Extraits Repères pour la formation : Les Savoirs

... de formation et, ensuite, lors de son inscription à l'examen, grâce à une codification différente selon le champ d'application. ...... Gradateur à angle de phase.

un extrait du document

















EXTRAIT du REPÈRES POUR LA FORMATION


Baccalauréat professionnel ELEEC
"Électrotechnique, Énergie,
Équipements Communicants"



1. LE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ELEEC
Le baccalauréat Professionnel Électrotechnique Énergie Équipements Communicants (ELEEC) est totalement inscrit dans la continuité du BEP Métiers de l’électrotechnique. Il en est le prolongement naturel.

1.1. Tout le métier de l’électricien

Ce baccalauréat aborde toutes les compétences professionnelles liées au métier d’électricien, depuis le point de livraison de l’énergie jusqu’aux applications terminales de conversion de l’énergie. Le métier de l’électricien est pris en compte dans sa globalité, la formation n’est pas centrée uniquement sur les applications terminales. La référence essentielle à la notion d’ «ouvrage » au sens de la publication UTE C-18-510 est constamment faite dans l’écriture du référentiel.

1.2. Un seul baccalauréat professionnel pour deux champs d’application différents

Il se décline selon deux champs distincts, le champ d’application habitat/tertiaire et le champ d’application industriel.

La distinction entre ces deux champs, dont un est approfondi, se fait au sein des établissements de formation par la mise en œuvre d’applications terminales différentes. Cet approfondissement ne correspond surtout pas à une « spécialisation » mais à un objectif de développement de compétences spécifiques lors d’interventions ciblées sur des applications terminales dédiées.

Quel que soit le champ d’application, habitat/tertiaire ou industriel, l’ensemble des savoirs du référentiel est enseigné. Deux tiers de tous les savoirs sont traités au même niveau taxonomique, ils constituent ainsi  un tronc commun  de connaissances. Seul, le tiers des savoirs, lié à la mise en œuvre d’applications terminales spécifiques, est décliné à des niveaux taxonomiques différents.

L’établissement choisit un seul des deux champs, dans le cadre du Plan Régional de Développement des Formations, en collaboration avec l’ensemble des partenaires. Il permet l’adaptation de la formation au tissu local. Le temps imparti à la formation n’étant pas suffisant pour traiter les deux champs, ce choix est indispensable. Il s’appuie, en particulier, sur le vivier d’entreprises pouvant assurer l’accueil des candidats lors de leurs périodes de formation en milieu professionnel.

Le candidat choisit son champ d’application, par anticipation lors de son inscription dans l’établissement de formation et, ensuite, lors de son inscription à l’examen, grâce à une codification différente selon le champ d’application. Le diplôme délivré ne fait pas référence au champ d’application choisi dans la mesure où ce baccalauréat ne comporte ni option ni dominante.

Pour autant, cette différentiation n’est surtout pas un obstacle à une insertion dans l’emploi ouverte aux deux champs ; habitat/tertiaire ou industriel. Ce baccalauréat professionnel aborde l’ensemble des savoirs, la mise en œuvre de cette distinction selon deux champs d’applications distincts, n’est donc en aucun cas une « préorientation » à l’emploi.

1.3. Un renforcement du partenariat

Dans le cadre du partenariat toujours plus étroit avec l’ensemble du monde professionnel, une véritable partition de la formation est instituée. Certaines compétences caractéristiques, clairement repérées dans le référentiel, sont majoritairement acquises et évaluées en entreprise. La prise en compte des activités professionnelles réalisées pendant les seize semaines s’en trouve renforcée et, par voie de conséquence, le rôle du tuteur qui encadre la formation également.

La typologie des entreprises choisies, pour effectuer les périodes de formation en milieu professionnel, sera déterminante pour poursuivre l’approfondissement lié au champ d’application retenu. Par contre, pour renforcer la maîtrise des compétences rattachées au tronc commun de connaissances, il est fondamental, pendant environ quatre semaines, d’effectuer une période de formation en entreprise dans l’autre champ.


1.4. De nouveaux savoirs

Pour intégrer les évolutions souhaitées, de nouveaux savoirs apparaissent notamment « la  communication et le traitement de l’information » qui introduisent les courants faibles et leur cohabitation avec les courants forts. La « démarche qualité » ainsi que les « techniques de communication et de gestion » deviennent des éléments nécessaires de la formation. Les notions « d’organisation » et de « relations client », incontournables au sein de l’entreprise, marquent la spécificité des activités accomplies par le titulaire du baccalauréat professionnel. Enfin, un enseignement des lois générales liées à l’électrotechnique est prévu en raison de nécessaires approfondissements.

1.5. La certification

Les différentes épreuves et sous-épreuves permettent la validation de savoirs et de savoir-faire se rapportant au tronc commun et au champ d'application pour lequel le candidat est inscrit.
Une seule épreuve écrite permet de valider les connaissances mobilisées autour de l’exploitation du dossier technique d’un ouvrage. La validation des PFMP est renforcée par la réalisation d’un dossier de synthèse et d’un oral de présentation.
Trois sous-épreuves permettent de certifier les contenus attachés aux compétences du tronc commun. Une quatrième sous-épreuve, liée au champ d’application retenu, permet de certifier la maîtrise de la mise en œuvre d’applications terminales distinctes.

1.6. Conclusion

Le baccalauréat professionnel ELEEC doit permettre de répondre aux nouvelles compétences requises par l’entreprise et favoriser l’insertion professionnelle. Cette insertion aboutira si la formation dispensée intègre toutes les dimensions du métier d’électricien tout en tenant compte des applications spécifiques mais sans tomber dans le travers de la spécialisation.

2. LA FORMATION

2.1. Répartition de l’horaire des enseignements


Légende TC : tronc commun T : habitat tertiaire I : industriel

ClasseGroupeTotalTCITTCITTotal TCTotal ITotal TS0250045007000S13800423434803434S23936413414803720S31544101212251616S4411817344455756272S51020353840454040S670024003100S7140026074007Total189272725716216244618918970%30%30%
Répartition globale des heures classe et groupe.

ClasseGroupeTotalTertiaire216419635Industriel216419635
Horaires officiels, épreuves CCF incluses

ClasseGroupePPCPTotal21632495635
Niveaux taxonomiques d'acquisition des compétences
Niveau de production d’une compétenceNiveau d’apprentissageType de savoir et savoir-faire (niveau d’acquisition)Savoir-faire professionnelSavoir technologiqueActivité de l’apprenant1
Niveau d’informationACQUÉRIR
et
Apprendre que...
Connaître le vocabulaire, les concepts fondamentaux, les règles, les modèles technologiques, les normes …La question et la réponse sont les mêmes que lors de l’apprentissageSavoir que
(savoir passif)


Restituer la connaissance à l’identiqueS’INFORMER et RESTITUER
Connaissances sur un savoir, sur les termes composant la discipline.

