Aide mémoire finance

Définir les notions de profitabilité, solvabilité et rentabilité ... réel / total des dettes) est généralement évaluée lorsque l'entreprise connaît un risque de défaillance. ..... DOSSIER 3 ? RENTABILITE, RISQUES D'UN PORTEFEUILLE DE TITRES.


un extrait du document



tés et Objectifs  PAGEREF _Toc4375836 \h 3
Généralités  PAGEREF _Toc4375837 \h 3
Les Objectifs du Cours  PAGEREF _Toc4375838 \h 4
Plan Comptable  PAGEREF _Toc4375839 \h 5
Etats Financiers  PAGEREF _Toc4375840 \h 9
Le Bilan  PAGEREF _Toc4375841 \h 9
Le Compte de Résultat  PAGEREF _Toc4375842 \h 10
Le Tableau de Flux de Trésorerie  PAGEREF _Toc4375843 \h 11
L'examen du Portefeuille  PAGEREF _Toc4375844 \h 12
Présentation des Etats Financiers  PAGEREF _Toc4375845 \h 14
Retraitements  PAGEREF _Toc4375846 \h 22
Inflation  PAGEREF _Toc4375847 \h 22
Coût des ressources subventionnées  PAGEREF _Toc4375848 \h 23
Dons en nature  PAGEREF _Toc4375849 \h 24
Indicateurs pour l’analyse financière  PAGEREF _Toc4375850 \h 26
Analyse de la qualité du portefeuille  PAGEREF _Toc4375851 \h 28
Les Ratios de Gestion  PAGEREF _Toc4375852 \h 32
Analyse de Rentabilité  PAGEREF _Toc4375853 \h 34
 Généralités et Objectifs  HYPERLINK \l "TC" (
Généralités
Les meilleures pratiques en microfinance au plan international montrent qu’une bonne analyse financière est la base de la réussite et de la pérennité des activités de microfinance. Certains disent même que sans analyse financière, les institutions de microfinance n’atteindront jamais la pérennité.

Qu’est-ce l’analyse financière?
Le calcul de ratios analytiques à partir des états financiers, et l’interprétation de ces ratios en vue de déterminer des tendances sur lesquelles fonder la prise de décision
La pérennité financière implique le financement de la croissance par des ressources commerciales et par les ressources générées en interne, plutôt que par les ressources provenant des bailleurs de fonds.
Pérennité
Couverture, par les produits d’exploitation de : charges administratives + pertes sur créances irrécouvrables + coûts des ressources + inflation + capitalisation pour la croissanceLes Objectifs du Cours
Maîtriser les outils nécessaires à la compréhension de la situation financière et de la pérennité financière de votre institution.
Utiliser l’analyse financière pour améliorer la pérennité de votre institution, en
Identifiant les composantes, le but et l’importance des principaux états financiers et les liens entre ces états;
Présentant le compte de résultat et le bilan de façon à ce que l’impact des ressources des bailleurs de fonds puisse être clairement identifié;
Analysant les états financiers pour suivre la rentabilité, l’efficacité et la qualité du portefeuille;
Retraitant les coûts au titre de l’inflation, du coût des ressources à taux subventionnés et des dons en nature; et
Identifiant les facteurs importants pour progresser vers la pérennité financière.

Plan Comptable  HYPERLINK \l "TC" (
Le Plan Comptable
Il fournit la base pour enregistrer et transcrire toutes les opérations financières de l’institution.
Il classe les informations financières de façon à pouvoir les utiliser ensuite dans les états financiers et les rapports de gestion.
Dans l’étude de cas utilisé (cours CGAP), les opérations sont généralement classées en cinq catégories : comptes d'actifs, de dettes, de fonds propres, de produits ou de charges. D’autres modèles (ex : SYSCOA et PCG) organisent les opérations en neuf classes ou trois catégories : comptes de bilan (1 à 5), comptes de gestion (6 à 8) et les comptes analytiques (9).

