La réforme des examens d'expertise comptable - cfa bessieres

Au-delà de la nécessaire harmonisation du cursus des examens d'expertise ... diplômes et les mathématiques/statistiques sont intégrées dans les matières qui .... Outre le décret du 16 novembre 2005 approuvant le code de déontologie de la ... le baccalauréat (ou équivalent) ;; le DECF, Diplôme d'études comptables et  ...


un extrait du document



La réforme des examens d'expertise comptable

Article paru dans la revue RF Comptable n°331 septembre 2006
Dernière minute  
Le projet de réforme des diplômes comptables de l’Etat vient de passer un cap essentiel.
Décrets, arrêtés, circulaires du Ministère de l'Education Nationale, de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche :
Arrêté du 22 décembre 2006 relatif aux modalités d’organisation des épreuves du diplôme de comptabilité et de gestion et du diplôme supérieur de comptabilité et de gestion régis par le décret no 2006-1706 du 22 décembre 2006,
Décret no 2006-1707 du 22 décembre 2006 modifiant le décret no 81-536 du 12 mai 1981 relatif au diplôme d’expertise comptable,
Décret no 2006-1706 du 22 décembre 2006 relatif au diplôme de comptabilité et de gestion et au diplôme supérieur de comptabilité et de gestion.
 HYPERLINK "http://www.compta-online.com/forum/index.php?showtopic=9777" Voir les documents ici...
Introduction Pourquoi une nouvelle réforme des études menant à l'expertise comptable ?
Au-delà de la nécessaire harmonisation du cursus des examens d'expertise comptable avec le schéma européen « licence-master-doctorat » de l'enseignement supérieur, la réforme répond à l'objectif de la profession comptable libérale de recruter des candidats ayant des compétences de haut niveau et des profils plus diversifiés : l'évolution de la profession de commissaire aux comptes, notamment, nécessite une formation et des conditions d'accès en conséquence.  HYPERLINK "http://www.compta-online.com/nouvelle-reforme-etudes-expertise-comptable.html" +++
Le nouveau cursus de l'expertise comptable
Le DCG de niveau « licence » et le DSCG de niveau « master » remplacent le DPECF, le DECF et le DESCF. L'équilibre entre les matières juridiques et celles du domaine comptabilité/finance reste inchangé, mais les programmes sont plus orientés vers le management et les systèmes d'information. En outre, l'anglais devient obligatoire, un stage professionnel est imposé pour l'obtention de chacun des diplômes et les mathématiques/statistiques sont intégrées dans les matières qui requièrent leur maîtrise.  HYPERLINK "http://www.compta-online.com/nouveau-cursus-expertise-comptable.html" +++
Les épreuves et le programme du DCG
Les programmes des matières juridiques, de la comptabilité et de la finance restent assez classiques. Les principales nouveautés concernent l'épreuve de « Systèmes d'information de gestion », celle d'économie et celle de contrôle de gestion.  HYPERLINK "http://www.compta-online.com/epreuves-programm-DCG.html" +++
Les épreuves et le programme du DSCG
Les unités d'enseignement du DSCG se veulent moins monodisciplinaires et plus transversales. Les épreuves seront plus largement contextualisées et proches d'une mise en situation réelle.  HYPERLINK "http://www.compta-online.com/epreuves-programme-DSCG.html" +++
Équivalences et dispenses : les voies de formation aujourd'hui
Pour les candidats qui ont déjà choisi la voie classique du cursus complet, les équivalences pour passer au nouveau régime en conservant leurs acquis sont déjà prévues. Mais la situation n'est pas encore totalement claire pour ceux qui ont choisi ou vont choisir une autre voie (formations spécialisées « courtes », voie universitaire, école de commerce...). Quant aux modalités précises de validation des acquis de l'expérience, elles ne sont pas encore définies.  HYPERLINK "http://www.compta-online.com/equivalences-dispenses-voies-formation.html" +++
Le diplôme final : diplôme d'expertise comptable (DEC)
Le DEC, tel que défini en 1981, a connu peu de modifications depuis, ce qui est assez compréhensible : il s'agit d'un examen d'aptitude professionnelle qui est passé après une période de trois années au cours desquelles le candidat est pleinement immergé dans l'exercice de la profession, même si ce n'est qu'en qualité de « stagiaire ». Il ne s'agit plus ici de faire état de nouvelles connaissances acquises, mais d'apporter la preuve que l'on maîtrise les compétences requises pour l'exercice du métier.  HYPERLINK "http://www.compta-online.com/diplome-expertise-comptable-DEC.html" +++

I-  HYPERLINK "http://www.compta-online.com/nouvelle-reforme-etudes-expertise-comptable.html" Pourquoi une nouvelle réforme des études menant à l'expertise comptable ? 