Il s’agit de restituer un savoir.2
Niveau de reproduction des modèlesUTILISER
et
Apprendre à faire
Utiliser le vocabulaire, les concepts fondamentaux les règles, les modèles technologiques …L’élève fournit une même réponse à des situations différentes mais présentant des caractéristiques communes.Savoir faire
(savoir intégré)

Extrapoler une représentation
transposer une actionREPRODUIRE
des tâches professionnelles à partir d’instructions détaillées, d’exemples, relatives à l’exécution d’ouvrage, à la fabrication de pièces élémentaires.
Il s’agit de transférer un savoir en savoir faire par reproduction à l’identique
Ce niveau englobe le niveau précédent3
Niveau de maîtrise des outilsORGANISER
et
Apprendre pourquoi

Organiser les concepts fondamentaux les règles, les modèles technologiques …La question et la réponse sont nouvelles, mais toutes deux peuvent être rattachées à des classes apprisesSavoir faire
(savoir actif)
Interpréter un phénomène
Appliquer des règles, procédures, méthodesAPPLIQUER
Effectuer des tâches professionnelles à partir d’instructions détaillées en ce qui concerne l’étude, les méthodes d’exécution, le cahier des charges
Il s’agit d’appliquer des règles, principes, méthodes et algorithmes en toute autonomie
Ce niveau englobe le niveau précédentTrouver dans ce que l’on a appris antérieurement, une information répondant à des conditions précises. Cette recherche ayant lieu pour la première fois.Savoir et savoir-faire
(savoir dynamique)
Analyser l’exploration du milieu (du réel ou du possible)
Synthétiser les acquis mobilisés4
Niveau de la maîtrise méthodologiqueCHOISIR
et
Apprendre comment

Choisir les concepts fondamentaux les règles, les modèles technologiques …Découvrir une information complexe ou
Résoudre un problème nouveau en inventant la démarche de solutionSavoir et savoir-faire
(savoir créatif)
Résoudre le problème et évaluer son exactitudeCONCEVOIR
Et effectuer les tâches professionnelles en toute autonomie, d’un degré de complexité compatible avec sa qualification
Il s’agit de concevoir des parties d’ouvrage, des plans d’action, maîtriser une démarche etc.
Ce niveau englobe les niveaux précédents
Les niveaux taxonomiques peuvent être différents suivant le champ d'application privilégié par l'établissement de formation.
Ils sont différenciés dans les colonnes niveaux taxonomiques suivant cette légende:TCTC : Tronc commun. Le niveau taxonomique est commun aux deux champs d'applications "habitat/tertiaire" et "industriel".TT : Les savoirs sont déclinés de manière spécifique sur des supports liés au champ d'application "habitat/tertiaire". II : Les savoirs sont déclinés de manière spécifique sur des supports liés au champ d'application "industriel". 





 EMBED Word.Document.8 \s 




2.3. Exploitation des savoirs associÉs : horaires et commentaires
Sommaire du paragraphe

Savoir S0 : Électrotechnique – Expérimentation scientifique et
technique – Dimensionnement     page 
S0.1 : Circuits parcourus par un courant continu
S0.2 : Circuits parcourus par un courant alternatif sinusoïdal
S0.3 : Machines électromagnétiques
S0.4 : Appareils de mesures
S0.5 : Conversion de signaux et modulation de l’énergie
S0.6 : Compatibilité électromagnétique
Savoir S1 : Distribution de l’énergie     page 
S1.1 : Réseaux HTA
S1.2 : Transformateurs HTA / BTA
S1.3 : Schémas de liaison à la terre BTA
S1.4 : Réseaux basse tension
S1.5 : Gestion de l’énergie
Savoir S2 : Utilisation de l’énergie     page 
S2.1 : Machines électromagnétiques
S2.2 : Électrothermie
S2.3 : Éclairagisme
S2.4 : Pneumatique
Savoir S3 : Commande de l’énergie     page 
S3.1 : Interruption en tout ou rien du flux énergétique
S3.2 : Modulation du flux énergétique
Savoir S4 : Communication et traitement de l’information     page 
S4.1 : Automatismes programmables
S4.2 : Réseau de terrain
S4.3 : Nature de l’information
S4.4 : Traitement de l’information
S4.5 : Acquisition de données
S4.6 : Représentation des ouvrages et des systèmes
S4.7 : Réseau communicant pour l’habitat et le tertiaire
S4.8 : Automatismes du bâtiment

Savoir S5 : Mise en service, maintenance     page 
S5.1 : Mise en service
S5.2 : Maintenance
Savoir S6 : Qualité, sécurité et réglementation     page 
S6.1 : La démarche qualité
S6.2 : Habilitation électrique
S6.3 : Prévention des risques professionnels
S6.4 : Textes et règlements
Savoir S7 : techniques de communication et de gestion     page 
S7.1 : Outil informatique
S7.2 : Gestion des disponibilités de l’entreprise
S7.3 : Moyens de communication
S7.4 : Connaissance du consommateur, du client
S7.5 : Connaissance du produit
S7.6 : Gestion d’une affaire
S7.7 : Communication orale





Savoir S0 : Électrotechnique - Expérimentation scientifique et technique - DimensionnementConnaissances
(Notions et concepts)Limites de connaissances
(Exigences)CompétencesClasseGroupeNiv. TaxCommentaire – Repère pour la formationTronc communIndustrielTertiaireTronc communIndustrielTertiaire1 - S'Informer2 - Reproduire3 - Appliquer4 - ConcevoirS0.1 : Circuits parcourus par un courant continuContinu :

Lois :
d’ohm et loi d’ohm généralisée.
de l’énergie et puissance. électrique.
des nœuds.
des mailles.

Structure :
Association de résistances.
Association de condensateurs.

En régime établi :


- Équations des circuits.



C2-1
C2-7
C2-8
C2-922TC
Tous ces savoirs seront abordés en complément du BEP.

Les acquisitions des savoirs ne se déroulent pas exclusivement en salle d’expérimentation.

Appliquer ces lois, en toute autonomie, lors d’interventions sur ouvrages, systèmes et sous systèmesGroupements RC, RL série.
 En régime transitoire :
- Allures des différents signaux.C2-1
C2-7TCIdentifier le phénomène sur des applications du champ habitat-tertiaire ou industriel.

Savoir quels sont les composants permettant de limiter les effets de ces phénomènes dans le cas de commutation sur des récepteurs RL.
S0.2 : Circuits parcourus par un courant alternatif sinusoïdalMonophasé et triphasé

Lois :
Grandeurs U, I, V, J, f, (, ( T.
Valeur maximale, efficace et moyenne.
Puissance apparente active et réactive.

Équations des circuits.

Calcul par méthode graphique ou par logiciel dans le cas d’une amélioration du facteur de puissance.C2-7
C2-8
C2-9
C2-11
C3-2
12TCAppliquer ces lois, en toute autonomie, pour choisir une batterie de condensateurs et vérifier expérimentalement l’amélioration du facteur de puissance (avec variation de charge).Structure monophasée :
Impédance et relation u = f (i) des trois dipôles élémentaires.
Association des dipôles élémentaires.
Calcul de la fréquence de résonance.
Bande passante (méthode graphique).12TCUtiliser les lois générales pour mettre en évidence le courant maximum ou minimum à la résonance.
Appliquer à la commande à distance d’un système.Structure triphasée :
Montage équilibré
Montage déséquilibré.
Déséquilibré (méthode graphique ou par logiciel).12TCMesurer le courant dans chacune des phases et dans le neutre pour un montage déséquilibré.
Vérifier la loi des nœuds par la représentation vectorielle.S0.3 : Machines électromagnétiques Machines à courant continu :
Lois :
Bilan des puissances.
Rendement.
Réversibilité.