Déterminants
La structure et le niveau de détail du plan comptable déterminent le type d’information dont la direction pourra disposer et qu'elle pourra analyser à l’avenir.
La direction doit définir le plan comptable et être claire concernant ses besoins. En particulier, il est fondamental de pouvoir différencier les subventions données par les bailleurs, des produits d’exploitation générés par les produits et services de l’IMF. Les produits d’exploitation, et non les subventions, sont la base de l’analyse financière et il est capital de pouvoir les suivre précisément sans les surestimer.
Les différents utilisateurs des informations générées ont des besoins différents. De plus, les exigences des gestionnaires et auditeurs internes, du code fiscal, des bailleurs et de la réglementation influenceront la structure du plan comptable.
Certains plans comptables et modèles d’états financiers peuvent être réglementés et les IMF sont alors tenues de suivre les exigences de ces zones. Exemple d’un Plan Comptable : Etudes de cas (cours CGAP)
ActifDettesFonds Propres101Caisse201Emprunts à C-T301Capital appelé et versé102Réserve auprès de la Banque202Epargne des clients302Subv. en FP (cum ex antérieurs)103Placements203Dettes à L-T (comm.)303 Subv. en FP (mont de l’exercice)104Encours de crédit204Dettes à C-T (subv.)304Report à nouveau hors subv.105Provision pour créances douteuses205Produits affectés/ constatés d’avance305Résultat de l’exercice hors subv.106Autre actifs à court terme306Autres postes de fonds propres114Immobilisations à court terme115Terrains116Equipement117Amortissements118Autres comptes d’actifsProduitsCharges401Intérêts sur crédits à jour et en retard501Intérêts sur emprunts à court terme402Intérêts sur crédits re-financés 502Intérêts sur dépôts des clients403Intérêts sur placements503Intérêts sur emprunts à long terme404Commissions sur crédits505Dotations aux provisions pour créances douteuses 405Pénalités sur crédits en retard510Salaires et avantages sociaux410Subventions non affectées (exploitation)512Communication513Courrier/coursier514Loyer515Eau/gaz/électricité516Petit Equipement517Echéances de crédit-bail518Dotation aux amortissements519Frais bancaires520Publicité521Assurance522Fournitures523Maintenance524Frais de voyage et d’hébergement525Honoraires juridiques526Développement professionnel527Logiciel528Impression529Commissions et autres chargesExemple d’un Plan Comptable : Modèle BCEAO
ActifPassifOpérations avec les institutions financiers et assimilés10Encaisses et comptes ordinaires16Emprunts à moins d’un an11Dépôts à terme17Emprunts à terme12Prêts à moins d’un an18Ressources affectées13Prêts à termeOpérations avec les membres ou bénéficiaires20Crédits sains24Dépôts des membres201Court terme241Dépôts à vue202Moyen terme242Dépôts à terme203Long terme243Autres dépôts208Créances rattachées248Dettes rattachées21Crédits en souffrance29Provisions pour dépréciation des crédits en souffranceOpérations diverses30Stocks35Créditeurs divers31Titres à court terme36Comptes de régularisation32Débiteurs divers33Comptes de régularisationImmobilisationsProvisions, fonds propres et assimilés40Immobilisations financières50Provisions du passif401Titres de participation51Subventions d’investissement402Autres titres immobilisés52Report à nouveau41Dépôts et cautionnements42Immobilisations incorporelles53Autres réserves421Frais immobilisés54Réserve facultatives422Valeurs immobilisées55Réserve générale43Immobilisations corporelles56Fonds de dotation431Terrains et aménagement de terrains57Capital social432Constructions58Excédent ou déficit433Autres immobilisations corporelles44Immobilisations en cours
ChargesProduits60Charges financières70Produits financiers601Intérêts701Intérêts602Autres charges financières702Autres produits financiers61Achats et services extérieurs71Autres produits611Achats de fournitures de bureau711Production immobilisée6111Variation de stock712Produits divers612Eau et électricité713Subventions d’exploitation613Locations76Reprise sur amortissements et provisions614Entretiens et réparations761Reprise sur amortissements615Primes d’assurance762Reprise sur provisions62Autres services extérieurs77Produits exceptionnels621Publicité et relations publiques771Produit de cession des éléments d’actif622Transports et déplacements772Quote-part des subventions virées au compte de résultat623Frais postaux et de télécommunications773Autres produits exceptionnels624Services bancaires625Frais de formation, éducation, études, et recherche626Autres63Impôts et taxes64Charges de personnel641Frais de personnel642Charges sociales65Autres charges651Remboursements de frais652Charges diverses66Dotations aux amortissements et provisions661Dotations aux amortissements662Dotations aux provisions67Charges exceptionnelles671Valeur comptable des éléments d’actif cédés672Autres charges exceptionnelles68Impôt sur excédent réalisé sur opérations autres que les activités d’épargne et de crédit58Excédent ou Déficit Etats Financiers  HYPERLINK \l "TC" (
Les IMF utilisent en général quatre types d’états financiers:
Le bilan
Le compte de résultat
Le tableau de flux de trésorerie
L'examen du portefeuille

