Rapport du Directeur ? automne 2006 - Montpellier SupAgro

La mise en place de la nouvelle formation à bac+6 ISAM/IPAD sur le site de la Valette représente un enjeu important, car le projet de formation .... Madagascar.


un extrait du document



 EMBED PBrush 














La mission de formation

Automne 2011



1 – L’offre de formation diplômante de Montpellier SupAgro en 2011-2012
Pour cette nouvelle année 2011-2012, l’établissement propose une offre de formation renouvelée, car elle correspond, d’une part, à la nouvelle offre de master habilitée pour la période 2011-2014, et au démarrage de la nouvelle formation d’ingénieur de spécialisation « Innovations dans les systèmes agricoles et agroalimentaires mondiaux », couplée à un mastère spécialisé intitulé « innovations et politiques pour une alimentations durable ».
Si la nouvelle offre de master d’Ecole d’ingénieur reste identique à la période précédente (seuls certains libellés de spécialités et de parcours sont modifiés), une évolution est notable pour les masters co-habilités, le changement important étant la réorganisation de l’offre universitaire dans le domaine biologie-géosciences-agronomie-environnement. L’offre de spécialités dans ce domaine a été recomposée et une nouvelle mention a été créée dans le domaine de l’eau, pour laquelle Montpellier SupAgro est co-habilité sur deux spécialités (Eau et agriculture, eau et sociétés). La nouvelle offre de master de l’établissement est précisée dans le tableau ci-après. 
La mise en place de la nouvelle formation à bac+6 ISAM/IPAD sur le site de la Valette représente un enjeu important, car le projet de formation est emblématique d’un domaine de recherche et d’expertise internationale qui va prendre beaucoup d’importance dans les années à venir, celui de la sécurité alimentaire mondiale. Si cette formation va démarrer avec un petit effectif pour cette 1ère année (10 étudiants, dont 9 en ingénieur de spécialisation et 1 en mastère spécialisé), la notoriété de la chaire Unesco « Alimentations du Monde », récemment labellisée, et les partenariats nationaux et internationaux en cours de construction, vont développer l’attractivité de cette formation post-grade.
En dehors de ces deux types de changements importants de l’offre de formation, cette année est aussi celle de la mise en œuvre de la 3ème année d’ingénieur des nouveaux cursus à bac+5 habilités en 2009, avec en particulier un gros travail d’ingénierie pédagogique en SAADs (Systèmes agricoles et agroalimentaires durables au sud, avec les options Développement agricole et rural au sud et Industries agro-alimentaires au sud).
Pour le niveau bac+3, l’offre de licence professionnelle, faisant également partie de la vague d’habilitation 2011-2014, reste identique, mais avec un démarrage d’un groupe d’étudiants en alternance sur une 4ème licence (Gestion automatisée de stations de traitement d’eau). L’objectif, dans ce niveau de formation, est de développer au maximum la voie de l’alternance, ces formations d’un an très professionnalisantes étant attractives pour la formation continue et les contrats d’alternance avec les entreprises.
Enfin, deux changements sont à noter dans les diplômes d’établissement :
- un nouveau diplôme a été créé, le diplôme d’études spécialisées (niveau bac+5) « Gestion, marketing et économie du secteur des vins - Msc de l'Organisation internationale du vin », pour reprendre la responsabilité de cette formation que l’IHEV gérait jusqu’à maintenant, alors que le diplôme était sous la responsabilité de l’université Paris X.
- le certificat d’études supérieures agronomiques « Qualité-sécurité-environnement en industries agro-alimentaires », qui accueillait chaque année depuis plus de dix ans des demandeurs d’emploi en requalification, a été suspendu en 2011 faute de candidats en quantité et en qualité, et ne sera plus reconduit sous cette forme.
Cette offre de formation devrait être relativement stable dans les trois prochaines années, compte tenu que les prochaines dates de renouvellement d’habilitation sont la rentrée universitaire 2014 pour les formations Licence-master-doctorat et la rentrée 2015 pour les formations d’ingénieur.  LINK Excel.Sheet.8 "C:\\Documents and Settings\\prevostp\\Bureau\\dénominations officielles des formations.xls" "Feuil1!L24C1:L49C6" \a \f 5 \h \* MERGEFORMAT 
DiplômeDomaineMentionSpécialitéParcoursMaster d'Ecole d'ingénieurSciences et technologiesAgronomie-Agroalimentaire (3A)Gestion environnementale des écosystèmes et forêts tropicales (GEEFT) Sytèmes et techniques innovants pour un développement agricole durable (STIDAD)Analyse des systèmes de culture innovants (ASCI)Production animale en régions chaudes (PARC)Semences et plants méditerranéens et tropicaux (SEPMET)Systèmes et techniques innovants en Horticulture et pour la santé des plantes (STIHSP)Horticulture méditerranéenne et tropicale (Hortimet)Santé des plantes (SP)Systèmes agraires tropicaux et gestion du développement (SAT)Ressources, systèmes agricoles et développement (RESAD)Marchés, organisations, qualité, services (MOQUAS)Viticulture, œnologie, économie et gestion viti-vinicoleVigne et vinViniferaMaster universitaireSciences, technologies, santéEcologie-biodiversitéBiodiversité Evolution (BE)Biologie Evolutive et Ecologie (B2E)EcosystèmesGénétique et Biodiversité (GB)biologie des plantes et des microorganismes, biotechnologies, bioprocédés Bio-ingénieries alimentaire et de l'environnement (INGALE)Sciences et procédés de l’agro-alimentaire et de l’environnement (SPAE)Biologie-SantéIngénierie de la santéNutrition, agro-valorisation en santé publique (NAVAL)EauEau et agriculture Eau et sociétéMathématiques, biostatistiquesMathématiques, statistiques, applicationsBiostatistiqueEconomie gestionAnalyse et politique économiqueAgriculture, alimentation et développement durable (A2D2) Sciences humaines et socialesDéveloppement durable et aménagementTerritorialités et développementsGestion, institutions et territoires de l'eauAgricultures, environnement et qualifications territorialesNouvelles ruralitésMétropolisations, mobilités, échangesGouvernance, dispositifs et enjeux institutionnelsSociétés, territoires et gestion des ressources en méditerranéeMarketing commerceMarketing-venteCommerce venteCommerce des vins LINK Excel.Sheet.8 "C:\\Documents and Settings\\prevostp\\Bureau\\dénominations officielles des formations.xls" "Feuil1!L51:L52" \a \f 5 \h \* MERGEFORMAT 