Structure :
Moteur à excitation séparée.
Moteur série.
Dynamo tachymétrique.
Ces lois fondamentales seront appliquées lors d’interventions sur ouvrages, systèmes et sous systèmes

Caractéristiques de fonctionnement des machines.
Paramètres de fonctionnement dans les 4 quadrants.
Principe de la variation de vitesse.C1-3
C2-7
C2-9
C3-135TCL’application des lois et l’analyse de la structure des machines ont pour but :
d’en effectuer le choix, le dimensionnement et de sélectionner les conditions de fonctionnement ;
de régler un système ou un sous système à son point de fonctionnement

Les mesurages sont effectués lors d’interventions sur les ouvrages, systèmes et sous systèmes.

Pour l’alternateur, application des lois et d’une procédure en vue de son couplage au réseau.Machines à courant alternatif :
Lois :
Grandeurs caractéristiques : fréquence de rotation, glissement, intensité, cos (, rendement.

Structure :
Moteur asynchrone monophasé et triphasé.
Alternateur.
Moteur synchrone.
Ces lois fondamentales seront appliquées lors d’interventions sur ouvrages, systèmes et sous systèmes

Caractéristiques de fonctionnement des machines.
Paramètres de fonctionnement dans les 2 quadrants.
Principe de la variation de vitesse des moteurs asynchrones.35TCS0.3 : Machines électromagnétiques (suite)Transformateurs :

Lois :
Grandeurs caractéristiques : rapport de transformation, puissances, tension de court-circuit.Ces lois fondamentales seront appliquées lors d’interventions sur ouvrages, systèmes et sous systèmes

Couplages des enroulements et indice horaire (méthode graphique).
Conditions électriques de couplage en parallèle.
Bilan des puissances (méthode graphique ou par logiciel).C1-3
C2-7
C2-9
C3-133TCL’application des lois a pour but de vérifier les conditions de couplage de deux transformateurs en parallèle.S0.4 : Appareils de mesuresMultimètre :
TRMS.

Oscilloscope :
A entrée différentielle.
Analogique.
Numérique.
A mémoire.

Pince multifonctions.
Analyseur et acquisition de données.Ces appareils de mesures seront utilisés lors d’interventions sur ouvrages, systèmes et sous systèmes



Règles d'emploi.
Conditions de mise en œuvre.
Notion d’erreur de mesure.C2-7
C2-8
C2-9
C2-11
C5-224TCLes mesurages seront effectués lors d’interventions sur ouvrages, systèmes et sous systèmes.

Appliquer les règles d’emploi, les conditions de mise en œuvre et les règles de sécurité au choix de l’appareil de mesure et à son utilisation.S0.5 : Conversion de signaux et modulation de l’énergieFonctions :
Commutation.
Temporisation.
Amplification.
Comparaison.
Suiveur.
Additionneur – soustracteur.
Dérivateur – intégrateur.

Solutions technologiques :
Analogique.
Numérique ou informatique.
Description en blocs fonctionnels.
Relations entrées / sorties (représentation graphique).

Fonction de transfert.
C1-3
C2-1
C2-7
C5-136TCSe limiter à la description de la relation entrée(s)/sortie et à l’observation de la fonction de transfert.

Utiliser les modèles technologiques pour analyser le fonctionnement de sous systèmes de commande, de régulation, de mesurage.Modulateurs :
Gradateur.
Hacheur.
Onduleur.
Redresseur.
Monophasé et triphasé.
Pont simple et mixte, non commandé et commandé.
Débit sur charge résistive, inductive et sur f.c.e.m.Fonction globale.
Architecture fonctionnelle et structurelle du système (particulièrement au niveau du pont de puissance).
Nom et définition des caractéristiques principales.

Relevé des grandeurs sur oscilloscope et appareil numérique d'acquisition de données.C1.3
C2-1
C2-7
C2-9
C3.1
C3.2
C5-136TCIdentifier les différents types de modulateurs dans des systèmes et sous systèmes.

Exploiter les caractéristiques principales des composants de puissance, les grandeurs d’entrées (particulièrement utiles pour comprendre la pollution harmonique qu’ils engendrent sur le réseau) et les grandeurs de sortie en vue d’un remplacement ou d’une maintenance corrective.Perturbation des réseaux de distribution électrique par des récepteurs générateurs d’harmoniques.
Relevé de spectres mettant en évidence les harmoniques générées par des récepteurs perturbateurs notamment dans le neutre en réseau triphasé.
Récepteurs alimentés par des convertisseurs électroniques.
Appareils d’éclairage.C2-912TCSe limiter à la mise en évidence des phénomènes, particulièrement dans le neutre en réseau triphasé.S0.6 : Compatibilité électromagnétique
Cohabitation courant fort / courant faible :

Nature des perturbations.

Origine des perturbations.

Transmission des perturbations électromagnétiques :
en mode commun.
en mode différentiel.

Définitions de  :
la compatibilité électromagnétique.
les perturbations électromagnétiques.
l’immunité ou susceptibilité.
couplage inductif, capacitif.

Nature des perturbations :
conduites, transitoires, rayonnées, H.F., permanentes, B.F.

Principaux émetteurs de perturbations.

Effets des perturbations sur le fonctionnement des récepteurs.C2-4
C2-5
C2-626TCSe limiter à la mise évidence des différentes perturbations, à leurs effets sur les récepteurs et aux solutions pour limiter leur production ou leurs effets.
Savoir S1 : Distribution de l’énergieConnaissances
(Notions et concepts)Limites de connaissances
(Exigences)CompétencesClasseGroupeNiv. TaxCommentaire – Repère pour la formationTronc communIndustrielTertiaireTronc communIndustrielTertiaire1 - S'Informer2 - Reproduire3 - Appliquer4 - ConcevoirS1.1 : Réseaux HTARéseaux :
Simple dérivation.
Double dérivation.
Coupure d’artère.

Postes :
Types de postes.
Types de cellules (départ, arrivée, mesurage, protection).


Fonction.
Représentation graphique.
Procédures d’ intervention de maintenance préventive. et corrective sur une partie d’un réseau ou sur un poste.C1-3
C1-744TCL’étude des réseaux est traitée à partir de dossiers techniques et de cahiers des charges issus d’installations industrielles. Les activités élèves portent sur l’étude de cas.S1.2 : Transformateurs HTA / BTAStructure :

Mécanique.
Électrique.

Organisation structurelle.
Mode de couplage des enroulements et indice horaire.
Conditions de couplage de deux transformateurs.
Protections associées.

C1-3
C3-1
44TCL’étude porte sur les conditions de mise en œuvre dans un contexte industriel des transformateurs HTA/BTA à partir de l’exploitation des lois de l’électrotechnique et des connaissances technologiques associées.S1.3 : Schémas de liaison à la terre BTASchémas de liaison à la terre
TT, IT, TN

Structure des différents schémas.
Caractéristiques et particularités.
Normes concernant la sécurité des personnes.

Principe de protection des personnes dans chaque schéma de liaison à la terre :
type d’appareil de protection à utiliser.
seuils et temps de déclenchement.
section et longueur des canalisations.
Représentation graphique.

Méthode permettant de calculer le courant de défaut et la tension de contact.C1-3
C2-2
C3-1
82TCL’étude des S.L.T. doit mener l’élève :
à identifier un S.L.T. à partir de schémas industriels ;
à justifier que la protection des personnes est assurée ;
à vérifier que l’installation est conforme à la norme NFC-15 100.

Méthodes et appareils permettant de mesurer les temps de déclenchement, les seuils de déclenchement des appareils de protection, pour vérifier l’aptitude de l’installation à assurer la sécurité des personnes. C2-7
C2-8
C2-11
6TCL’élève est amené à vérifier, par des mesures de préférence sur des installations électriques existantes ou des montages didactiques, les caractéristiques des appareils de protection.S1.4 : Réseaux Basse TensionAppareils de coupure, de sectionnement.