Le Bilan
Le bilan est la synthèse de la situation financière d’une organisation à une date donnée. Il présente les ressources économiques d’une organisation et les emplois correspondant à ces ressources.
ActifsDettesFonds PropresReprésentent ce qui appartient à l’institution ou ce qui lui est dû.
Il s’agit des éléments dans lesquels l’institution a investi des fonds dans le but de générer des rentrées futures d’argent.Représentent ce qui est dû par l’organisation aux tiers, soit sous forme d’emprunts contractés, soit sous forme d’obligation à fournir des biens ou services dans le futur. Représentent la valeur nette de l’institution.
Comprennent les apports en capital des investisseurs et bailleurs, les reports à nouveau et le résultat de l’exercice en cours.Le Compte de Résultat
Un compte de résultat indique la performance économique de l’organisation sur une période de temps déterminée. Il synthétise l’ensemble des produits générés et des charges engagées sur une période comptable donnée. Il est préparé de façon à ce que l’institution puisse déterminer son résultat net (la différence entre les produits et les charges).
ProduitsChargesRelatifs aux fonds gagnés par l’institution pour des biens vendus et des services rendus au cours d’une période comptable ; les produits comprennent :
Les intérêts des crédits à la clientèle
Les commissions sur les crédits
Les intérêts sur les dépôts en banque, etc.Représentent les coûts des biens et services utilisés afin de générer des produits. Les charges directes d’une IMF comprennent
Les charges financières,
Les charges d’exploitation, et
Les dotations aux provisions pour créances douteuses.Un compte de résultat
Est lié au bilan par des éléments tels que le résultat net, les amortissements, et au travers de la relation entre dotations aux provisions pour créances douteuses et provisions pour créances douteuses.
Utilise les taux historiques d’impayés (et les provisions actuelles) d’un portefeuille de crédit pour établir la dotation aux provisions.
Est lié au tableau de flux de trésorerie dans la mesure où le résultat net constitue le premier élément de ce tableau (méthode indirecte).
Le Tableau de Flux de Trésorerie
Un tableau de flux de trésorerie explique comment une organisation se procure des fonds (ressources) et comment elle utilise ces fonds (emplois) sur une période.
Un tableau de flux de trésorerie
Organise la trésorerie par opérations d’exploitation, d’investissement et de financement.
Opérations d’exploitation: services offerts (activités génératrices de revenus).
Opérations d’investissement: dépenses effectuées pour les emplois destinés à générer des produits futurs et des flux de trésorerie.
Opérations de financement: ressources provenant de, et retournant aux investisseurs, ressources ayant pour origine des emprunts (court-terme et long-terme) ainsi que les fonds des bailleurs.
Peut employer soit
La méthode directe, par laquelle sont présentées les principales rubriques d’entrées en numéraire brutes, et de paiements en numéraire bruts, pour parvenir au flux de trésorerie net (recommandé par les Standards Internationaux de Comptabilité).
La méthode indirecte part du résultat net, auquel on ajoute ou déduit selon le cas les opérations « non monétaires », les transactions engagées mais non encore soldées (charges ou produits constatés d’avance), les éléments de revenus ou dépenses associés aux flux d'investissement et aux flux de financement, pour parvenir au flux de trésorerie net.
L'examen du Portefeuille
Un examen de portefeuille fournit des informations sur les activités de crédit et d'épargne d’une IMF. Il fournit l’information correcte et en temps voulu sur la qualité du portefeuille. Souvent, il comprend d’autres indicateurs de performance (par ex. la portée).
L’information comprend habituellement
Le nombre et le montant total de crédits en cours en fin de période,
Le montant total et le nombre des crédits décaissés durant la période,
Le solde moyen des crédits, le montant des remboursements en retard,
Le montant de l’encours des crédits en retard,
Le montant des crédits passés en perte au cours de la période,
Une balance âgée,
L’information sur la durée des crédits, le nombre d’agents de crédit, et les soldes, etc.
Les ratios de qualité de portefeuille peuvent être calculés à partir des données du portefeuille. La balance âgée donne des informations très utiles pour évaluer la santé du portefeuille. Elle donne aussi un aperçu très pertinent sur la pérennité financière de l’IMF.
Il est lié au compte de résultat par le fait que le portefeuille est la principale source de revenu de l’institution.
Il est lié au bilan puisqu'il fournit les informations sur la valeur de l’encours de crédits et des créances passées en perte durant la période.
Il est lié aux états financiers par l’utilisation des données de la balance âgée du portefeuille, puisqu'elle sert de base à la détermination des montants de dotations aux provisions pour créances douteuses sur le compte de résultat, et du montant des provisions pour créances douteuses au bilan.

Liens entre les Différents Etats Financiers


Présentation des Etats Financiers  HYPERLINK \l "TC" (
La plupart des IMF dépendent des fonds des bailleurs. Elles ne réalisent pas leur niveau de dépendance et oublient que l’argent des bailleurs n’est pas illimité. Nous voulons chercher à créer des états financiers qui nous aideront à voir clairement l’impact des fonds des bailleurs sur notre situation financière, et son lien avec la pérennité financière.

Le format recommandé par le CGAP:

Compte de résultat
Les fonds des bailleurs sont inclus après le résultat net d’exploitation.
Bilan
Il y a trois sources distinctes de fonds propres provenant du compte de résultat:
Report à nouveau de l’exercice (moins les subventions en numéraire)
Subventions de l’exercice
Autres postes de fonds propres—y compris produits nets hors exploitation
Cette séparation des fonds des bailleurs est importante car elle permet de mettre en évidence dans le temps, la proportion des fonds propres qui provient de l’institution et celle qui provient des bailleurs de fonds.