2 - Les recrutements

2-1- Les effectifs globaux


 LINK Excel.Sheet.8 "K:\\DEVE\\effectifs étudiants\\Effectifs Mtp supAgro 11-12 Juil 11.xls" "Synthèse (juillet 2011)!L3C1:L20C7" \a \f 5 \h \* MERGEFORMAT 
L’augmentation des effectifs cette année s’explique par :
- la mise en place de la formation ISAM/IPAD et l’inscription principale des étudiants du diplôme international de l’OIV,
- la 3ème année de la filière d’ingénieur SAADS, dont l’effectif est supérieur de 25 étudiants, par rapport à l’ancienne filière « Industries agroalimentaires des régions chaudes »,
- la poursuite des augmentations d’effectifs dans le master d’Ecole d’ingénieur et dans le doctorat.

Caractéristiques des recrutements
La filière ingénieur agronome
L’effectif est de 125 étudiants en 1ère année. 95 ont été recrutés par le concours A (Prépas BCPST), 2 par le concours A-TB (Prépa TB), 13 par le concours B (Licences 2 ou 3 des Universités), 13 par le concours C2 (DUT), 2 par le concours C (Prépa spéciale post BTS et DUT). 3 étudiantes redoublent la 1ère année (2 Unités d’Enseignement échouées pour 2 d’entre eux et 3 UE pour le troisième). Les étudiants de 1ère année sont à 69% des filles et à 31% des garçons.
Suite au recrutement de 4 étudiants (2 filles et 2 garçons) par le concours DE (1 chinois et 3 tunisiens, les 2èmes années sont 127 (70% de filles et 30% de garçons). 5 étudiants redoublent la 2ème année (pour l’UE 6 de 1ère année, l’UE 8 de 2ème année ou pour le/les stages). Deux brésiliennes suivent l’ensemble du semestre 7 avec les étudiants de 2ème année.
Concernant le semestre 8 (2ème partie de la 2ème année), environ 70 étudiants ont prévu de partir en mobilité (Europe, Brésil, Chili, Amérique du Nord). De la même façon qu’en 2010-2011, les étudiants qui ne partent pas en mobilité profiteront de l’offre commune aux cursus Ingénieur agronome, SAADS et M1 du Master 3A ; à ces 3 publics s’ajouteront les étudiants en mobilité internationale en provenance d’Europe, du Brésil, du Chili et d’Amérique du Nord.
Pour cette année 2011-2012, 82 étudiants ont choisi de partir en césure tutorée (ils étaient 69 en 2009-2010 et 63 en 2010-2011). Ainsi, après une légère baisse en 2010-2011, l’effectif des césuriens a recommencé à augmenter. Par ailleurs, 5 étudiants seront en année sabbatique.
Compte tenu du nombre plus important d’étudiants partant en césure et en année sabbatique, l’effectif des 3èmes années est limité à 102 étudiants (alors qu’ils étaient 130 en 2010-2011. Les élèves de 3ème année se répartissent entre les 11 options (nouveau terme retenu pour la 3ème année pour répondre à la demande de la CTI) de Montpellier SupAgro (84 étudiants - 103 en 2010-2011), les masters cohabilités (4 étudiants - 6 en 2010-2011), les domaines d’approfondissements d’AgroParisTech et d’Agrocampus Ouest (13 étudiants - 16 en 2010-2011) et les masters non cohabilités (1 étudiant - 5 en 2010-2011). A l’inverse, Montpellier SupAgro accueille 20 étudiants (17 en 2010-2011) d’autres écoles pour leur 3ème année.