Introduction Le régime des études comptables actuellement en vigueur, conduisant au diplôme d'expert comptable avec des niveaux de qualification intermédiaires, a été défini en 1981. Depuis lors, plusieurs modifications sont intervenues pour adapter les programmes de formation à l'évolution du droit, de la comptabilité et de la gestion. Mais la nécessité d'une réforme d'ensemble du système de formation s'est progressivement imposée. Annoncée depuis plusieurs années, elle ne voit le jour qu'en fin 2006, pour une mise en application en 2008. Ce retard est certes partiellement imputable à la lourdeur juridique d'une refonte du régime 1981 qui suppose deux nouveaux décrets et un arrêté d'application, avec un certain délai inhérent aux procédures d'adoption de ces textes. Mais, essentiellement, c'est le nombre et la diversité des paramètres à prendre en compte dans cette réforme qui justifient la lente maturation du projet : l'adoption des normes comptables internationales, « l'internationalisation » des professions de commissaire aux comptes et d'expert comptable ainsi que la construction de l'Espace européen de l'enseignement supérieur ont créé de nouvelles conditions au cours des quatre dernières années. Et les enjeux étaient tels que la réforme ne pouvait que reposer sur une large concertation associant l'ensemble de la profession, les responsables de formation et les ministères de tutelle. Ce long processus, initié en 2004, aura pris deux ans et l'année 2007 verra les dernières sessions du DPECF, du DECF, du DESCF et du DEC suivant le régime 1981. Le nouveau régime entrera ensuite en vigueur, et tous les établissements engagés dans la préparation aux diplômes comptables sont en train de revoir leurs cursus de formation pour les adapter aux nouvelles conditions. Au moment où nous mettons sous presse, les projets de textes dans leur dernier état ont reçu toutes les approbations requises et la parution du décret et de l'arrêté ne devrait plus tarder. Notre dossier s'appuie sur la dernière version de ces textes. Pourquoi une nouvelle réforme des études menant à l'expertise comptable ? Au-delà de la nécessaire harmonisation du cursus des examens d'expertise comptable avec le schéma européen « licence-master-doctorat » de l'enseignement supérieur, la réforme répond à l'objectif de la profession comptable libérale de recruter des candidats ayant des compétences de haut niveau et des profils plus diversifiés : l'évolution de la profession de commissaire aux comptes, notamment, nécessite une formation et des conditions d'accès en conséquence. Une volonté de la profession de diversifier le recrutement Depuis longtemps, la profession exprime le souhait de diversifier l'origine des candidats à l'expertise comptable. Il y a quelques années déjà, elle s'était donné comme objectif de parvenir à une répartition en trois tiers des candidats au diplôme final :
ceux de la « voie technique » au sens strict, c'est-à dire ceux ayant obtenu tous les diplômes successifs du cursus ;
ceux de la voie universitaire ;
et ceux des écoles supérieures de commerce.
Mais, encore aujourd'hui, la majorité d'entre eux vient de la première filière, le plus souvent intégrée dès le début du cursus, ou bien après un DUT ou un BTS spécialisé. Or, de plus en plus, les conditions d'exercice de la profession requièrent des compétences plus vastes que le seul savoir-faire comptable : il est donc nécessaire d'en ouvrir l'accès à des profils plus divers. Certes, il y a là un équilibre difficile à trouver, car les compétences comptables demeurent centrales, et il est hors de question d'abaisser le niveau d'exigence en ce domaine. De plus, cet élargissement des compétences professionnelles ne revêt pas le même intérêt pour les structures de dimension modeste et pour les grands cabinets. Jusqu'ici, la volonté de diversification s'était traduite par le développement des dispenses d'épreuves (équivalences partielles), permettant à des candidats de différentes origines d'intégrer le cursus menant au diplôme d'expertise comptable (DEC). Mais ce régime était devenu finalement d'une grande complexité, sans atteindre véritablement son but. Plutôt que multiplier les dispenses, il valait mieux revoir la conception d'ensemble et instaurer un système d'équivalences globales par niveau : la réforme des études supérieures dite « LMD » (voir ci-après) en a fourni l'occasion. De nouvelles normes internationales de formation Après l'adoption d'une normalisation comptable internationale, il était justifié qu'une réflexion sur les professions comptables et sur les formations qui y conduisent soit menée au niveau international. C'est ce qu'a fait l'IFAC (International Federation of Accountants), qui a émis depuis 2003 une série de normes internationales de formation des professionnels de la comptabilité (International Education Standards for Professional Accountants ou IES). Ces normes définissent, au plan des principes, les conditions générales de la formation, à charge pour chaque État membre de les mettre en oeuvre dans sa réglementation. Elles concernent en particulier :
les prérequis pour l'entrée dans le cursus (IES 1) ;
le contenu des programmes (IES 2) ;
les compétences professionnelles (IES 3),
les valeurs, éthique et attitudes professionnelles (IES 4) ;
les exigences en matière d'expérience professionnelle (IES 5) ;
l'évaluation des aptitudes et compétences professionnelles (IES 6) ;
la formation continue (IES 7) ;
et, plus récemment, les compétences requises des professionnels de l'audit (IES 8).
Ces normes, et plus particulièrement la deuxième, ont évidemment constitué une source d'inspiration importante pour la réforme des études comptables. Citons également le « Common content », élaboré au niveau européen par un groupe formé de 8 organisations professionnelles (dont, pour la France, l'Ordre et la Compagnie), qui définit en termes de compétences le niveau d'entrée dans la profession. L'évolution du profil et de la formation du commissaire aux comptes La possibilité, pour l'expert comptable diplômé, de s'inscrire comme commissaire aux comptes est un privilège qui a toujours été considéré comme essentiel. Or, la profession de commissaire aux comptes et ses conditions d'accès sont actuellement en pleine évolution. Outre le décret du 16 novembre 2005 approuvant le code de déontologie de la profession, on doit mentionner :
la révision de la 8e directive, approuvée en octobre 2005 par le Conseil de l'Union européenne, qui prévoit notamment une formation plus étendue pour les stagiaires,
et surtout l'ordonnance du 8 septembre 2005, qui modifie les dispositions relatives au contrôle légal des comptes dans le code de commerce. Ce texte ouvre la voie à une réforme de la formation, en créant le certificat d'aptitude aux fonctions de commissaire aux comptes qui remplacera l'actuel examen d'aptitude et permettra l'émergence de « passerelles » pour accueillir dans la profession des diplômés de l'enseignement supérieur venant d'autres formations. Là encore, la volonté de diversification est affirmée.
Certes, l'expertise comptable demeurera toujours l'une des voies d'accès à la profession de commissaire aux comptes, ce que réaffirme la nouvelle rédaction de l'article L 822-1-1 6° du code de commerce, et les projets de séparation ont été abandonnés : mais elle sera peut-être une voie moins privilégiée que par le passé. En tout état de cause, une actualisation de la formation de l'expert comptable s'imposait dans un tel contexte. La nouvelle architecture des études supérieures au niveau européen Mise en oeuvre depuis 2003 (décrets et arrêtés d'avril 2002), la réforme dite « LMD » est une nouvelle structuration des études supérieures qui s'inscrit dans la construction de l'Espace européen de l'enseignement supérieur : l'architecture repose sur trois « grades » correspondant à des « niveaux de formation » qui seront communs à tous les pays européens : licence, master et doctorat. Traditionnellement, les études universitaires reposaient sur des diplômes successifs : DEUG (ou DUT) à bac + 2, maîtrise à bac + 4, et doctorat (en principe, bac + 8). La nouvelle architecture relève d'une conception différente :
la notion de « grade » est plus générale. Elle s'applique non seulement aux diplômes délivrés par les universités, mais à tout diplôme délivré sous l'autorité de l'État (par exemple, les diplômes délivrés par les écoles supérieures de commerce, ou encore un diplôme d'ingénieur, peuvent conférer à leur titulaire le grade de master) ;
les niveaux de formation ne sont pas définis comme par le passé en nombre d'années d'études validées, mais en nombre de « crédits » obtenus (« European Credits Transfer System » ou ECTS), afin qu'une partie du cursus puisse être effectuée dans un autre pays : ces crédits sont transférables au sein de l'Union européenne ;
concrètement, les études sont organisées par semestre et comportent des « unités d'enseignement » (UE), la validation de chacune de ces unités conférant un certain nombre d'ECTS : les crédits sont capitalisables et aussi compensables, sous certaines conditions.

