez, sur l’annexe 3 à compléter et à rendre avec la copie, aux quatre objections les plus couramment émises par vos clients et prospects.
Vous préciserez la technique de réfutation utilisée.









EXAMEN : BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL SESSION 2007ve st 11 JSPÉCIALITÉ : VENTE (prospection – négociation- suivi de clientèle)ÉPREUVE E1 : Sous –épreuve : E11Durée : 3 heuresCoefficient : 3PRÉPARATION ET SUIVI DE L’ACTIVITÉ COMMERCIALEPage 4/19SUJET
PARTIE III

La société « MÉTRO – BUREAU »

L’ANALYSE DU TABLEAU DE BORD COMMERCIAL




La société MÉTRO BUREAU est un libre service de gros spécialisé dans la fourniture de bureau. Ses gammes de produits (mobilier, papeterie, informatique, bureautique et téléphonie) sont vendues uniquement à des professionnels, qui doivent être titulaires de la carte MÉTRO BUREAU. Cette carte est gratuite et donne le droit d’accès à la surface de vente.
Vous êtes commercial(e) sur un secteur comptant trois zones.
Une opération de prospection vient d’être réalisée.
Son objectif consistait à :
proposer la carte MÉTRO BUREAU à des prospects.
les inciter à découvrir la surface de vente et passer une première commande, à l’aide du catalogue de promotions.




TRAVAIL À FAIRE


À partir du document 3 et de vos connaissances :


III.1 Calculez sur l’annexe 4 à compléter et à rendre avec la copie, les ratios et les indicateurs de performance réalisés sur chaque zone de prospection.



III.2 Après avoir repéré, sur l’annexe 4, les ratios de performance inférieurs à ceux de l’ensemble des 3 zones, indiquez sur l’annexe 5 à compléter et à rendre avec la copie, pour chaque ratio concerné :
une cause de cette défaillance,
une solution pour y remédier.






EXAMEN : BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL SESSION 2007ve st 11 JSPÉCIALITÉ : VENTE (prospection – négociation- suivi de clientèle)ÉPREUVE E1 : Sous –épreuve : E11Durée : 3 heuresCoefficient : 3PRÉPARATION ET SUIVI DE L’ACTIVITÉ COMMERCIALEPage 5/19SUJET

PARTIE IV
La société « TUNING MAX »

L’OPÉRATION DE FIDÉLISATION PAR TÉLÉPHONE MOBILE



Short Message Service ou Multimédia Messaging Service ?

Vous êtes commercial chez TUNING MAX, société spécialisée dans la personnalisation automobile. Vous souhaitez redynamiser vos ventes auprès de votre clientèle. Pour cela, vous menez une campagne de fidélisation par téléphonie mobile.



TRAVAIL À FAIRE 



À partir de vos connaissances et des documents 4 et 5 :

IV.1 Relevez sur l’annexe 6 à compléter et à rendre avec la copie, les principales caractéristiques d’une campagne marketing mobile réalisée par SMS ou MMS.


IV.2 Calculez sur l’annexe 7 à compléter et à rendre avec la copie, le coût pour votre société :
d'une campagne de fidélisation par SMS,
d’une campagne de fidélisation par MMS,
d’une campagne de fidélisation par SMS + MMS.


IV.3 Proposer sur votre copie, en fonction des principales caractéristiques d’une campagne marketing mobile réalisée par SMS ou MMS et de leurs coûts, une solution adaptée et justifiée pour réaliser la campagne de fidélisation par téléphonie mobile de la société TUNING MAX.










EXAMEN : BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL SESSION 2007ve st 11 jSPÉCIALITÉ : VENTE (prospection – négociation- suivi de clientèle)ÉPREUVE E1 : Sous –épreuve : E11Durée : 3 heuresCoefficient : 3PRÉPARATION ET SUIVI DE L’ACTIVITÉ COMMERCIALEPage 6/19SUJET
PAGE RÉCAPITULATIVE DES DOCUMENTS
ET
DES ANNEXES À RENDRE AVEC LA COPIE


DOCUMENT 1 (1 page) Bang & Olufsen, le miraculé de la Hi-Fi européenne.
Page 8

DOCUMENT 2 (1 page) L’e-formation : un marché porteur.
Page 9

DOCUMENT 3 (1/2 page) Les résultats de l’opération de prospection.
Page 10

DOCUMENT 4 (1 page) Cinq clés pour réussir sa campagne de marketing mobile.
Page 11