Appareils de comptage.

Appareils de protection des installations et des personnes :
Disjoncteurs, fusibles.
Dispositifs différentiels à courant résiduel DR.Fonction,
Nom et caractéristiques principales.
Particularités technologiques utiles au choix du matériel et à sa mise en œuvre.
Précautions d’emploi en vue du choix du matériel et de sa mise en œuvre.C1-3
C2-2
C3-1
C3-2
C5-1
164TCL’étude et la mise en œuvre des différents appareils lors d’une réalisation de câblages ou de montages didactiques ainsi que la vérification, par des essais et des mesures, des caractéristiques des appareils permettent à l’élève d’approfondir ses connaissances et de justifier ses choix technologiquesSélectivité des appareils de protection (totale ou partielle):
Chronométrique.
Différentielle.
Ampèremétrique.
Logique.Principe de fonctionnement.
Seuil et niveau de déclenchement.
Compatibilité entre appareils.C2-7
C2-8
C2-9
C2-11
C3-1Dimensionnement des éléments du réseau électrique d’une installation.Méthode simplifiée de la norme.
Calcul et choix d’éléments de réseaux BT de distribution électrique par progiciel, en lien avec la méthode des impédances.C1-3
C2-1
C2-2
C3-18TCL’élève dimensionne une partie d’installation par l’application des lois de l’électrotechnique et l’utilisation d’outils (ex : abaques, logiciels...).S1.4 : Réseaux Basse Tension (suite)Coffrets et armoires électriques,
Canalisations :
Câbles.
Conduit.
canalisations préfabriquées.
Mode de pose.Principes de codification :
des Indices de protection.
des influences externes.

en vue :
de dimensionner une armoire, un coffret.
de réaliser le câblage.
- d’effectuer le contrôle avant mise en service d’une installation ou d’un équipement.C1-3
C2-1
C2-4
C2-5
C2-6
C2-8
C3-1
C3-3
C3-43030TL’élève mène un projet dans le domaine habitat-tertiaire et effectue des contrôles adaptés sur une installation existante ou qu’il a réalisée.IL’élève mène un projet dans le domaine industriel et effectue des contrôles adaptés sur un équipement existant ou qu’il a réalisé.S1.5 : Gestion de l’énergieTarification de l’énergie électrique. Type de contrats.
Influence du contrat sur la structure de l’installation.
C1-3
C3-1
C3-2
26TCLa tarification est traitée à partir de factures issues d’installations industrielles. Les activités élèves portent sur l’étude de cas.Asservissement tarifaire.Délestage.
Relèvement du facteur de puissance.
Surveillance et contrôle de la consommation de l’énergie.C1-3
C2-10
C3-1
4844TCTL’élève vérifie par des mesures et des essais sur une armoire de distribution de type industriel les caractéristiques et la fonctionnalité des différents appareils.Qualité de l’énergie électrique.Continuité d’alimentation par "normal / secours" de type groupe électrogène ou onduleur.
Tolérances admises sur les valeurs de tensions, harmoniques, coupures brèves ou longues et fréquence d’alimentation (NF EN 50160).C1-3
C2-11
C3-1
I

Savoir S2 : Utilisation de l’énergieConnaissances
(Notions et concepts)Limites de connaissances
(Exigences)CompétencesClasseGroupeNiv. TaxCommentaire – Repère pour la formationTronc communIndustrielTertiaireTronc communIndustrielTertiaire1 - S'Informer2 - Reproduire3 - Appliquer4 - ConcevoirS2.1 : Machines électromagnétiquesContraintes mécaniques.Moment d’inertie.
Démarrage et arrêt.
Fonctionnement dans les 4 quadrants.
Caractéristiques couple / vitesse suivant les différents couples résistants.C2-2
C2-9444TCIA partir d’une chaîne cinématique définie, l’élève est amené à :
 déterminer le point de fonctionnement d’un moteur par application des formules de base et des caractéristiques fournies ;
choisir un élément (réducteur, moteur…) à l’aide de la documentation ressource.
(Ensemble à développer, si possible, à partir de systèmes présents dans l’établissement)
Moteurs alternatifs asynchrones.Constitution.
Matériaux utilisés.
Organisation structurelle.C1-3
C3-12TCL’élève est amené à :
 vérifier les conditions de mise en œuvre d’un moteur dans son contexte industriel ;
choisir un moteur pour une application industrielle à partir d’un cahier des charges (caractéristiques mécaniques et électriques) ;
modifier le schéma d’alimentation d’un moteur en fonction de nouvelles contraintes imposées.
Caractéristiques T = f (n), I = f (n) utiles à la détermination des points de fonctionnement d’un moteur en fonction du couple résistant de la machine entraînée.C2-8
C2-9
C2-10
C3-2242TCIDéclassement des moteurs en fonction de l’utilisation et de l’environnement.
233TCICouplage des moteurs.
Schémas des procédés de démarrage et particularités de chacun.
Statorique (électronique ou non).
Étoile triangle.
* Rotorique.C2-1
C2-2
C3-1
C3-266TCPrincipe de coordination des protections en vue du choix, d’une modification ou de la vérification des protections d’un moteur.C2-8
C2-9
C2-10
C3-1
C5-1239TCIS2.1 : Machines électromagnétiques (suite)Moteur à courant continu à excitation indépendante, excitation série.Constitution.
Matériaux utilisés.
Organisation structurelle.C1-3
C3-1
22T CL’élève est amené à identifier les éléments d’un moteur. Exemple : lors d’une opération de démontage ou de maintenance.Caractéristiques T = f (I), I = f (n) T = f (n) utiles à la détermination des points de fonctionnement d’un moteur en fonction du couple résistant de la machine entraînée.C2-8
C2-9
C2-10
C3-224TCIL’élève est amené à vérifier les conditions de mise en œuvre d’un moteur à courant continu dans un contexte industriel.Autres machines :
moteur monophasé asynchrone.
moteur universel.
machines synchrones.Caractéristiques utiles à leur utilisation.
Conditions de couplage d’un alternateur au réseau.C1-3
C3-13TCL’élève est amené à vérifier les conditions de mise œuvre de ces différentes machines, dans un contexte industriel, à partir des lois de l’électrotechnique et des connaissances technologiques associées.S2.2 : ÉlectrothermieChauffage par résistance.
Chauffage par rayonnement.
Chauffage par induction.
Chauffage diélectrique haute fréquence.
Chauffage par arc électrique.
Principe des différents modes de chauffage.C1-3
C3-12TCA partir des principes des différents modes de chauffage :Caractéristiques nécessaires à l’étude, au choix, à la réalisation et à la mise en service du chauffage :
d’une pièce par radiateurs communicants.
d’une zone par aérotherme.C1-1
C2-1
C2-4
C2-5
C2-7
C2-9
C2-10
C3-13338TCT l’élève est amené, en particulier pour le champ habitat/tertiaire, à vérifier les conditions de mise en œuvre et à choisir un matériel de chauffage d’une pièce ou d’une zone d’un bâtiment à partir d’un cahier des charges ;Caractéristiques nécessaires à l’étude, au choix, à la réalisation et à la mise en service d’un procédé de chauffage industriel.338TCI l’élève est amené, en particulier pour le champ industriel, à vérifier les conditions de mise en œuvre et à choisir un matériel de chauffage pour une application industrielle à partir d’un cahier des charges.S2.3 : ÉclairagismeInstallation d’éclairage :
Petit tertiaire.
Local industriel.
Espace extérieur.
Caractéristiques photométriques et dimensionnelles.
Paramètres liés aux économies d’énergie et à la gestion de l’éclairage.