 INCLUDEPICTURE "http://www.compta-online.com/images/tab1.gif" \* MERGEFORMATINET 
La correspondance entre le nombre d'ECTS et le nombre d'années dans le schéma ci-dessus n'est qu'indicative, même si les établissements de formation ont fait le choix d'attacher 30 ECTS à chaque semestre. De plus, les crédits correspondant à une unité d'enseignement peuvent être obtenus par validation des acquis de l'expérience (VAE), particularité qui peut s'avérer importante dans le cadre de l'application du système « LMD » aux études comptables.


II-  HYPERLINK "http://www.compta-online.com/nouveau-cursus-expertise-comptable.html" Le nouveau cursus de l'expertise comptable 
Le DCG de niveau « licence » et le DSCG de niveau « master » remplacent le DPECF, le DECF et le DESCF. L'équilibre entre les matières juridiques et celles du domaine comptabilité/finance reste inchangé, mais les programmes sont plus orientés vers le management et les systèmes d'information. En outre, l'anglais devient obligatoire, un stage professionnel est imposé pour l'obtention de chacun des diplômes et les mathématiques/statistiques sont intégrées dans les matières qui requièrent leur maîtrise. L'adaptation au système « LMD » Le régime actuel Le régime en vigueur jusqu'à l'année prochaine repose sur trois diplômes intermédiaires avant le diplôme final :
le DPECF, Diplôme préparatoire aux études comptables et financières, auquel on accède avec le baccalauréat (ou équivalent) ;
le DECF, Diplôme d'études comptables et financières, auquel on accède en étant titulaire du DPECF (ou d'un diplôme admis en équivalence tel que DUT, BTS...) ;
le DESCF, Diplôme d'études supérieures comptables et financières, auquel accèdent les titulaires du DECF ou d'un diplôme admis en équivalence (essentiellement, le diplôme de la voie universitaire, c'est-à-dire la MSTCF) ;
le DEC, Diplôme d'expertise comptable, qui suppose l'accomplissement d'un stage professionnel de trois ans, auquel on accède après avoir obtenu le DESCF (pour lequel aucune équivalence n'existe).
La question du positionnement de ces diplômes par rapport au cursus universitaire classique, importante en cas d'interruption des études à un niveau intermédiaire, n'a jamais pu être réglée de façon satisfaisante : le DPECF a toujours été considéré comme étant d'un niveau inférieur au DEUG (sanctionnant les deux premières années d'études universitaires), et le DECF n'a jamais correspondu clairement à une « maîtrise ». Le nouveau cursus Le positionnement est résolu avec les nouveaux diplômes introduits par la réforme, qui sont définis par référence au « LMD ». Le DCG, Diplôme de comptabilité et de gestion, correspond au grade de licence, c'est-à-dire que la validation de toutes les unités d'enseignement qu'il comporte confère 180 ECTS. Il est dit se situer un peu en dessous du DECF. Le DSCG, Diplôme supérieur de comptabilité et de gestion, correspond au grade de master, la validation des UE qu'il comporte conférant 120 ECTS. Il est dit se positionner un peu au-dessus du DESCF. Le DEC est à peu près inchangé par rapport à la situation actuelle. En fait, il ne correspond pas réellement au « niveau D », car il faudrait pour cela qu'il puisse être assimilé au doctorat, lui-même défini par des textes très contraignants. Mais, en tant que diplôme final, il est valorisé en lui-même. La question du positionnement ne se posait que pour les diplômes intermédiaires. Conditions d'accès ... et « passerelles » Les règles posées à l'intérieur du nouveau cursus L'accès aux épreuves du DCG est de plein droit pour tous les titulaires du baccalauréat ou, plus généralement, de tout titre ou diplôme permettant l'accès à l'enseignement supérieur, en France ou à l'étranger. Cette disposition est conforme à l'IES 1 de l'IFAC (§ 6) et n'introduit guère de changement par rapport aux conditions actuelles d'entrée dans le cursus, si ce n'est la prise en compte des titres ou diplômes étrangers. L'accès aux épreuves du DSCG est évidemment ouvert aux titulaires du DCG, mais aussi à tout titulaire d'un master ou d'un diplôme conférant le grade de master, en France ou dans un pays de l'Espace européen de l'enseignement supérieur ainsi que, à titre transitoire, aux titulaires du DECF. En outre, d'autres titres ou diplômes pourront être admis en dispense du DCG par arrêté. Les conditions d'accès au DEC sont inchangées : le candidat doit avoir accompli les trois années de stage professionnel, auquel il accédera en étant titulaire du DSCG. Nécessité de maintenir des dispenses pour les autres formations Si cette organisation des études a le mérite de s'intégrer dans l'Espace européen de l'enseignement supérieur, elle risque de rendre plus difficile l'accès au cursus de l'expertise comptable d'étudiants venant d'autres formations :