La filière ingénieur SAADS
En 1ère année, le recrutement (45 étudiants pour 45 attendus) de cette formation s’est effectué cette année sur un concours spécifique (28 étudiants sur les 30 places offertes) organisé par l’établissement, et sur les concours A (6 étudiants), concours B (5 étudiants), concours C2 (6 étudiants). Le recrutement s’est passé dans de bonnes conditions car la sélectivité a pu être satisfaisante :
- Pour le concours spécifique, 85 dossiers ont ainsi été examinés, 52 dossiers ont été retenus pour la sélection et 20 candidats ont été admis en liste principale sans entretien. Le reste des candidats (32) a été vu en entretien et le jury a sélectionné 10 candidats en liste principale et 13 candidats en liste complémentaire. Du fait de désistements la liste complémentaire a été épuisée.
- Pour le concours A, le rang moyen des étudiants entrants est à 675 (pour 796 l’an passé), le rang du dernier entrant 805 (pour 972 l’an passé) et 4 des 6 étudiants avaient placé le cursus SAADS en Vœu n°1 (1 seul l’an passé).
48 étudiants ont démarré la formation (3 redoublant).
La promotion de 1ère année est ainsi composée comme suit :
OriginesConcours A, B, C2DUTBTSDEUGL3L3 ProDivers*Filles140502111Garçons3333012TOTAL173832213* Prépa A (6), Prépa C (5), ISTOM (1), Polytech (1)
L’origine géographique des candidats est variée : France Métropole, France DOM TOM, Europe, Amérique latine, Afrique de l’Ouest.

PaysNombre de candidatsFrance Métropole34France DROM COM5Doubles nationalités2Sénégal2Madagascar1Bénin1Congo1Pérou1Mexique1Soit 41 étudiants français (dont 5 en provenance des DROM COM et 2 doubles nationalités) et 7 étudiants étrangers.
En 2ème année, on compte 54 étudiants (31 filles et 23 garçons). Aux étudiants issus de 1ère année se sont ajoutés 6 étudiants recrutés sur concours spécifique au niveau Bac + 4. L’origine des recrutés est de 3 étrangers (Maroc, Tunisie, Niger) pour 3 français. Pour cette année 2011-2012, 8 étudiants ont choisi de partir en césure.
En 3ème année, on compte 64 étudiants répartis entre l’option Industries AgroAlimentaires au Sud (36 étudiants dont 16 venant d’autres écoles) et l’option Développement Agricole et Rural au Sud (28 étudiants dont 9 venant d’autres écoles, 3 venant du cursus IA et 2 mobilités académiques sur le S7). Pour cette dernière option, les étudiants se répartissent sur les parcours MOQAS (Marché, Organisation Qualité Services) qui accueille 9 étudiants et RESAD (Ressources Systèmes agricoles et Développement) qui en accueille 19. Les Master adossés aux options SAADS renforcent les effectifs notamment en étudiants étrangers. Ainsi le Master NAVAL, adossé à l’option IAAS apporte 20 étudiants supplémentaires pour constituer un groupe de formation de 56 étudiants avec 43 % d’étudiants étrangers. De même le M2 Systèmes agraires tropicaux et gestion du développement du Master 3A, adossé à l’option DARS, apporte 20 étudiants (17 MOQAS, 3 RESAD) pour constituer un groupe de formation de 48 étudiants avec 42 % d’étudiants étrangers.