Trois Façons Utilisées par les IMF pour Traiter
les Subventions en Numéraire
Buts: 1. Séparer les subventions des produits d’exploitation
2. Faire apparaître distinctement les subventions dans les fonds propres
Le préféré car le traitement des subventions et fonds propres est le plus transparent A. Les subventions et dons de l’exercice sont d’abord enregistrés sur le compte de résultat, en dessous de la ligne du résultat d’exploitation, mais les subventions affectées ou les dons pour lesquels les conditions sont remplies, sont divisés selon leurs emplois: i.e. Opérations, Fonds de crédit ou Equipement. Ensuite, les subventions et dons sont transférés selon leur utilisation au Bilan, séparément du résultat de l’exploitation. Acceptable, moins transparent que AB. Les subventions et dons de l’exercice sont d’abord enregistrés sur le compte de résultat, en dessous de la ligne du résultat d’exploitation. (Cela comprendra le montant des subventions non-affectées et la partie des subventions affectées pour lesquelles les conditions ont été remplies durant l’année.) Ces subventions sont ensuite transférées comme un montant au Bilan, séparément du résultat d’exploitation. Moins recommandé, non conforme à l'IAS 20 « exigence légale en zone francophone »C. Les subventions non-affectées de l’exercice et les fonds affectés à l’exploitation sont enregistrés au compte de résultat en dessous de la ligne du résultat d’exploitation. Ensuite, ils sont transférés au Bilan, séparément du résultat de l’exploitation. Les subventions de l’exercice affectées au fonds de crédit ou aux équipements sont enregistrées directement comme fonds propres au Bilan.
Exemple du Compte de Résultat : Format CGAP
Période de l’exerciceProduits d’Exploitation1.Intérêts et commissions sur crédits2.Produits d’autres services financiers3.Produits de placements4.Total produits d’exploitationCharges d’Exploitation5.Intérêts et commissions6.Dotations aux provisions pour créances douteuses7.Charges opérationnelles – personnel8.Autres frais généraux9.Total charges d’exploitation10.Résultat net d’exploitationProduits et Charges Hors Exploitation11.Subventions en numéraire12.Autres produits hors exploitation13.Total charges hors exploitation14.Résultat total consolidéSource: Cadre d’évaluation des institutions de microfinance, Secrétariat du CGAP, Juillet 1999.
Exemple de Compte de Résultat : Définition de Postes
PostesUtilisation des Comptes Produits d’Exploitation1. Intérêts et commissions sur créditsTous les produits des crédits octroyés à la clientèle 2. Produits provenant d’autres services financiers (les détailler) Par exemple, commissions sur les comptes d’épargne 3. Produits de placementsIntérêts provenant des comptes bancaires rémunérés ou des placements financiers destinés principalement à la gestion de trésorerie4. Total des produits d’exploitation Charges d’Exploitation5. Intérêts et commissionsIntérêts et commissions versés sur les emprunts contractés, sur les dépôts des clients ou sur toute autre dette servant à financer les activités de services financiers. 6. Dotations aux provisions pour créances douteusesCoût de la constitution/du maintien de la provision pour créances douteuses. Si les abandons de créances pour l’exercice sont supérieurs à la provision existante, passer une charge à ce poste. 7. Charges de personnelToutes les charges de personnel et de consultants; dont les cotisations sur salaires et autres avantages sociaux (de préférence utiliser la comptabilité d’engagement, surtout s’il s’agit de dépenses futures d’un montant important comme les indemnités de licenciement).8. Autres frais généraux Ne pas décomposer en plus de 10 catégories (exemple: loyer, transport, fournitures, eau/électricité/gaz, commissions, amortissements, autres).9.Total des charges d’exploitation10. RESULTAT NET D’EXPLOITATIONProduits et Charges Hors Exploitation*11. Subventions en numéraireToutes subventions en numéraire. Ne pas inclure les dons de biens et services en nature.12. Autres produits hors exploitation (le cas échéant)Par exemple: produits de placements qui n’ont pas été effectués dans le cadre de la prestation de services financiers, produits de services non financiers, cession de terrain, activité de conseil, etc.13. Charges hors exploitation (le cas échéant)Toutes les charges qui ne sont pas liées à la prestation de services financiers comme une évaluation ou une étude d’impact commanditée par un bailleur de fonds. 14. RESULTAT TOTAL CONSOLIDERésultat net d’exploitation + produits hors exploitation – charges hors exploitation*Tous les produits qui ne proviennent pas des activités de services financiers. Exemple de Bilan : Format CGAP