d'une part, certains diplômes conféraient jusqu'ici l'équivalence globale du DPECF (BTS, DUT, ...). Avec la disparition de ce premier niveau, ils ne pourront plus avoir que des équivalences partielles, c'est-à-dire la dispense de certaines épreuves du DCG ;
d'autre part, l'accès au DSCG pour les titulaires d'un master est une mesure bien peu favorable, si ce diplôme confère lui-même le grade de master (dans le cursus universitaire, l'accès au master est de plein droit pour tous les titulaires du grade de licence). Cette disposition doit donc être assouplie en acceptant que certains masters spécialisés puissent conférer la dispense de certaines épreuves du DSCG.
En conséquence, il s'est avéré nécessaire de maintenir le régime actuel de dispenses d'épreuves au cas par cas, pour permettre le recrutement d'une grande diversité de profils professionnels. Ainsi, comme cela était le cas jusqu'ici, les établissements qui assurent des formations spécialisées en comptabilité et finances devront soumettre leur demande de dispense d'épreuves à la Commission consultative pour la formation professionnelle des experts comptables : celle-ci examinera, pour chaque demande, la correspondance des contenus et, si un diplôme (universitaire ou autre) couvre en partie le programme du DCG et/ou du DSCG, les dispenses seront accordées. Il sera donc toujours nécessaire de se référer à un tableau des dispenses pour choisir les voies d'accès au cursus les plus appropriées, si l'on n'a pas opté dès le départ pour la « filière comptable ». La période transitoire pose un problème important : compte tenu du retard pris pour la promulgation des textes, la mise en place de formations adaptées au nouveau cursus n'a pu se faire pour l'année universitaire 2006-2007 et la détermination des dispenses à accorder nécessitera aussi un certain délai, sans parler des conditions de mise en oeuvre de la validation des acquis de l'expérience (VAE), non encore définies : or, le nouveau régime entrera en vigueur dès 2008. Les épreuves du DCG et du DSCG La contrainte pour établir la liste des épreuves constituant chacun de ces deux diplômes et les programmes associés, était double :
d'une part, définir les programmes en tenant compte de l'actualité de la profession et des normes internationales,
d'autre part, découper ces programmes en unités d'enseignement correspondant respectivement à 180 ECTS pour le DCG et 120 ECTS pour le DSCG.
La Commission consultative pour la formation professionnelle des experts comptables a confié cette tâche aux Groupes de travail pour la réforme des examens comptables de l'État (GRECE), associant des enseignants et des professionnels, qui y ont travaillé plus d'un an. Le découpage finalement adopté comporte 20 épreuves (hors DEC). La structure actuelle repose sur 16 « unités », mais celles-ci correspondent en fait à 20 épreuves compte tenu du dédoublement de certaines unités. Le tableau ci-contre présente un comparatif des deux régimes. En première analyse, l'équilibre des disciplines fondamentales n'est guère modifié par la réforme, si l'on tient compte des pondérations : les matières juridiques représentent près du quart de l'ensemble et le domaine comptabilité-finances un tiers, dans les deux programmes. Tout au plus, l'orientation « management » paraît-elle nouvelle dans les titres, ainsi que la notion de « systèmes d'information ». Les principales innovations qui apparaissent à la lecture des intitulés sont :
la présence d'une épreuve facultative, dans le DCG comme dans le DSCG, de langue étrangère autre que l'anglais qui, lui, devient langue obligatoire ;
la présence d'un stage obligatoire en milieu professionnel dans chacun des deux diplômes garantissant que, quel que soit son parcours (niveau d'entrée et niveau de sortie), le candidat aura eu cette expérience ;
mathématiques et statistique disparaissent en tant qu'unité d'enseignement. En fait, elles ont été intégrées dans les matières qui les utilisent, comme par exemple le contrôle de gestion ou la finance.