La formation ingénieur de spécialisation « Innovations dans les systèmes agricoles et agro-alimentaires du Monde »
Le cursus d’ingénieur de spécialisation « Innovations dans les systèmes agricoles et agroalimentaires du Monde » ouvre cette année pour la première fois. Une sélection faite sur les 15 candidatures reçues a permis de sélectionner les 9 étudiants qui ont effectué leur rentrée le 10 octobre.

Le master d’Ecole d’ingénieur
Le nombre total d’étudiants en master d’Ecole d’ingénieur est de 153 à la rentrée 2011 (+ 33 étudiants/2010). L’augmentation est régulière sur ce diplôme depuis plusieurs années, malgré les difficultés d’obtention des visas et des financements dans les spécialités ne bénéficiant pas de bourses Erasmus Mundus. Notre diplôme de master d’Ecole d’ingénieur gagne en effet chaque année un peu plus en attractivité, malgré le coût de cette formation.

 M1 régions chaudesM2 GEEFTM2 SATM2 STIHSPM2 STIDADMaster vigne et vin
Total Master 3A
 SDPHORTIMETCESPAPARCSEPMETSTEMM1ViniferaM1 VVM2VV+
ViniferaCandidats86141576797311512281Admis54811665563279140Présents27820*6635*5225640153*dont étrangers2281835244223136128.*avec les étudiants Erasmus Mundus arrivant directement des M1 des partenaires

Les masters co-habilités
La nouvelle offre de masters-cohabilités ne modifie que très peu les effectifs d’étudiants (224 en 2010), même si les inscriptions principales dans notre établissement sont plus faibles que dans les universités partenaires.

SpécialitésInscriptions PrincipalesInscriptions secondairesTotalBio-ingénierie02020Biologie, écologie, évolution, environnement51823SEEC (M2)1
1213Eau et Société (M1)1
1314Eau et Agriculture (M1)1910Biostatistiques3
912Nutrition, agrovalorisation26026Agriculture, alimentation, développement durable71421Commerce et vente (M1 + M2)49*049Territorialités et Développements12122Génétique et Biodiversité167Total95122217*formation en apprentissage

Les mastères spécialisés
Le nouveau mastère spécialisé « Innovations et politiques pour une alimentation durables » a fait l’objet de 13 candidatures. Il accueillera cette année une étudiante comorienne. Les autres candidats admis n’ont pas réussi à construire le montage financier nécessaire à leur venue. Ils reprendront pour la plupart leurs démarches avec plus d’anticipation. Nous espérons pouvoir accueillir progressivement entre 10 et 20 étudiants les prochaines années.
Les deux autres mastères spécialisés de l’établissement, le MS Management des entreprises du vivant, co-accrédité avec l’Ecole de management de Lyon, et le MS Systèmes d’informations localisées pour l’aménagement du territoire, co-accréditée avec AgroParisTech, maintiennent leur niveau de recrutement habituel.