En vue d’effectuer l’étude, la réalisation et la mise en service d’une installation d’éclairage.C1-1
C2-1
C2-4
C2-5
C2-7
C2-9
C2-10
C3-143126TCTL’élève est amené à :
 appliquer (TC) ou concevoir (T), du point de vue de l’installation électrique, un projet d’éclairage d’un local ou d’une zone à partir d’un cahier des charges ;
implanter sur site tout ou partie de l’installation ;
vérifier sur site la conformité de cette installation par des contrôles et des mesures ;
contrôler les différents modes de fonctionnement souhaités.
S2.4 : PneumatiqueConstituants pneumatiques.
Caractéristiques des constituants pneumatiques en vue de leur mise en service, de leur installation ou de leur remplacement sur un équipement.
C1-3
C2-4
C2-7
C2-9
C2-10244TCILes activités élèves portent sur des équipements existants et sur la mise en œuvre de composants sur un équipement pluritechnologique.

Savoir S3 : Commande de l’énergieConnaissances
(Notions et concepts)Limites de connaissances
(Exigences)CompétencesClasseGroupeNiv. TaxCommentaire – Repère pour la formationTronc communIndustrielTertiaireTronc communIndustrielTertiaire1 - S'Informer2 - Reproduire3 - Appliquer4 - ConcevoirS3.1 : Interruption en tout ou rien du flux énergétiqueContacteur, interrupteur, interrupteur statique.Fonction.C5-144TCOn remarque que cette partie concerne le tronc commun des connaissances et requière, à l’issue de l’étude et de la mise en œuvre des matériels, un niveau 4 d’acquisition des compétences ; c'est-à-dire que l’élève doit être capable de concevoir des parties d’ouvrage et de choisir les matériels adéquats.

L’emploi des notices techniques des constructeurs est à privilégier.Nom et définition des caractéristiques principales.C4-3TCParticularités technologiques principales utiles aux choix du matériel et à sa mise en œuvre. C3-1
C4-3TCPrécautions d’emploi en vue de choix de matériel et à sa mise en œuvre. C3-1TCS3.2 : Modulation du flux énergétiqueConvertisseurs Alternatif / Alternatif.Particularités technologiques principales utiles aux choix, paramétrage et à la mise en œuvre de convertisseur :
Utilisé en électrothermie:
Gradateur à train d’ondes.
Gradateur à angle de phase.

Utilisé pour les moteurs triphasés:
Gradateur démarreur.
Variateur de tension et de fréquence.C1-3
C2-2
C2-7
C3-1
C3-44116TCICes matériels employés dans les automatismes des domaines industriel ou habitat/tertiaire sont analysés à partir d’une description fonctionnelle de la structure.

Il est intéressant de constater la pollution harmonique engendrée, dans le réseau d’alimentation, par les convertisseurs (cf. S0.5).

Complémentaire de S4.4 dans leur mise en œuvre, ces matériels sont choisis à partir des notices techniques des constructeurs.

L’identification de l’architecture structurelle de ces matériels servira au câblage lors de la réalisation.Particularités technologiques principales utiles aux choix, paramétrage et à la mise en œuvre de convertisseurs :
Utilisé en éclairagisme :
Gradateurs pour :
Lampe à incandescence.
Tube fluorescent.
Éclairage très basse tension.
Convertisseurs alternatif/alternatif de tension de sortie fixe pour :
Tube fluorescent.
Éclairage très basse tension.C1-3
C2-2
C2-7
C3-1
C3-43218TCTS3.2 : Modulation du flux énergétique (suite)Convertisseurs Alternatif / Continu.Particularités technologiques principales utiles aux choix, paramétrage et à la mise en œuvre :
d’un redresseur commandé pour l’alimentation d’un moteur à courant continu.
d’un chargeur.
d’une alimentation continue.
d’un variateur (redresseur et hacheur) pour l’alimentation et la variation de vitesse d’un moteur à courant continu.C1-3
C2-2
C2-7
C3-1
C3-42326TCICes matériels employés dans les automatismes des domaines industriel ou habitat/tertiaire sont analysés à partir d’une description fonctionnelle de la structure.

Il est intéressant de constater la pollution harmonique engendrée, dans le réseau d’alimentation, par les convertisseurs (cf. S0.5).

Complémentaire de S4.4 dans leur mise en œuvre, ces matériels sont choisis à partir des notices techniques des constructeurs.

L’identification de l’architecture structurelle de ces matériels servira au câblage lors de la réalisation.Convertisseurs Continu / Alternatif.Particularités technologiques principales utiles aux choix, paramétrage et à la mise en œuvre d’un onduleur autonome.C1-3
C2-2
C2-7
C3-1
C3-42224TCT

Savoir S4 : Communication et traitement de l’informationConnaissances
(Notions et concepts)Limites de connaissances
(Exigences)CompétencesClasseGroupeNiv. TaxCommentaire – Repère pour la formationTronc communIndustrielTertiaireTronc communIndustrielTertiaire1 - S'Informer2 - Reproduire3 - Appliquer4 - ConcevoirS4.1 : Automatismes programmablesTerminaux de dialogue, Automate programmable, superviseur industriel, terminaux dédiés.Principe de fonctionnement, caractéristiques des différents signaux (entrées/sorties liaison réseau ) en vue de leur raccordement et exploitation.C2-2
C2-61346TCIIl s’agit de raccorder les systèmes programmables à leurs périphériques en utilisant des liaisons point à point ou bus. Cette compétence est développée majoritairement sur des systèmes en relation avec le champ d’application choisi ; systèmes de production automatisés pour le champ d’application industriel et systèmes de gestion technique du bâtiment pour le champ d’application habitat/tertiaire. La connaissance d’un langage de programmation d’automate programmable est plus approfondie pour le champ d’application industriel mais elle est limitée à la modification simple de programmes. Langage de programmation industriel en vue d'ajuster des paramètres et de modifier une petite partie de programme.C2-7
C3-5146TCIS4.2 : Réseau de terrainLiaison et protocole de dialogue.

Constituants communicants de contrôle et de protection d’installation électrique.

Récepteurs électriques communicants.Principes et intérêts des bus de terrain.

Caractéristiques des liaisons électriques et appareils communicants en vue de réaliser l’installation, les paramétrages, l’adressage et les raccordements.

Support de transmission de la communication :
Radio.
Infra rouge.
Courant porteur.
Filaire.
C2-6
C2-74366TCIIl est nécessaire pour l'étude et le câblage des réseaux de terrain de mettre en œuvre des bus spécialisés, par exemple des bus gérant l’éclairage de sécurité ou l’éclairage normal, ou des bus de terrain industriels. Sont privilégiées les liaisons avec les constituants communicants en relation avec la surveillance et le contrôle des circuits de distribution en basse tension.TS4.3 : Nature de l’informationSignaux :
Analogique.
Numérique.Principe de la numération en base binaire, octale, hexadécimale, ASCII.C2-7
C3-213TCSont traités uniquement les savoirs utiles à la compréhension de la conversion des signaux analogiques en signaux numériques en vue du raccordement des capteurs. L'étude de la numération est limitée pour traiter la transmission d’informations sur un réseau bus de terrain simple.