 INCLUDEPICTURE "http://www.compta-online.com/images/tab2.gif" \* MERGEFORMATINET 
Les conditions d'obtention des diplômes Elles sont identiques pour le DCG et le DSCG. Le diplôme est délivré aux candidats ayant obtenu une moyenne générale au moins égale à 10/20 à l'ensemble des épreuves, compte tenu des coefficients, et sans note inférieure à 6/20. Le diplôme acquis confère automatiquement la totalité des crédits européens qui lui sont attachés (180 pour le DCG et 120 pour le DSCG). Les candidats qui n'ont pas obtenu cette moyenne générale peuvent reporter les notes supérieures à 10 sur 20, sans limitation de durée : les UE correspondantes sont définitivement validées et les crédits européens associés sont définitivement acquis. Les notes comprises entre 6 et 10 sur 20 peuvent être ou non reportées, au choix du candidat. Les épreuves faisant l'objet d'une dispense ne sont pas prises en compte pour le calcul de la moyenne et ne confèrent pas les crédits européens correspondants. Toutes les épreuves peuvent faire l'objet d'une validation sur la base des acquis de l'expérience (procédure de VAE). Pour l'épreuve facultative, les points supérieurs à 10 sur 20 sont ajoutés au total obtenu sur les autres épreuves, mais à la condition que 4 épreuves du diplôme au moins soient effectivement passées.