Les licences professionnelles
Les effectifs en licence professionnelle sont en légère hausse (+6%), en raison notamment de l’attractivité de l’alternance. L’offre de licences propose quatre formations en alternance : trois en contrat de professionnalisation et une apprentissage. Le projet de nouvelle licence pro sur le thème des systèmes de production agricole méditerranéens en agriculture biologique, validé par les instances de SupAgro, devrait voir le jour à la rentrée 2013. La licence professionnelle Viticulture raisonnée et certification environnementale, jusque-là exclusivement réservée à des professionnels, va évoluer pour s’ouvrir à la formation initiale (en contrat de professionnalisation), à la rentrée 2012.
Le recrutement 2011/2012 par spécialité est présenté dans le tableau ci-après :

Spécialités de licence professionnellePartenairesCertification ISO 9001SiteEffectifsCandidatsRetenusAgriculture raisonnée et certification environnementale (ARAI)UM3, EPLEFPA CharlemagneCampus La Gaillarde11720Gestion agricole des espaces naturels et ruraux (GENA)UM3, EPLEFPA de la LozèreSupAgro Florac12119Coordinateur de projet en éducation à l’environnement et au développement durable
(CEEDDR)UM3, UM2SupAgro Florac8320Gestion automatisée des systèmes de traitement d’eau (GASTE), filière temps plein ou alternanceUM2 / IUT Montpellier- Sète, EPLEFPA de la LozèreLa Canourgue + Sète5730Responsable commercial vins et réseaux de distribution (VIN)
en alternanceUM1 (ISEM), EPLEFPA MontpellierCampus La Gaillarde8330Management des systèmes qualité de la filière viti-vinicole (MSQVV)
en alternanceUniversité Aix-Marseille III, EPLEFPA d’OrangeOrange2515Viticulture raisonnée et certification environnementale (VITI) en formation continue et en FOAD
en alternanceUM3, EPLEFPA Beaune et BlanquefortMontpellier + Beaune + Blanquefort025total486159Le doctorat
L’effectif des doctorants continue à augmenter régulièrement et il est attendu en fin d’année 2011 un nombre de doctorants supérieur à 200, dont plus de la moitié d’étudiants étrangers. De nouveaux partenariats internationaux, en cours de développement, soit dans le cadre d’Agreenium, soit dans le cadre des consortiums d’universités partenaires de nos spécialités de master d’école d’ingénieur, devraient permettre de poursuivre cette tendance à la hausse des effectifs dans les prochaines années.


La formation de BP-REA berger
Deux commissions d’admission ont eu lieu en juin et septembre 2011. 57 personnes ont été auditionnées par un jury de professionnels, 19 ont été retenues, dont 14 sur le Programme régional PACA, avec pour certains des parcours aménagés, afin de tenir compte de leurs expériences en élevage ovin transhumant avant l’entrée en formation. Cette année, il faut noter également un nombre de femmes plus élevé que d’hommes en formation (56% de femmes). L’âge moyen des candidats est de 29 ans, le recrutement se resserre sur la région PACA, dont 50 % en sont issus. L’expérience en élevage ovin est plus faible que l’année dernière : 32%, contre 58% en 2010/2011. L’hétérogénéité des parcours tant de formation que professionnels reste toujours élevée.

3 – La politique pédagogique
Le nouveau projet d’établissement oriente la politique pédagogique des prochaines années, avec une ambition transversale : l’innovation.
Celle-ci se traduit certaines orientations dans la mission de formation, déjà engagées depuis quelques années, mais qui seront progressivement partagées par tous au sein de l’établissement.
Trois axes de travail seront particulièrement privilégiés cette année.

L’internationalisation de l’établissement, de l’attractivité à la satisfaction des étudiants et des partenaires
Si un travail important a déjà été mené au sein des directions d’appui à la formation (Enseignement et vie étudiante, Relations internationales) pour professionnaliser les services d’information, d’orientation, de recrutement, d’accueil et d’intégration des étudiants étrangers, de nouvelles actions sont en cours ou vont démarrer pour poursuivre cette ouverture internationale de l’établissement :
- l’amélioration de l’attractivité par une meilleure lisibilité de notre offre via nos outils de communication, en particulier une refonte de certaines pages de notre site internet et le développement du webmarketing,
- le développement d’une offre de formation pour les étudiants non-francophones, à la fois en français-langue étrangère en vue d’une meilleure intégration dans des cursus d’enseignement en français, et avec l’augmentation du nombre de modules ou d’unités d’enseignement en langue anglaise,
- la mise en place de doubles diplômes ou de co-diplômes avec des Ecoles ou des Universités étrangères, favorisant le recrutement d’étudiants de qualité, présélectionnés par les équipes pédagogiques des partenaires, et le développement de la formation à distance (FOAD) dans le cadre de projets concrets de formation partenariale.
Par ailleurs, de nouveaux dispositifs dans la formation vont permettre de favoriser la réussite des étudiants étrangers :
- la mise en place à la rentrée 2012 d’un premier semestre de M1 dans le master d’Ecole d’ingénieur commun à toutes les spécialités et construit spécifiquement pour mieux gérer la diversité des pré-requis des étudiants étrangers, en particulier les compétences linguistiques et la maîtrise des outils des sciences de l’ingénieur,
- le soutien des étudiants en financement personnel ayant des difficultés financières, en développant différentes solutions, comme l’emploi étudiant ou l’aide sociale,
- un accompagnement renforcé au projet et à l’insertion professionnelle.