Il ne s’agit pas d’étudier dans le détail un protocole de communication.Principe de conversion analogique/numérique.12TCS4.4 : Traitement de l’informationSystème en boucle ouverte ou fermée.
Correcteur PID.
Principe de fonctionnement d'un système asservi, régulé.C2-1011TCLes automatismes régulés ou asservis sont étudiés en prenant comme support des systèmes en liaison avec le champ d’application choisi. On se limite à la mise en service et à la vérification des différents paramètres.
Influence des différents types de correcteurs sur un système automatisé.C2-7
C2-9224TCIFonctions des différents constituants utilisés dans un automatisme bouclé en vue de la mise en service d'un système asservi, régulé.C1-3
C2-7123TCIS4.5 : Acquisition de donnéesCapteurs et détecteurs.Principes de détection des différentes grandeurs physiques.C3-12TCIl s’agit de privilégier, pour le champ d’application habitat/tertiaire, l’étude des phénomènes physiques mis en œuvre dans les détecteurs ou capteurs utilisés dans les différents systèmes d’alarme (intrusion ou incendie) et les systèmes de gestion du bâtiment en vue de leur mise en œuvre dans les différents locaux.Différentes solutions technologiques.C2-1
C3-2
C4-1
C5-12275TCITCaractéristiques nécessaires à la mise en œuvre et à l’utilisation des différents capteurs, détecteurs.C2-4
C2-6
C3-412TCTS4.6 : Représentation des ouvrages et des systèmesReprésentation des schémas électriques, plans d’implantation.Mise en œuvre de progiciel CAO permettant de réaliser des schémas et les plans multi-folios.C1-3
C2-2
C2.1212466TCIL’élaboration ou la modification de schémas et de plans d’implantation à l’aide de moyens informatiques sont développées pour les deux champs d'application.

Le décodage des schémas d’un ouvrage non pédagogique doit être privilégié.

La lecture et la modification des GRACET et GEMMA sont utilisées dans les deux champs d'application mais leur utilisation en travaux pratiques est privilégiée pour le champ d’application industriel.

Il s’agit d’utiliser l’analyse fonctionnelle pour décrire des systèmes et non pour les concevoir.
TReprésentation temporelle, fonctionnelle:
Chronogramme.Outils de description temporelle, fonctionnelle en vue de leurs exploitations lors d'opérations de maintenance ou de mise en service.C1-3
C2-8
C2-10
C2-14124TCTGRAFCET.
GEMMA.
SADT.246TCIS4.7 : Réseau communicant pour l’habitat et le tertiaireRéseau Voix Données Images pour locaux  petit tertiaire (à répartiteur unique). Système de câblage à base de câble quatre paires et prises RJ45 pouvant servir de support :

à la téléphonie privée (sauf autocommutateur).
aux liaisons informatiques.
aux GTB- Portiers vidéo -Vidéo surveillance et autres systèmes connectables à un réseau VDI.
Organisation générale d’un réseau VDI.C1-311TCTL'objectif principal est de mettre en œuvre le câblage des réseaux VDI terminaux (à partir de la baie de brassage) en liaison avec le savoir S0.6 : compatibilité électromagnétique au regard des dispositions de la norme NFC 15-100 concernant le voisinage courant fort - courant faible.

La configuration des appareils actifs (autocommutateur, hub, routeur, switch) ne doit pas prendre une part prépondérante.

Il s'agit aussi de configurer des appareils pouvant communiquer sur un réseau TCPIP.

La mise en service complète d'une installation VDI n’est pas totalement confiée aux électriciens mais aux spécialistes réseau, on se limite donc à vérifier les liaisons avec un appareil de contrôle dédié aux seuls tests de vérifications de continuités.
Fonction des composants:
Répartiteur- sous répartiteur.
Autocommutateur.
Hub ou Switch.
Réseau informatique, principe de l’adressage IP sur réseau TCPIP en vue de paramétrer un élément connecté au réseau.C2-4
C2-72124TCTPrincipes et normes visant à mettre en œuvre :
les différents câbles utilisés en VDI.
les différents écrans, masses.
la pose des chemins de câbles, câbles, en tenant compte des recommandations liées à la CEM.
le câblage des connecteurs RJ45.
la vérification et les contrôles à l’aide de mesureurs adaptés aux liaisons VDI.
le câblage, brassage et connexions dans le répartiteur (baie de brassage).C2-4
C2-5
C2-6
C2-10
C3-3
C3-43224TCTS4.8 : Automatismes du bâtiment Gestion technique du bâtiment :
Unité centrale ou superviseur.Architecture d’un système de gestion technique du bâtiment.
Rôle d’un superviseur dans la gestion technique du bâtiment.
Télétransmission d’événements.C1-3
C2-4213TCTIl s'agit de mettre réellement en œuvre des installations dont les dimensions se rapprochent de l'échelle 1 afin de pouvoir prendre en compte les problèmes liés à l'installation et à la mise en service d'ouvrages complexes.
(Voir chapitre 3 : organisation des zones fonctionnelles).Confort :
Éclairage.
Chauffage.
Climatisation.
Contrôle d’accès.Caractéristiques nécessaires au câblage et au paramétrage des appareils communicants.
Principes et normes visant à mettre en œuvre les différents câbles et conducteurs.C2-4
C2-5
C2-7
C3-1
C3-3
C3-44148TCTAlarme incendie :
Réglementation.
Différents types d’alarmes.
Centrale adressable.Principe de fonctionnement.
Règlement de sécurité contre l’incendie relatif aux établissements recevant du public en vue de choix d’alarme incendie en fonction du type de local et du nombre de personnes pouvant y être accueillies.
Différents types et modes de pose des conduits et câbles utilisés en alarme incendie.C2-4
C2-5
C2-6
C2-7
C3-1
C3-3
C3-42245TCTÉclairage de sécurité :
Réglementation.
Source centrale.
Centrale et blocs adressables.
Bloc autonome.Principe de fonctionnement.
Réglementation concernant le balisage et l’éclairage d’ambiance des locaux en vue de la pose des différents composants.
Différents types de câbles et leurs modes de pose utilisés en éclairage de sécurité.C2-4
C2-5
C2-7
C3-1
C3-3
C3-42144TCTAlarme Intrusion :
Qualification du risque.
Types de détecteurs.Principe de fonctionnement.
Réglementation en vue du choix d’alarme intrusion.
Différents types de liaisons (filaire ou radio) entre la centrale et les détecteurs, les diffuseurs.C2-4
C2-5
C2-6
C2-7
C3-1
C3-3
C3-4TCT

Savoir S5 : Mise en service - maintenanceConnaissances
(Notions et concepts)Limites de connaissances
(Exigences)CompétencesClasseGroupeNiv. TaxCommentaire – Repère pour la formationTronc communIndustrielTertiaireTronc communIndustrielTertiaire1 - S'Informer2 - Reproduire3 - Appliquer4 - ConcevoirS5.1 : Mise en serviceMise en service d’un ouvrage.Cette mise en service sera réalisée dans le respect des règles liées à l'habilitation électrique.
Conformément aux normes et décrets en vigueur en particulier :
Pour les installations, la norme NF C 15-100 partie vérification, entretien des installations, et chapitre relatif à la mise en service.
Pour les équipements, la norme NF EN 60204-1 Sécurité des machines – Équipement électrique des machines, partie essais et vérifications.
Pour l’ensemble des ouvrages, le décret 88-1056 du 14 novembre 1988.