III-  HYPERLINK "http://www.compta-online.com/epreuves-programm-DCG.html" Les épreuves et le programme du DCG

Les épreuves et le programme du DCG Les programmes des matières juridiques, de la comptabilité et de la finance restent assez classiques. Les principales nouveautés concernent l'épreuve de « Systèmes d'information de gestion », celle d'économie et celle de contrôle de gestion. Conception d'ensemble du DCG Le programme du DCG est plutôt centré sur des techniques et sur une approche monodisciplinaire. La durée indicative de préparation correspond à un total de 2 100 heures pour ce diplôme, soit trois années d'études à temps plein. On considère que les candidats passeront en moyenne 4 épreuves par année, s'ils suivent ce cursus sans validation ni dispense. Les différentes épreuves sont présentées ci-après suivant un regroupement disciplinaire. Comme on l'a déjà souligné, la réforme des programmes a largement tenu compte des normes IES 1 à 6 de l'IFAC, qui organisent les connaissances professionnelles à acquérir en trois champs disciplinaires :
(1) Comptabilité, finance, et disciplines associées (droit et fiscalité) - représenté ici par les quatre UE juridiques et les deux UE comptables ;
(2) Management - auquel on peut rattacher les deux UE « économie » et « management », ainsi que les UE « finance d'entreprise » et « contrôle de gestion » qui sont en fait à la frontière avec le domaine précédent ;
(3) Technologies de l'information et de la communication (TIC) - domaine sur lequel la réforme a dû rester modeste.
Les unités d'enseignement du domaine juridique (UE 1 à 4) L'importance des matières juridiques dans la formation à l'expertise comptable ne s'est jamais démentie (mais il semble que ce soit une spécialité française, car l'IES 2 de l'IFAC leur accorde une place bien moindre).
 INCLUDEPICTURE "http://www.compta-online.com/images/tab3.gif" \* MERGEFORMATINET 