DOCUMENT 5 (1/2 page) Informations transmises par votre responsable.
Page 12




ANNEXE 1 (1 page) Plan de marchéage Bang & Olufsen.
Page 13

ANNEXE 2 (1 page) Argumentaire.
Page 14

ANNEXE 3 (1 page) Traitement des objections.
Page 15

ANNEXE 4 (1 page) Calcul des indicateurs et ratios de performance.
Page 16

ANNEXE 5 (1 page) Analyse des ratios inférieurs aux résultats de l’ensemble Page 17 des trois zones.

ANNEXE 6 (1 page) Caractéristiques d’une campagne de fidélisation
Page 18 par SMS / MMS.

ANNEXE 7 (1 page) Coût d’une campagne de fidélisation.
Page 19




EXAMEN : BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL SESSION 2007ve st 11 JSPÉCIALITÉ : VENTE (prospection – négociation- suivi de clientèle)ÉPREUVE E1 : Sous –épreuve : E11Durée : 3 heuresCoefficient : 3PRÉPARATION ET SUIVI DE L’ACTIVITÉ COMMERCIALEPage 7/19SUJETDOCUMENT 1


Bang & Olufsen, le miraculé de la hi-fi européenne


B& O est aujourd’hui le dernier survivant de l’électronique grand public européenne avec le groupe Philips, vingt fois plus gros que lui. En vingt ans, tous les autres fabricants du Vieux Continent ont été éliminés par les géants asiatiques, moins chers et souvent plus forts sur le plan technologique. Bang & Olufsen […] a réussi en une décennie, à augmenter son chiffre d’affaires de 50% (485 millions d’euros aujourd’hui). Son secret ? Une stratégie de « niche » : le danois s’est résolument positionné dans le luxe. Il vend peu (seulement 360 000 appareils par an), mais très cher. […] Du matériel conçu pour durer quinze ans, et reconnaissable au premier coup d’œil par son design : ultra-plat, très compact tout en aluminium brossé, bois laqué et verre antireflet. Avec un soin maniaque pour les détails : le pied motorisé permettant d’orienter les écrans télé, par exemple. Ou les parois des lecteurs CD s’ouvrant comme un écrin au passage de la main. […] B & O est le fabricant le plus rentable du secteur avec une marge nette de 7,4% en 2004, loin devant les leaders mondiaux, Matsushita (1,3%) et Sony (2,3%).

Le maître de la hi-fi haut de gamme a pourtant évité de peu le sort de ses concurrents européens. En 1992, en panne d’innovations, il a frôlé le dépôt de bilan. […] Le président de l’époque, Anders Knutsen, a réduit [les effectifs] d’un quart et a eu la bonne idée de doter la firme de son propre réseau de distribution. Les magasins à l’enseigne ont relancé les ventes, et les bénéfices sont revenus en 1994. Quand ils ont à nouveau fléchi en 2001, suite à des diversifications ratées, les actionnaires ont immédiatement réagi : exit Knutsen, remplacé par Torben Sorensen, un ancien du fabricant de jouets Lego, l’autre grande multinationale du Danemark. Pour la première fois, un manager n’ayant pas fait toute sa carrière chez B & O (comme la plupart des 2 300 salariés) prenait les commandes. Il n’a pas déçu : depuis son arrivée, les profits ont été multipliés par deux.

Pour séduire les quadragénaires aisés, son cœur de cible, l’entreprise mise aussi beaucoup sur le conseil et le service. Cela suppose un contrôle très strict du réseau de distribution. […] On ne trouve plus le matériel du fabricant danois que dans les 1280 revendeurs exclusifs qu’il aligne dans le monde. « Un réseau unique en son genre dans l’électronique grand public », souligne Henri de Bodinat, consultant chez Arthur D. Little. Ces revendeurs ne sont pas à proprement parler des franchisés : ils ne versent pas des royalties et ne reçoivent pas de soutien financier de la marque. Mais un cahier des charges très précis leur est imposé. « De la couleur du parquet et des murs à la formation des vendeurs, tout est standardisé », résume Dominique Helmreich, qui dirige à Paris le plus grand magasin Bang & Olufsen de France. Ces distributeurs maison doivent en outre offrir un service de dépannage à domicile et des services financiers, comme le paiement échelonné sans frais et le rachat du matériel d’occasion.