Procédure concernant :
la sécurité des personnes.
la sécurité électrique du matériel.
les essais fonctionnels.C2-7
C2-8
C2-9
C2-10
C2-11
C2-192488TCTL’objectif est de mettre en service différents équipements industriels (ex : systèmes de production avec une partie opérative), différentes installations (ex : éclairage, chauffage…) à partir d’une armoire de distribution dans le secteur réservé aux élèves de baccalauréat professionnel ELEEC.

Cette mise en service s’effectue dans les deux champs d’application (habitat/tertiaire et industriel) sur des installations et des applications terminales suivant le champ choisi.

Les activités élèves sont distinctes au travers de la mise en œuvre d’applications terminales différentes liées au champ choisi.IS5.1 : Mise en service (suite)Mise en service d’un produit dans une application tertiaire et/ou industrielle.
Cette mise en service sera réalisée dans le respect des règles liées à l'habilitation électrique.
Conformément aux normes en vigueur en particulier :
Pour les installations, la norme NF C 15-100 partie vérification, entretien des installations, et chapitre relatif à la mise en service.
Pour les équipements, la norme NF EN 60204-1 Sécurité des machines – Équipement électrique des machines, partie essais et vérifications.
Pour l’ensemble des ouvrages, le décret 88-1056 du 14 novembre 1988.

Procédures de mise en service prenant en compte :
Les recommandations du fabricant.
La sécurité des personnes.
La protection électrique du matériel.
C2-7
C2-8
C2-9
C2-10
C2-11
C2-19
C4-34812TCTL’objectif est de mettre en service, dans la zone sous-systèmes et conformément aux notices constructeurs, différents constituants (automate, variateur de vitesse, systèmes d’alarme, d’anti-intrusion…) sur des ensembles pré-câblés ou partiellement câblés.

Les produits mis en œuvre sont différents suivant le champ d’application choisi (habitat/tertiaire ou industriel).IMesure de grandeurs électriques, physiques, mécaniques.Ces mesures seront réalisées dans le respect des règles liées à l'habilitation électrique.

Caractéristiques utiles au choix et à la mise en œuvre de mesureurs lors d’une intervention sur site.C1-3
C2-9
C2-116TCLes mesures sont effectuées sur des ouvrages et ont pour objectif de vérifier leur conformité. Les mesures ont un caractère professionnel et sont conformes à la norme (NF C15-100)S5.2 : MaintenanceFonction maintenance.Documentation utilisée (norme NF X 60-100) :
Dossier technique.
Dossier historique (historique des pannes).
Méthodes de maintenance :
Maintenance corrective.
Maintenance préventive.C1-7
C2-1323TCL’objectif est de définir les différentes formes de maintenance dans une entreprise.Opération de maintenance préventive.Ces interventions de maintenance seront réalisées dans le respect des règles liées à l'habilitation électrique.

Procédure d’inspection, de contrôle et de remplacement d’appareils lors d’interventions sur site en autonomie avec :
Remise en fonctionnement de l’ouvrage en prenant en compte la réglementation concernant la mise en service.
Présentation d’un compte rendu.C1-5
C1-7
C2-13
C2-15
C2-16
C4-7
C5-38TCL’objectif est de réaliser, en prenant en compte l’ensemble de la procédure, une maintenance préventive sur un système de production, une armoire de distribution… Cette opération s’effectue après une analyse des risques et en intégrant les contraintes de production et de continuité de service.Opération de maintenance corrective:
Détection.
Localisation.
Diagnostic.
Dépannage.
Réparation.Ces interventions de maintenance seront réalisées dans le respect des règles liées à l'habilitation électrique.

Procédures d’intervention sur site concernant:
La préparation de l’intervention.
Les méthodes de dépannage, de mesure et caractéristiques utiles au choix d’appareil de mesure.
La remise en fonctionnement de l’ouvrage en prenant en compte la réglementation concernant la mise en service.
La présentation d’un compte rendu.C1-2
C2-14
C2-15
C2-16
C3-5 C4-7
C5-1261010TCTL’objectif est de réaliser, en prenant en compte l’ensemble de la procédure, une maintenance corrective sur un système de production, une armoire de distribution… Cette opération s’effectue après une analyse des risques et en intégrant les contraintes de production et de continuité de service.

Cette forme de maintenance s’effectue dans les deux champs d’application (habitat/tertiaire et industriel) avec la mise œuvre d’ouvrages distincts suivant le champ choisi.IS5.2 : Maintenance (suite)
Autres opérations de maintenance :
Rénovation.
Reconstruction.
Modification par :
Mise en conformité d’une installation.
Mise en conformité d’un équipement, d’une machine dangereuse :
Types de risques.
Technique de sécurité.
Zones dangereuses.
Modules de sécurité.
Détecteurs de sécurité.
Amélioration d’un système automatisé.
Ces interventions de maintenance seront réalisées dans le respect des règles liées à l'habilitation électrique.

Techniques de sécurité et particularités technologiques des matériels nécessaires :
A l’élaboration de schémas.
A la réalisation.
A la mise en service d’un équipement.
Au choix des composants.C1-2
C2-1
C2-2
C3-2
C4-7
C5-34241210TCTLes activités élèves portent sur la mise en conformité ou la modification d’un ouvrage habitat/tertiaire ou industriel.

Ces activités permettent en particulier de choisir des composants de sécurité et de mettre en pratique les techniques de sécurité.I

Savoir S6 : Qualité, sécurité et réglementationConnaissances
(Notions et concepts)Limites de connaissances
(Exigences)CompétencesClasseGroupeNiv. TaxCommentaire – Repère pour la formationTronc communIndustrielTertiaireTronc communIndustrielTertiaire1 - S'Informer2 - Reproduire3 - Appliquer4 - ConcevoirS6.1 : La démarche qualitéLes concepts:
Normes ISO Assurance qualité 9XXX.
La certification assurance qualité.
Labels.
Qualification.Objectifs de la démarche assurance qualité.
Principe des démarches qualités et de leur mise en place (processus).
Prise en compte d’instructions liées à l’assurance qualité (associées à une activité de réalisation).C1-4
C1-96TCOn se limite à prendre connaissance :
des principes ;
des avantages et inconvénients, pour l’entreprise, de la mise en place d’une démarche qualité.
L’élaboration d’un compte rendu à l’occasion des périodes de formation en entreprise ou d’une visite d’entreprise certifiée ISO 9000 permettra d’illustrer la mise en œuvre de ces connaissances.Outils d’analyse et de résolution de problèmes :
Brainstorming.
QQOQCP.
Principes de mise en œuvre de ces outils en vue d’exploiter l’un d’entre eux.C2-12TCCes outils sont utilisés en cours et notamment en démarche de projet..S6.2 : Habilitation électriqueRéglementation :
Code du travail (articles spécifiques).
Décret du 14 novembre 1988 88-1056 sur la protection des travailleurs.
Publication UTE C- 18 510.Voir Référentiel de formation à la prévention des risques d'origine électrique des élèves préparant les diplômes de l'Éducation Nationale.C1-7
C5-2
C5-3
C5-516TCLes notions de prévention des risques d'origine électrique sont intégrées aux séquences pédagogiques et ne font pas l'objet de temps de formation spécifiques. Ceci explique le faible horaire appliqué à ce savoir. S6.3 : Prévention des risques professionnelsConcept :
Analyse a priori des risques professionnels (Document unique, plan de prévention).
Plan Particulier de Sécurité et de Protection de la Santé.

Application de principes généraux de prévention et d’analyse des risques:
Préparer l'évaluation des risques.
Identifier les risques.
Classer les risques.
Proposer des actions de prévention.