L'UE 1 « Fondamentaux du droit » se différencie peu de l'épreuve correspondante du DPECF avec un programme très large, les modalités de l'épreuve permettant d'en balayer plusieurs aspects.
L'UE 2 « Droit des sociétés » est semblable à l'épreuve de même intitulé dans le DECF actuel, à l'exception de la partie « entreprises en difficulté », qui se retrouve maintenant dans l'UE 1.
En revanche, l'UE 3 « Droit social » ne reprend, de l'ancienne unité du DECF « Relations juridiques de crédit, de travail, et de contentieux », que le droit social, dans un programme plus développé, ce qui paraît largement justifié par l'importance croissante de cette branche du droit.
Enfin, l'UE 4 « Droit fiscal » correspond à l'épreuve de droit fiscal du DECF avec un programme inchangé.
Remarque :
Dans l'ensemble, il y a donc peu d'évolutions dans ce domaine, si ce n'est que ce groupe d'UE représente 25 % du DCG et que l'ensemble correspond à un programme très lourd qui requiert au total à peu près une année de préparation. Il faut aussi rappeler que les unités correspondantes du DPECF et du DECF ont connu jusqu'à présent les plus faibles taux de réussite.
Les épreuves de comptabilité (UE 9 et 10) Le programme de ces deux UE est très classique : pour l'essentiel, il reprend celui des épreuves correspondantes du DPECF et du DECF, mais se concentre sur la technique comptable, alors que l'épreuve du DPECF incluait de la comptabilité de gestion et de l'analyse financière.
 INCLUDEPICTURE "http://www.compta-online.com/images/tab4.gif" \* MERGEFORMATINET 

La première (9 « Comptabilité fondamentale ») couvre, outre la normalisation et la réglementation comptable, l'analyse comptable des opérations courantes et les travaux d'inventaire.
La seconde (10 « Comptabilité approfondie ») porte surtout sur la technique comptable approfondie (difficultés comptables particulières), mais comprend aussi la comptabilité des entités spécifiques (associations, professions libérales, collectivités territoriales...). La comptabilité des fusions d'entreprises n'est pas abordée. Le programme de cette épreuve prévoit aussi une « introduction à la consolidation » et une « introduction à l'audit légal des comptes », mais surtout une partie sur la profession comptable (organisation, éthique...).
Remarque :
Le programme de ces deux UE comptables, clairement défini, ne présente donc pas de surprise et les épreuves ne devraient pas dérouter les candidats.
Les unités d'enseignement d'économie et de gestion (UE 5 à 7 et 11) Comme on pouvait s'y attendre, c'est dans ce groupe d'épreuves que l'on trouve le plus de changement dans les programmes. Les normes de l'IFAC couvrent en ce domaine un champ très large, incluant outre l'économie, la stratégie, le marketing, le comportement organisationnel, les marchés financiers, la gouvernance d'entreprise, etc. (IES 2).
 INCLUDEPICTURE "http://www.compta-online.com/images/tab5.gif" \* MERGEFORMATINET 

Le programme de l'UE 5 « Économie » se concentre sur l'économie générale, alors que l'épreuve « Économie » du DPECF se partageait à peu près également avec l'économie d'entreprise. Le programme comporte essentiellement trois parties :
le fonctionnement de l'économie de marché (le comportement du consommateur, la construction des marchés, la consommation et l'investissement, la croissance économique, les cycles),
le financement et la mondialisation de l'économie (économie monétaire, commerce international...),
et les politiques publiques de régulation (incluant l'étude du marché de l'emploi et la réglementation de la concurrence).
Remarque :
Cette matière apparaît donc comme renforcée par rapport à la situation actuelle, comme en témoignent son coefficient (1,5 contre 1 actuellement) et la durée de l'épreuve (4 heures au lieu de 3). La forme de l'épreuve (dissertation ou commentaire de documents) risque d'en accroître encore la difficulté.

Le poids de l'UE 7 « Management » est tout aussi important (même coefficient, même durée). Le programme est assez proche de celui de l'actuelle épreuve « Organisation et gestion de l'entreprise » du DECF : théorie des organisations, études des fonctions, stratégie, comportements humains, communication, processus décisionnels. Contrairement à l'UE précédente d'économie, la formule « dissertation » est ici exclue.

Sous l'intitulé « Finance d'entreprise », l'UE 6 correspond à un programme classique d'analyse et de gestion financières :
diagnostic financier (structure financière, ratios, tableaux de flux, analyse de rentabilité) ;
décision d'investissement et gestion du besoin en fonds de roulement ;
politique de financement (du coût des financements au plan de financement) ;
gestion de trésorerie.
Remarque :
Avec un contenu assez traditionnel, donc, et une épreuve qui se composera vraisemblablement d'études de cas assorties de questions, cette épreuve devrait, a priori, être peu différente de l'actuelle épreuve de « Gestion Financière » du DECF.