Période de l’exerciceActif1.Caisse et disponibilités bancaires2.Réserves auprès de la Banque centrale3.Placements à court terme sur les marchés financiers4.Encours de crédits brut5.(Provisions pour créances douteuses)6.Autres actifs à court terme7.Immobilisations financières8.Immobilisations nettes9.Total ActifDettes10.Comptes d’épargne obligatoire11.Comptes d’épargne volontaire12.Dépôts à terme13.Emprunts aux conditions du marché 14.Emprunts auprès de la Banque centrale15.Emprunts à taux subventionné16.Autres dettes à court terme17.Autres dettes à long terme18. Total DettesFonds Propres 19.Capital social (appelé et versé)20.Subventions en fonds propres (montant cumulé des années antérieures)21.Subventions en fonds propres (de l’exercice)22.Report à nouveau (hors subventions)23.Résultat de l’exercice (hors subventions)24.Autres postes de fonds propres25. Total Fonds Propres26. TOTAL PASSIFSource: Cadre d’évaluation des institutions de microfinance, Secrétariat du CGAP, Juillet 1999.
Exemple de Bilan : Définitions des postes
PostesUtilisation des comptesActif1. Caisse et disponibilité bancairesMonnaie en caisse, dépôts à vue, compte chèque courant et autres instruments peu ou pas rémunérés2. Réserves déposées à la Banque centraleUniquement dans les cas où il s’agit d’intermédiaires financiers agréés3. Placements à court terme sur les marchés financiersDépôts rémunérés et placements financiers destinés principalement à la gestion de trésorerie4. Encours brut de créditsTotal de l’encours de crédits aux clients y compris les crédits en arriérés pas encore passés en perte5.(Provisions pour créances douteuses)Poste qui vient en déduction de l’actif: provisions pour couvrir les pertes probables sur les crédits à problème qui n’ont pas encore été passés en perte6. Autres actifs à court terme Créances clients ou débiteurs divers, intérêts courus sur les placements, comptes de régularisation7. Immobilisations financièresParticipation dans toute autre entreprise, autres immobilisations à long terme générant un rendement8. Immobilisations nettes Terrains, constructions, équipements, valeur nette des amortissements 9. Total ActifDettes10. Epargne obligatoireDépôts obligatoires des clients prévus par la méthodologie de crédit11. Epargne volontaireDépôts à vue du grand public12. Dépôts à termeCertificats de dépôts du grand public13. Emprunts aux conditions du marchéEmprunts contractés par l’institution au taux d’intérêt du marché auprès des banques et autres institutions financières14. Emprunts auprès de la Banque centraleRéescompte sur autres lignes de crédit spécifiques à la Banque centrale15. Emprunts à taux subventionnéEmprunts à taux concessionnels contractés auprès des bailleurs de fonds, etc. 16. Autres dettes à court termeDettes fournisseurs ou créditeurs divers, intérêts courus dus sur les emprunts et les dépôts, comptes d’attente et de régularisation17. Autres dettes à long termeEmprunts fonciers, emprunts obligatoires, etc. 18. Total DettesFonds Propres19. Capital social (appelé et versé) Apport en capital versé par les actionnaires20. Subventions en fonds propres (montants cumulés des années antérieures)Subventions en numéraire versées au cours des années antérieures21. Subventions en fonds propres de l’exerciceToute subvention/don de l’exercice (dont celles qui figurent au compte de résultat sous la ligne résultat net d'exploitation)22. Report à nouveau (hors subventions)Montant cumulé des résultats d’exploitation (hors subventions) des exercices antérieurs 23. Résultat de l’exercice (hors subventions)Montant du bénéfice/ou perte d’exploitation (hors subventions) de l’exercice24. Autres postes de fonds propresAutres réserves spéciales ou autres comptes de capitaux 25. Total Fonds Propres26. TOTAL PASSIF L’analyse Financière Est Nécessaire pour un Grand Nombre de Décisions de Gestion Financière:
Comment gérer les finances pour atteindre les objectifs stratégiques ?
Comment accroître la rentabilité ?
Comment atteindre l’autosuffisance/seuil de rentabilité ?
Comment améliorer l’efficacité surtout en diminuant les coûts par clients ?
Quel est le niveau optimal de chaque dépense opérationnelle y compris le coût de ressources ?
Comment gérer le coût des ressources humaines, comme partie intégrante de la gestion des ressources humaines  ?
Comment prendre en compte l’effet de l’inflation ?
Quelle est la politique de provisionnement pour créances douteuses ?
Quelle est la politique d’abandon de créances et de rééchelonnement ?
Quel taux d’intérêt l’IMF devra fixer pour ses produits?
Comment gérer les flux de trésorerie—c.à.d, comment rester solvable tout en faisant en sorte que le nombre maximum de crédits soit décaissé, en fixant un objectif de liquidité ?
Quelle est la meilleure structure de financement, c.à.d., quel niveau d’emprunt y compris des sources commerciales, et de quel capital auriez-vous besoin ?
Quelle doit être la structure des actifs?
Comment gérer les immobilisations, c.à.d., la politique d’amortissement (c’est une disposition légale), comment les financer, sont-elles assurées, sont-elles sécurisées?
Quels sont les risques de change et peuvent-ils être minimisés?
Comment faire une analyse de tendance et comparer la performance réelle contre la performance projetée ?