Côté pub, naturellement, ils ne peuvent pas compter sur un matraquage comparable à ceux de Sony ou de Philips. La marque n’en a pas les moyens. Mais elle soutient ses ventes par une politique très efficace de marketing direct. Sorensen a ainsi créé un club Bang & Olufsen qui rassemble aujourd’hui un million de clients. Quatre fois par an, chaque membre reçoit des offres promotionnelles, ainsi que des invitations à des dégustations de vin et de chocolats ou a des évènements montés avec Porsche et Audi, dont la marque équipe certains modèles. […]

Caroline Michel, Capital, n° 163, avril 2005.

8/19
DOCUMENT 2



L’e-formation : un marché porteur


L’e-formation est un secteur d’activité récent. Les premières initiatives ont été mises en œuvre aux Etats-Unis il y a quatre ans. L’e-formation peut se définir comme étant l’ensemble des outils et des informations qui permettent d’améliorer la performance grâce à l’apprentissage via l’utilisation d’Internet et des TIC (techniques de l’Information et de la Communication).
En France, le marché est en forte progression, puisqu’il devrait croître de 42% environ d’ici à 2007. Selon une enquête « Formation Emploi center 2003, 70 % des salariés ont une opinion positive du e-learning ».

MODALITÉS DE FORMATION

L’offre pédagogique de la e-formation couvre divers domaines : bureautique, comptabilité, langues, commercial, finances, management,…
Les entreprises et leurs salariés ont le choix entre deux formules principales :

L’autoformation (ou formation asynchrone) : Le prestataire met à la disposition de son client un logiciel de formation sous forme de cédérom. La progression se fait alors au rythme de l’apprenant. Pour pallier les problèmes de compréhension de l’apprenant, l’entreprise a souvent recours à un tuteur qui intervient en différé via Internet ou par le biais du « chat ».
Le coût de l’autoformation est d’environ 15 euros par personne et par heure.

La classe virtuelle (ou formation synchrone) : La classe virtuelle, également appelée formation en ligne, permet un échange à distance et en temps réel avec le formateur. Elle fonctionne à travers un partage d’applications : grâce à un logiciel spécifique, le tuteur peut intervenir sur l’écran du stagiaire. Il analyse ainsi avec plus d’efficacité les capacités et les connaissances acquises par les apprenants.
Le coût de l’accès à la classe virtuelle se situe entre 75 et 90 euros. Le surcoût est essentiellement dû aux frais de connexion au réseau, à l’installation de cartes vidéo et de webcams. L’entreprise, par contre, économise sur les frais de déplacement, de restauration ou d’hébergement qui représentent une part importante des dépenses lors d’un stage ou d’un séminaire. De plus, l’apprenant n’est plus contraint de quitter son lieu de travail pour suivre une formation.

Les avantages de la formation en ligne sont nombreux : simplicité d’accès, souplesse des horaires, gain de temps, interactivité, flexibilité, autonomie, personnalisation du parcours (évaluation des compétences et des besoins spécifiques avant le début de la formation, afin de concevoir un programme qui correspond au niveau, au projet et aux disponibilités de l’apprenant).
http://www.finances.fr/directions-services/cedef/revuesduweb







9/19


DOCUMENT 3





LES RÉSULTATS DE L’OPÉRATION DE PROSPECTION



Zone 1Zone 2Zone 3TotalNombre de visites chez les prospects
98

137
128
363Nombre de nouvelles cartes
17

15
19
51Nombre de commandes des prospects dans le mois suivant la création de la carte14111742Frais kilométriques et de repas en ¬ 180125248553



