L’intégration des TICE dans les pratiques pédagogiques
L’établissement n’a pas une forte pratique dans les usages des technologies de l’information et de la communication dans l’enseignement, en dehors de quelques enseignants et formateurs.
La mise en place des outils et d’une équipe dédiée pour l’accompagnement des enseignants et des équipes, et la volonté de l’établissement de se doter d’une politique de développement de la FOAD, permet désormais de mieux intégrer les TICE dans l’enseignement.
D’une part, de nouvelles actions sont programmées pour améliorer globalement l’environnement numérique de travail et l’accès aux ressources pédagogiques : assistance informatique pour la réservation de salles de cours, amélioration de l’application de gestion administrative et pédagogique (GEMSA) pour en favoriser les usages, meilleure intégration entre l’intranet et les applications de gestion des ressources pédagogiques (logiciel documentaire, logiciel de gestion des images et vidéos, plateforme de FOAD).
D’autre part, l’accompagnement des enseignants et des équipes va s’intensifier, par des formations aux différents outils proposés lors de la journée des Assises de la formation de juin 2011, ou par une aide à l’ingénierie pédagogique et informatique, et en poursuivant la réflexion pédagogique sur les méthodes actives et les outils collaboratifs dans l’enseignement, lors des prochaines Assises de la formation du 31 mai 2012.

Le renforcement de l’ouverture sociale
Le dispositif national « cordées de la réussite » dans lequel nous avons été intégrés en 2010 se poursuit par une nouvelle labellisation pour l’année à venir. De nouvelles actions sont ainsi organisées dans notre cordée de la réussite (cross du collège Las Cases, intégration du lycée Mendès France avec un partenariat avec l’option agro-alimentaire de la 3ème année du cursus ingénieur agronome, mise en place d’un tutorat dans les lycées agricoles de la région).
Par ailleurs, le cycle préparatoire d’intégration, dont le projet a été initié par notre établissement en 2008, a été accepté par la DGER pour une ouverture au lycée F. Bazille à la rentrée 2012. Cette nouvelle formation, pour laquelle nous apporterons un appui (ainsi que les deux autres écoles partenaires : VetAgroSup Clermont-Ferrand, et Bordeaux SciencesAgro), permettra de recruter en 2014 des étudiants provenant d’un bac S de l’enseignement agricole, en priorité boursiers, et dont l’accès aux classes préparatoires est jusqu’à maintenant très difficile.
Dans le cadre de notre nouveau projet d’établissement, une autre action d’ouverture sociale pourrait se concrétiser par un partenariat avec les IUT de Montpellier et les autres écoles d’ingénieurs de la région, pour une intégration d’étudiants provenant d’un baccalauréat technologique.

4 – La formation continue au sein de l’établissement
L’établissement a fortement développé ces dernières années ses activités de formation continue. D’une part, une politique affirmée de la formation tout au long de la vie a été mise en œuvre : accès de tous les diplômes par la formation continue et la validation des acquis de l’expérience, nouvelle offre de formation en licence professionnelle et en master d’école d’ingénieur accueillant beaucoup de salariés en congé individuel de formation ou des chômeurs en démarche de requalification, capitalisation de crédits permettant l’acquisition d’un diplôme sur plusieurs années. D’autre part, le développement des partenariats, avec les entreprises et organismes français et à l’international, a permis d’augmenter fortement le volume de formation continue courte, dans nos différents domaines de compétences. Cette activité est organisée actuellement par différents services, dépendant de composantes différentes. Or, l’augmentation des demandes de partenaires internationaux ou de demandes visant des compétences non disciplinaires, l’accroissement nécessaire des activités de formation continue pour le développement de ressources propres, et la réflexion sur de nouvelles offres de services, seul ou avec nos partenaires de l’INRA et du CIRAD, demandent aujourd’hui d’interroger et peut-être de faire évoluer notre organisation actuelle. Ce sujet est l’objet d’un chantier du projet d’établissement, et nous allons donc le démarrer cette année.