Note: Ces décisions proviennent d’une séance de réflexion des responsables financiers des IMF en Bosnie-Herzégovine.
Retraitements  HYPERLINK \l "TC" (
Les retraitements sont les coûts supplémentaires ou “cachés”, engagés par l’IMF, et que nous devons connaître pour des besoins de gestion interne, par exemple, en calculant et analysant des ratios d’efficacité et rentabilité. Ils ne doivent pas être inclus dans les états financiers audités; ce sont des ajustements internes.
Quels sont les coûts engagés par une IMF qui n’apparaissent pas dans les charges?
Inflation
Coûts de ressources à taux subventionnés
Subventions en numéraire
Inflation
Quels sont les éléments affectés par l’inflation?
Les actifs et dettes ont une nature contractuelle et leurs prix incluent normalement le coût d’inflation, ou pourront être facilement ajustés pour prendre en compte le coût d’inflation. Par contre l’inflation affecte négativement les produits (ou charges), mais en général les actifs et dettes eux-mêmes ne sont pas affectés.

Comment l’inflation affecte-t-elle le Bilan?
Bien que les fonds propres soient érodés par l’inflation, ils sont en partie investis en immobilisations, lesquelles s’apprécient avec l’inflation, ce qui compense dans une certaine mesure l’impact sur les fonds propres. En d’autres termes, c’est seulement la partie des fonds propres qui reste après avoir soustrait la valeur des immobilisations qui est affectée par l’inflation.
Autrement dit, l’inflation affecte "la différence entre les actifs financiers et les dettes financières." C’est à dire que l’inflation affectera la partie des fonds propres non immobilisée.

Retraitement au titre de l’inflation =
(Fonds propres moyens – Immobilisation moyennes) * Taux d’inflation annuelCoût des ressources subventionnées
Quelle est la logique du retraitement des charges au titre du coût des ressources à taux subventionnés?
Aider les responsables à prendre en considération le coût des sources de fonds commerciaux comme les emprunts bancaires ou l’épargne, au lieu des emprunts à taux concessionnels.
Examiner comment une IMF peut être indépendante des fonds des bailleurs à long terme, implique d’identifier où sont les subventions, et de voir quelle est leur importance.
Retraitement au titre du coût des ressources =
(Moyenne des dettes financières x Prix de référence des ressources) – Charges d’intérêts et commissionsDons en nature
Ce retraitement prend en compte le coût, ou la valeur de marché, des biens et services que l’IMF ne paie pas, mais qui sont importants pour la conduite de son activité.
Ils peuvent comprendre:
Assistance technique
Formation
Loyer
Moyens de transport
Autres consultants étrangers, etc.
Les subventions en nature importantes augmentent les coûts retraités d’une IMF et augmentent le temps nécessaire pour atteindre la pérennité. La question que les Directeurs des IMF doivent se poser est de savoir s’ils veulent réellement de ces dons. Retraitements au Titre de l’Inflation et des Subventions
Période de l’exercice1.Produits d’exploitation2.Charges d’exploitation non retraitées3.Retraitement au titre de l’inflationa.Fonds Propres Moyensb.Immobilisations nettes moyennesc.InflationRetraitement au titre de l’inflation = (a – b) x c4.Retraitement au titre du coût des ressources subventionnéesa.Dettes financières moyennesb.Prix de référence des ressources c.Charges d’intérêt et commissionsRetraitement au titre du coût des ressources subventionnées = (a x b) – c5.Retraitement au titre des dons en naturea.Personnelb.AutresRetraitement au titre des subventions en nature6.Charges d’exploitation retraitées7.Résultat d’exploitation retraité 
Indicateurs pour l’analyse financière  HYPERLINK \l "TC" (
Analyse de la Qualité du Portefeuille
Taux d’impayés – Portefeuille à risque
Balance âgée du portefeuille de crédits
Taux d’abandon de créances
Efficacité et Productivité
Nombre d’emprunteurs actifs par employé
Nombre d’emprunteurs actifs par agent de crédit
Encours de crédits par agent de crédit
Nombre de clients par agence
Rendement du portefeuille
Efficacité administrative
Efficacité opérationnelle
Charges de personnel en pourcentage des charges administratives
Rentabilité
Rendement retraité de l’actif
Rendement retraité des fonds propres
Autosuffisance opérationnelle
Autosuffisance financière
Utilisation des Ratios
L’analyse des ratios est un outil de gestion financière qui permet aux dirigeants des institutions de microfinance de vérifier leur progression vers la pérennité.
Ils peuvent aider à répondre aux deux questions de base que toute institution proposant des services de microfinance a besoin de se poser:
L’institution est-elle en train d’atteindre la rentabilité ou progresse-t-elle dans ce sens?
Quelle est son efficacité dans l’atteinte de ses objectifs?
Pris ensemble, les ratios proposés fournissent une bonne image de la santé financière de l’activité d’épargne/crédit, et de l’institution dans son ensemble.
Aucun ratio ne dit tout. Il n’y a pas une valeur pour un ratio particulier qui soit nécessairement la bonne. C’est l’évolution de ces ratios dans le temps qui est capitale.
Les ratios doivent être analysés ensemble, et ils sont beaucoup plus utiles lorsqu’ils sont suivis de façon régulière sur une certaine période. Une mesure fréquente peut aider à identifier les problèmes qui doivent être résolus avant qu’ils ne mettent en danger l’institution de microfinance, permettant alors la correction. L’analyse des tendances aide aussi à modérer l’influence de la saisonnalité ou des facteurs exceptionnels.
Les différents niveaux d’utilisateurs auront besoin d’une analyse et d’un ensemble d’indicateurs différents. Ils peuvent être synthétisés comme suit:
Le personnel d’exploitation a besoin d’indicateurs de qualité de portefeuille, d’efficacité, de portée et de rentabilité des agences.
La direction a besoin d’indicateurs de qualité du portefeuille de l’institution dans son ensemble, d’efficacité, de rentabilité, de liquidité et d’effet de levier.
Les autorités de supervision ont besoin du ratio de couverture des risques par les fonds propres et de ratios de liquidité.
Les bailleurs/investisseurs ont besoin d’indicateurs de qualité du portefeuille au niveau de l’institution dans son ensemble, d’effet de levier et de rentabilité.
Outre l’analyse des tendances passées, les ratios, en relation avec les décisions stratégiques, sont utiles lorsque l’on prépare les projections financières. Analyse de la qualité du portefeuille
L’encours de crédits d’une institution de microfinance est le capital restant dû de tous les crédits. Le facteur de risque majeur dans un portefeuille n’est pas constitué par les remboursements en retards mais par le montant restant dû des crédits ayant des remboursements en retard. Les remboursements en retard constituent un signal d'alarme des difficultés d'un emprunteur, et indiquent que cet emprunteur pourrait s'avérer incapable de payer le solde du crédit; ainsi, c'est le capital restant dû qui doit être considéré comme "à risque".
Le plus courant:
Le Taux d’Impayés= Montant des remboursements en retard
Encours de crédits