10/19
DOCUMENT 4

Cinq clés pour réussir sa campagne de marketing mobile
Cantonné à ses débuts au SMS, le marketing mobile a pris son envol depuis l'apparition du  HYPERLINK "http://www.journaldunet.com/encyclopedie/definition/348/50/20/multimedia_message_service.shtml" MMS, photo ou vidéo. Les marques s'en servent donc à la fois pour capter de nouveaux clients et pour travailler leur image. Comment aborder ce média pour une marque qui ne s'y est jamais positionnée ? Quelques conseils :
Le terme  HYPERLINK "http://fr.wikipedia.org/wiki/Anglais_%28langue%29" \o "Anglais (langue)" anglais Short message service, plus connu sous « SMS », est un service proposé conjointement à la  HYPERLINK "http://fr.wikipedia.org/wiki/T%C3%A9l%C3%A9phonie_mobile" \o "Téléphonie mobile" téléphonie mobile permettant de transmettre des messages écrits de petite taille, comprise entre 70 et 160 caractères suivant la langue utilisée. Le mot texto, qui est une  HYPERLINK "http://fr.wikipedia.org/wiki/Marque_d%C3%A9pos%C3%A9e" \o "Marque déposée" marque déposée, a été inventé par  HYPERLINK "http://fr.wikipedia.org/wiki/SFR-Cegetel" \o "SFR-Cegetel" SFR, mais son usage a tendance à se généraliser en France. Le message multimédia (Multimédia messaging service) est un service de messagerie multimédia plus connu sous « MMS ». Version étendue aux données multimédia (audio, photos, vidéo) des célèbres  HYPERLINK "http://fr.wikipedia.org/wiki/Short_message_service" \o "Short message service" SMS. Contrairement au  HYPERLINK "http://fr.wikipedia.org/wiki/Short_message_service" \o "Short message service" SMS, le MMS permet d'envoyer des  HYPERLINK "http://fr.wikipedia.org/wiki/Image" \o "Image" images ainsi que des messages écrits agrémentés de données multimédias (audio/vidéos…).
1. Définir son but. Selon que l'annonceur voudra diriger son client vers un site internet, vers des magasins, ou vers un centre d'appels, il aura intérêt à se positionner sur l'un des supports. "En règle générale, le SMS est plus utilisé pour des opérations de marketing direct et le MMS pour des opérations de communication".
2. Définir sa cible. Il est nécessaire de cibler sa campagne, sur les 15 - 25 ans, les plus de 30 ans, les CSP+ ou encore les jeunes actifs parisiens. Ces critères peuvent être affinés avec les prestataires qui fournissent les bases de données. Contrairement à l'idée reçue, les jeunes ne sont pas forcément les seuls utilisateurs sensibles à ce média. Certaines campagnes, positionnées sur des cibles différentes, ont aussi obtenu des résultats jugés satisfaisants.
3. Choisir un message. Les campagnes de MMS photos se composent en général d'une succession d'images. "Trois ou quatre, pas plus, à partir de cinq, c'est trop et l'on risque d'ennuyer le client. Avec une attention particulière à apporter à la première image, qui doit accrocher le regard." Pour les vidéos, la tendance est à des spots d'une vingtaine de secondes.
4. Choisir le moment approprié. Les annonceurs ne peuvent pas envoyer de SMS ou de MMS les dimanche et jours fériés, et les envois ne peuvent avoir lieu qu'entre 8 h le matin et 21 h le soir, ce qui laisse tout de même des marges relativement importantes. Mieux vaut toutefois réfléchir au moment le plus opportun pour déclencher ses envois. « L'accueil ne sera pas le même un lundi matin à 8 heures ou un vendredi matin ».
5. Veiller à la réglementation. : Les bases de données mobiles sont forcément réalisées en opt-in (c’est-à-dire que les clients donnent activement leur consentement pour recevoir des messages publicitaires). Chaque abonné recevant malgré cela un message qu'il n'a pas sollicité peut s'adresser à son opérateur, qui a le contrôle total du réseau et a les moyens de retrouver l'expéditeur du message.

Les chiffres à retenir
Coût d'une campagne de marketing mobile : compter 1 500 euros de coûts fixes pour les frais de mise en service et puis 30 centimes d'euros par contact pour une campagne SMS, et 3 000 euros de coûts fixes pour les frais de mise en service et puis entre 60 centimes d'euros pour une campagne MMS.
Exemple : pour une campagne lancée sur 200 000 clients en MMS, campagne d'une taille moyenne, le prix sera compris entre 120 000 et 135 000 euros.
 INCLUDEPICTURE "http://www.journaldunet.com/image/gen/flecher.gif" \* MERGEFORMATINET Potentiel des bases de données : 4 millions d'abonnés en opt-in sur du SMS, 1 million en MMS.
 INCLUDEPICTURE "http://www.journaldunet.com/image/gen/flecher.gif" \* MERGEFORMATINET Audience des campagnes : les différentes expériences ont pu toucher entre 30 000 et 3 millions de contacts. La moyenne, à la hausse sur les derniers mois, se situe toutefois entre 100 000 et 500 000 contacts.
 INCLUDEPICTURE "http://www.journaldunet.com/image/gen/flecher.gif" \* MERGEFORMATINET Taux de lecture : entre 92 et 95%.
Source : Jounaldunet.com
11/19
DOCUMENT 5






INFORMATIONS TRANSMISES PAR VOTRE RESPONSABLE





En plus des coûts fixes de mise en service, le coût de gestion du fichier client s élève à 300 ¬ .