Relatifs aux:
Directive "cadre" européenne N°89/391 du 12 juin 1989.
Loi N°91 1414 du 31/12/1991
Décret N°2001-1016 du 5 nov 2001. Art : 230.1 (EvPRP -document unique) et la circulaire DRT N°6 du 18 avril 2002.C3-1
C4-45TCCe domaine est enseigné par le professeur d'enseignement professionnel, en collaboration avec le professeur chargé d'enseigner « l'hygiène, prévention, sécurité ». Les notions de prévention sont intégrées aux séquences pédagogiques et ne font pas l’objet de temps de formation spécifiques.


La pratique de l’analyse des risques est obligatoire avant toute opération (paragraphe 2.6) :

identification et consultation du « document unique » et du plan de prévention lors de la période de formation en entreprise ;
prise en compte des consignes de sécurité avant toute intervention du domaine professionnel.

Ces différents points pourront faire l'objet d'un compte-rendu dans le rapport de stage élaboré à l'issue des périodes de formation en entreprise.Risques :
Électriques.
Liés au travail en hauteur.
Liés à l’activité physique.
Chimiques.
Thermiques.
Mécaniques.
Liés au bruit et à l'éclairage.Prise en compte des consignes de sécurité spécifiques lors d’intervention.C5-2
C5-4
C5-5S6.4 : Textes et règlementsLoi.
Décret.
Règlement.
Norme.
Circulaire.
Guide et recommandations.
Code.Définition.
Hiérarchisation.
Domaine d’application.C3-12TCCes études de textes et de règlements sont réalisées pendant les séquences pédagogiques, sur des cas concrets, et ne font pas l'objet d'une formation spécifique.

Savoir S7 : Techniques de communication et de gestionConnaissances
(Notions et concepts)Limites de connaissances
(Exigences)CompétencesClasseGroupeNiv. TaxCommentaire – Repère pour la formationTronc communIndustrielTertiaireTronc communIndustrielTertiaire1 - S'Informer2 - Reproduire3 - Appliquer4 - ConcevoirS7.1 : Outil informatiqueTraitement de texte.Fonctions principales (Caractères, mise en page, insertion images, dessins).C2-2
C2-12
C2-1724TCIl s'agit de maîtriser les fonctions de base d'une solution bureautique (traitement de texte et tableur) et de pouvoir les transférer sur toute autre application similaire.

En ce qui concerne les logiciels techniques, il s'agit de citer leur utilité et d’effectuer d'un travail simple avec ces derniers (exemple : logiciel de schéma, utiliser la banque de données existante pour réaliser un schéma simple). Savoir à mettre en relation avec S4-6.
Tableur.Fonctions principales (Calculs, graphiques).Logiciels techniques.Fonctions de base, bibliothèques de symboles.S7.2 : Gestion des disponibilités de l’entrepriseGestion des disponibilités de l’entreprise en matériel, outillage, mesureur, équipement de protection (outil informatique).

Gestion des stocks.
Disponibilité du produit.
Sortie et entrée du stock.
Seuil d’alerte.

Contact avec les fournisseurs par téléphone, télécopie ou Messagerie électronique (Mél) pour obtenir un prix, une référence, une disponibilité.
Règles de rédaction d’une télécopie.C5-2
C5-312TCLa gestion des stocks doit être abordée en relation avec le professeur d’économie – gestion en vue d'une utilisation adaptée au secteur de l’électrotechnique. Il est impératif que l'élève soit confronté à la gestion informatique de stocks.
S7.3 : Moyens de communicationTéléphone.
Télécopie.
Émail.
Internet.
Réseau informatique.Mise en œuvre de ces moyens de communication.
Émettre.
Recevoir.
Rechercher une information.C1-2
C1-9
C4-424TCEn ce qui concerne les moyens de communication internes et externes à l’entreprise, tous les supports doivent être abordés. Cela signifie qu’une section de bac pro ELEEC doit posséder une ligne téléphonique extérieure (téléphone et télécopie) ainsi qu’un accès à Internet pour utiliser les informations en ligne et les messageries électroniques.
S7.4 : Connaissance du consommateur, du clientLa clientèle.
Nom.
Coordonnées.
Activité.C1-1
C1-9222TCTCe savoir est à acquérir en relation avec le professeur d'économie/gestion. On privilégiera les périodes de formation en entreprise pour l'aborder. La notion de clientèle est relative à sa connaissance, ses caractéristiques et aux relations avec l'entreprise.
La gestion du "fichier client" se limite à la saisie des informations nécessaires pour renseigner les fiches qui le compose.
Le fichier client (informatique).Nom.
Coordonnées.
Activité.C2-18S7.5 : Connaissance du produitPositionnement du produit, du service, image du produit, innovation, produits nouveaux.Nom du produit.
Fonction du produit.
Gamme dans laquelle se situe le produit.
Référence et prix du produit.C4-1
C5-1
C5-212TCTLa connaissance du produit se limite à une gamme donnée ou à un fabricant donné. Il n’est pas question de faire un inventaire exhaustif des produits et des fabricants du marché. Il est cependant nécessaire de suivre les évolutions des produits et de leurs technologies afin de rester en adéquation avec la réalité industrielle.S7.6 : Gestion d’une affaire Devis.Principe et structure d’un devis.C5-1
C5-2242TCTCe savoir est à aborder en relation avec le professeur d’économie/gestion et à adapter au domaine de l’électrotechnique : le titulaire du bac pro ELEEC est un technicien qui possède quelques connaissances d’ordre économique et commercial.Commande.Nom du produit.
Référence du produit.
Quantité.Gestion d’un planning.Structure d’un planning en vue de le modifier pour la partie de l’ouvrage qui lui est confiée.C1-3
C1-5
C1-8
C2-3
C5-4 243TCTCalcul des coûts.Nombre d’heures effectuées.
Taux horaire facturé.
Nombre de personnes ayant travaillé en équipe.
Matériel loué.C1-6
C4-4Facturation.Structure d’une facture relevant d’un ouvrage électrique simple.C1-6S7.7 : Communication oraleConstruction d'un exposé.Structure d’un rapport présentant des solutions techniques concernant le métier d’électricien.

Principe d’une présentation orale d’un rapport relatif à une situation professionnelle.

Principe d’utilisation d’un support de communication tel que rétroprojecteur ou vidéo projecteur en vue de présenter un rapport.C2-19
C3-1
C4-1
C4-2
C4-5
C4-6
C4-724TCCe savoir, abordé en relation avec le professeur de français, doit concourir à former le candidat pour lui permettre d'effectuer une présentation orale du dossier de synthèse demandé dans le cadre de la sous-épreuve E3-1.








PAGE 




Ministère de la jeunesse, de l'éducation nationale et de la recherche - Direction de l'enseignement scolaire


Baccalauréat professionnel ÉLectrotechnique, Énergie, Équipements Communicants page  PAGE 3







Ministère de la jeunesse, de l'éducation nationale et de la recherche - Direction de l'enseignement scolaire


Baccalauréat professionnel ÉLectrotechnique, Énergie, Équipements Communicants page  PAGE 48



































































































 EMBED Word.Document.8 \s 





























 EMBED Word.Document.8 \s 






 EMBED Word.Document.8 \s 






Baccalauréat professionnel ÉLectrotechnique, Énergie, Équipements Communicants page  PAGE 39


Ministère de la jeunesse, de l'éducation nationale et de la recherche - Direction de l'enseignement scolaire