Meilleur:
Capital restant dû des crédits ayant
Le Portefeuille à Risque= des remboursements en retard
(PAR) Encours de Crédits
Les Ratios de Suivi des Crédits et la Qualité du Portefeuille
Les ratios vous permettent d’analyser les relations financières pour diagnostiquer l’état de santé de votre institution. Les ratios clés doivent être suivis régulièrement pour mesurer la performance. Le tableau ci-dessous décrit le but de chaque indicateur et donne une fourchette de valeurs acceptables pour chaque ratio.
IndicateurRatioMesurePortefeuille à risque (PAR) classé par ancienneté*Capital restant dû des crédits
ayant des remboursements en
retard d’au moins (1, 31, 61) jours
Encours de crédits
Combien pourriez-vous perdre si tous les emprunteurs en retard cessaient de rembourser? Le classement par ancienneté permet de distinguer les crédits très risqués des crédits moins risqués. (Plus le retard est important, plus le risque d’irrécouvrabilité est élevé.)Taux d’impayésMontant en retard
Encours de créditsLe non remboursement est-il fréquent? Mesure le montant du capital qui est dû mais impayé.Taux de remboursement Montant remboursé (à jour et en retard)
- remboursements anticipés 
Total dû pour la période +
Montant en retard des périodes précédentesCompare le montant remboursé au montant échu/attendu sur une période donnée. Ne donne pas d’information utile sur les performances de l’encours de crédits.Taux de recouvrement global sur la période  Montant recouvré
pendant la période (P or P+I)**  
Montant dû pour la période (P or P+I) d’après les termes des contrats de prêtFluctue de mois en mois. N’est significatif que sur une longue période. Peut être traité algébriquement pour prévoir le taux d’abandons de créances. Taux annuel d’abandons de créances* Montant passé en perte
Encours de crédits moyenUtile pour la fixation de taux d’intérêt. Coût annuel des impayés doit être compensé par une augmentation du produit des intérêts.Note: Portefeuille à risque (PAR) et taux annuel d’abandons de créances sont les ratios recommandés pour l’analyse de la qualité du portefeuille. Les autres ratios ont plus de limites comme indiqué dans la colonne "Mesure".
*Voir Etude spéciale CGAP No. 3, Mesurer des Taux d’Impayés en Microfinance : Les ratios peuvent être dangereux pour votre santé.
** P = principal, I = intérêt.
Logique des Dotations et Provisions pour
Créances Douteuses
Conserver dans les livres des crédits qui ont peu de chances d’être remboursés conduit à surestimer la taille du portefeuille.

“Une politique bien définie de provisions pour créances douteuses et d’abandons de créances réguliers évite à l’institution d’avoir à déclarer un gros montant irrécouvrable en une seule fois et donc de diminuer considérablement son actif.”
Katherine Stearns. The Hidden Beast: Delinquency in Microenterprise Programmes, Accion International, 1991.