Nos clients concernés sont 1 300.

50% de nos clients ont accepté de recevoir des informations sur leur téléphone mobile.

Tous peuvent recevoir les SMS mais seulement 40% d’entre eux peuvent visualiser les MMS.

































12/19

ANNEXE 1. à compléter et à rendre avec la copie


PLAN DE MARCHÉAGE (MARKETING MIX) DE B&O




ATOUTS DE B&OAVANTAGES POUR LE DISTRIBUTEURPRODUITS PROPOSÉS






SEGMENTS DE MARCHÉ






POLITIQUE DE PRIX






MODE DE DISTRIBUTION






TYPE DE COMMUNICATION









13/19

ANNEXE 2. à compléter et à rendre avec la copie


ARGUMENTAIRE

E-formation linguistique aux entreprises – Société « CAP LANGUES »



ARGUMENTS STRUCTURÉS

MOBILES SONCAS


































14/19
ANNEXE 3. à compléter et à rendre avec la copie

TRAITEMENT DES OBJECTIONS

Objection n° 1 : «  Ce type de formation n’est pas encore bien rôdé dans notre pays. J’ai peur qu’il ne soit pas aussi efficace qu’un cours de langue classique avec la présence physique d’un enseignant. »
Réponse :







Technique utilisée :  
Objection n° 2 : « Je crains que certains de mes collaborateurs soient réfractaires à ce type de méthode trop moderne. »
Réponse :







Technique utilisée :
Objection n° 3 : « L’idée que mon employé se retrouve livré à lui-même devant son écran me déplaît. J’ai peur que ça prenne plus de temps pour arriver à des résultats satisfaisants. »
Réponse :







Technique utilisée :
Objection n° 4 : « Je n’ai pas envie de perdre du temps et de l’argent pour équiper les postes de mes collaborateurs. »
Réponse :







Technique utilisée :


15/19
ANNEXE 4. à compléter et à rendre avec la copie

CALCUL DES INDICATEURS ET RATIOS DE PERFORMANCE

Indicateurs et ratios de performanceRésultats
ZONE 1Résultats
ZONE 2Résultats
ZONE 3Ensemble
des 3 ZONESObjectif en nombre
de visites


133





133


134


400Nombre de visites réalisées / objectif de visites en %


74%


103%Nombre cartes / nombre visites prospects en %


17%


11%Nombre commandes / nombre de cartes en %


82%


73%Chiffre d affaires
en ¬ (1)


1 876 ¬ 


1 474 ¬ Frais kilométriques
+ frais de repas/ chiffre d affaires
en %


10%


8%
Arrondir les résultats à l entier le plus proche.

(1) Le montant moyen d une commande est évalué à 134 ¬ .

16/19
ANNEXE 5. à compléter et à rendre avec la copie

ANALYSE DES RATIOS INFÉRIEURS AUX RÉSULTATS
DE L ENSEMBLE DES TROIS ZONES

ZoneRatios moins performants que ceux de l ensemble des trois zonesCause de défaillanceSolution de remédiationZONE 1

























ZONE 2












































ZONE 3











17/19
Annexe 6. à compléter et à rendre avec la copie

Caractéristiques d’une campagne de fidélisation par SMS/MMS

SMSMMSTypes de messages
(texte, vidéo, image…)





Potentiel des bases
de données
(en quantité)





Avantages
(donnez 2 avantages)





Inconvénients
(donnez
2 inconvénients)





Points de la législation à respecter





18/19
Annexe 7. à compléter et à rendre avec votre copie


CoÛt d’une campagne de fidélisation



SMSMMSSMS + MMSCoûts fixes de mise en service

Nombre de contacts

Coût de gestion du fichier

Coût pour un contact

Coût total pour l’ensemble des contacts

Coût total de l’action

Coût moyen pour un contact










19/19