5 – La poursuite de la démarche qualité (certification ISO9001 :2008)
Le plan d’action validé en comité de direction prévoit désormais une certification de l’ensemble de l’offre de formation diplômante en 2013.
Il sera proposé à la certification ISO9001:2008 en 2012 la formation du tronc commun ingénieur agronome, qui respecte déjà les exigences de la norme depuis un an pour la 1ère année de formation.
Le travail de généralisation à l’ensemble des formations et des campus est donc en cours.

6 – La vie étudiante
La vie étudiante au sein de l’établissement reste une activité pour laquelle l’établissement est très proactif. Ainsi, même si les activités sportives et culturelles sont gérées directement par les associations étudiantes, un accompagnement de nos délégués à la vie étudiante permet de proposer une très grande diversité d’activités pour une vie sociale des étudiants très riche et donnent à l’établissement une très bonne attractivité de nos formations d’ingénieur et de licence. Mais ces activités sont aussi un excellent moyen de développer des compétences personnelles chez nos étudiants, qui serviront leur employabilité.
Comme les années précédentes, nous reconduisons notre plan d’action de prévention des conduites à risques, et au-delà, notre politique d’éducation à la santé est un peu plus affirmée chaque année. Pour l’année 2011-2012, un accent particulier sera mis sur la pérennisation de la médecine préventive, avec un meilleur suivi des visites médicales des étudiants entrants.

7 – La culture scientifique et technique : les CultureSciences
La 3ème édition du cycle de conférences-débats, co-organisé entre les personnels et les étudiants, est en cours. Plusieurs conférences sont désormais organisées avec des partenaires, et sont de mieux en mieux diffusées à l’extérieur, soit en direct par visioconférence ou lecture sur internet, soit en différé par accès sur notre site internet.
Le programme de cette année est le suivant :
DateThèmePropositions Lundi 3 octobre 2011 Conférence inauguraleJean-Michel SEVERINO (ouvrage de référence : Le temps de l’Afrique)
La question sociale globale : des modèles de développement à la crise mondiale
En partenariat avec SupAgro Fondation et la librairie SaurampsLundi 7 novembre 2011ControverseFilm-débat : Le retour de l’Agriculture (Elise Griffon)
Interventions de M. GRIFFON (ANR) et de G. Garcia (CARI)
Débat sur le thème « L’agroécologie peut-elle nourrir la planète ? »
Conférence-débat organisée par Ingénieurs Sans FrontièresLundi 14 Novembre 2011
Responsabilité de l’ingénieurMarc GIGET (Directeur de l’Institut européen des stratégies créatives et d’Innovation)
L’Innovation ou l’art de penser le futur
Conférence-débat organisée par la Direction du PartenariatMardi 6 Décembre 2011Retour d’expérience 1Film débat
« Le paradoxe crétois » : un système agricole qui pourrait tendre vers la notion d’agriculture moderne Mardi 3 janvier 2012Retour d’expérience 2Film-débat
La gestion de l’eau dans les Andes
Thème du débat  : Les usages de l’eau et la gestion publique/privée Mardi 17 Janvier 201Développement durableVirginie MARIS  (CNRS)
Thème : La tentation actuelle d’une monétarisation de la natureMardi 7 Février 2012Sciences et SociétéPierre-Benoît JOLY (Sociologue INRA)
Mettre les sciences en démocratie ?Mardi 13 Mars 2012Histoire des sciencesFrançois SIGAUT (Historien EHESS)
Qu’est-ce qu’une révolution agricole ? Le temps long peut-il nous aider à penser l’avenir ?










PAGE 



- Direction de l’enseignement et de la vie étudiante -
– Rapport du Directeur – octobre 2011  PAGE 2