Provisions pour Créances DouteusesDotation aux ProvisionsAbandons de CréancesUne écriture comptable représentant le montant de capital restant dû que l’IMF considère comme non recouvrable
Un actif négatif au bilan, en diminution de l’encours brut de crédits. Une charge constatée au compte de résultat.
Alimente la provision au bilan
N’est qu’une écriture comptable.
Ne signifie pas que la procédure de recouvrement auprès de l’emprunteur doit être interrompue.
Diminue à la fois la provision pour créances douteuses et l’encours brut de crédits.Source: Joanna Ledgerwood. Financial Management Training for Microfinance Organizations, CALMEADOW, 1996.
Traitement des Provisions pour Créances Douteuses et Abandons de Créances
Une provision enregistre la possibilité qu’un actif du bilan ne soit pas réalisable à 100%. La perte probable de valeur d’un actif peut être due à des évènements tels que la dépréciation d’un bien, la perte de stock, ou des créances irrécouvrables.
La provision est un moyen de passer progressivement en charge cette perte probable de valeur au cours de la période pendant laquelle l’actif en question génère un revenu, au lieu d’attendre que la perte soit effective.
Les provisions ne sont que des écritures et des estimations comptables. Ces opérations n’ont pas d’incidences sur les disponibilités.
Les dotations aux provisions pour créances douteuses pour un exercice sont passées en charges au compte de résultat. Le montant correspondant se constitue progressivement dans le bilan au poste provision qui est un actif négatif:
L’enregistrement comptable est:
Débit Dotation aux provisions pour créances douteuses
Crédit Provisions pour créances douteuses
Pertes sur créances irrécouvrables ou abandons de créances sont enregistrés lorsqu’il est certain que des créances sont irrécouvrables. Puisque l’on a déjà tenu compte, dans les livres comptables, de la possibilité que certains crédits soient irrécouvrables, par l'intermédiaire des provisions, lorsque l’on effectue un abandon de créance, on modifie en contrepartie le compte de provisions et on déduit les pertes de l’encours de crédit brut.
L’enregistrement comptable est:
Débit Provisions pour créances douteuses
Crédit Encours de crédit brut
Les abandons de créances n’affectent pas l’encours de crédit net à moins qu’il y ait eu augmentation des provisions pour créances douteuses au préalable.
Lorsque les créances abandonnées sont recouvrées, on les enregistre au compte de résultat comme des produits divers.Les Ratios de Gestion
L’efficacité mesure si une institution sert autant de gens que possible au coût le plus bas possible.

Les Ratios de Gestion:
Considèrent l’efficacité par rapport à l'encours moyen de crédits, les crédits étant la principale source de produits pour l’institution;
Examinent la productivité du personnel et les charges de personnel qui sont habituellement les charges les plus importantes d’une IMF, et
Couvrent les aspects clés à la fois de l’efficacité institutionnelle et de l ‘efficacité du personnel.

Les trois types de ratios de gestion sont les ratios de productivité du personnel, les ratios de productivité financière et les ratios d’efficacité opérationnelle.

Ratios de Productivité du PersonnelNombre d’emprunteurs actifs par employé
Nombre d’emprunteurs actifs par agent de crédit
Nombre d’emprunteurs actifs par agence
Encours de crédits brut par agent de crédit
Ratio de Productivité Financière
Rendement du portefeuille =

Produits des intérêts et commissions sur crédits Encours de crédits net moyenRatios d'Efficacité Opérationnelle
Efficacité Opérationnelle =

Charges d’exploitation totales + dons en nature* Encours de crédits net moyen


Efficacité administrative = Charges de personnel + autres charges
    administratives + dons en nature
Encours de crédits net moyen
Charge de personnel =Charges de personnel + dons de personnel en nature  Total des charges administratives + total des dons en nature Indicateurs de Rentabilité
TermeFormule de calculDéfinitionRésultat d’exploitation retraitéProduits d’exploitation – Charges d’exploitation retraitéesLe résultat de l’institutionRendement retraité des actifsRésultat d’exploitation retraité
Actifs totaux moyensAvec quel niveau de productivité l’institution a-t-elle utilisé ses actifs Rendement retraité des fonds propresRésultat d’exploitation retraité
Fonds propres moyensRendement des fonds propres de l’institutionAutosuffisance opérationnelle  Produits d’exploitation  
Total des charges d’exploitationLe niveau de couverture des charges d’exploitation par les produits d’exploitationAutosuffisance financière        Produits d’exploitation        
Charges d’exploitation retraitéesLe niveau de couverture des charges d’exploitation retraitées par les produits d’exploitationAnalyse de Rentabilité
CGAP Etude Spéciale 1, Les taux d’intérêts applicables aux microcrédits  HYPERLINK "http://www.cgap.org/html/p_occasional_papers01.html" http://www.cgap.org/html/p_occasional_papers01.htmlCGAP Série « Outil technique » 4, Cadre d’évaluation des institutions de microfinance HYPERLINK "http://www.cgap.org/html/p_technical_guides04.html" http://www.cgap.org/html/p_technical_guides04.html

 NUMPAGES 35

CGAP Aide Mémoire : Analyse Financière •  PAGE 7

CGAP Aide Mémoire : Analyse Financière •  PAGE 34












Pérennité =
Couverture de : charges administratives + Pertes sur créances + Coût des ressources + Inflation + Capitalisation pour la croissance, à partir des produits d’exploitation






(Average Equity – Average Fixed Assets)
* Inflation Rate










Variations

ACTIF = PASSIF (Dettes + Fonds Propres)

Bénéfice/Perte
Dons/subventions
Pertes sur créances irrécouvrables
Amortissements

Compte de Résultat
Exercice en cours






Bénéfice/Perte

Produits/ Charges calculés











Bilan
Année N-1


Flux de trésorerie
Exercice en cours

















Bilan
exercice en cours

Pérennité