Le programme de l'UE 11 « Contrôle de gestion » a été revu par rapport à celui de l'épreuve du même nom de l'actuel DECF. Si les outils traditionnels (analyse des coûts, budgets, etc.) demeurent évidemment présents, la présentation insiste sur leur mise en perspective, et notamment sur l'importance :
du contexte organisationnel (contrôle de gestion et modélisation de l'organisation),
et de l'environnement (contexte stabilisé correspondant aux outils de pilotage traditionnels, ou contexte non stabilisé appelant des réponses nouvelles).
Remarque :
Le poids de l'épreuve est renforcé par rapport à la situation actuelle (coefficient 1,5 ; durée 4 heures). L'analyse des sujets d'examen des premières sessions permettra de dire s'il y a bien là une rénovation des programmes.
Les autres épreuves (UE 8, 12 et 13)
 INCLUDEPICTURE "http://www.compta-online.com/images/tab6.gif" \* MERGEFORMATINET 

L'UE 8 « Systèmes d'information de gestion » remplace en quelque sorte l'épreuve « Méthodes quantitatives » du DECF, qui couvrait à la fois mathématiques-statistique et informatique. Les outils mathématiques et statistiques ont été intégrés dans le programme des disciplines qui les utilisent (par exemple, celui de contrôle de gestion comporte une partie « prise en compte de données aléatoires ») et « l'informatique » s'est élargie aux « systèmes d'information » pour aborder des problématiques beaucoup plus larges et plus riches.
Remarque :
Les technologies de l'information représentent dans les normes IES de l'IFAC un champ disciplinaire à part entière correspondant à un programme très lourd. Comme il n'était pas envisageable d'augmenter le nombre d'épreuves par rapport à la situation actuelle, la réforme a dû se limiter dans ce domaine.

Le programme comporte quatre parties :
système d'information et fonctions d'organisation (architecture d'un SI, modélisation et analyse de processus, progiciels de gestion, SIAD...) ;
les aspects matériels (essentiellement les réseaux, et la sécurité informatique) ;
la modélisation à l'aide de logiciels (tableur, base de données) ;
les logiciels « métiers » comptables et financiers.
Remarque :
Un programme totalement nouveau, donc, pour une épreuve dont le poids est important (coefficient 1,5, durée 4 heures). Les sujets d'examen des premières sessions permettront de cerner plus précisément ce qui est attendu du candidat.

UE 12 « Anglais des affaires ». Dans le DPECF actuel, le candidat peut choisir la langue sur laquelle il subit la seconde partie de l'épreuve « Expression et communication », la première partie étant une dissertation en français. À la place de cette épreuve dédoublée, seul reste l'examen de langue étrangère, obligatoirement l'anglais. La forme de l'épreuve est traditionnelle : un document à caractère économique sur lequel il est demandé un commentaire ou une note de synthèse (en anglais), et dont il faut éventuellement traduire une partie.
Enfin, un stage de 8 semaines en cabinet ou dans les services comptables d'une entreprise est introduit à ce niveau (actuellement, le stage n'est prévu qu'en fin de cursus, au niveau du DESCF : un candidat pouvait donc se présenter sur le marché du travail avec un diplôme intermédiaire sans avoir jamais eu aucun contact avec le monde professionnel). Ce stage fait l'objet d'un rapport d'une quarantaine de pages qui est soutenu devant un jury. À cette UE a été rattaché le programme d' « information et communication ».

L'épreuve facultative de langue Prévue aussi bien dans le DCG que dans le DSCG, il s'agit d'un écrit de 3 heures à partir de documents à caractère commercial en allemand, espagnol, ou italien, au choix. Il peut être demandé au candidat la traduction française, et/ou la rédaction d'un résumé, d'une note ou de commentaires dans la langue étrangère.


IV-  HYPERLINK "http://www.compta-online.com/epreuves-programme-DSCG.html" Les épreuves et le programme du DSCG

Les épreuves et le programme du DSCG Les unités d'enseignement du DSCG se veulent moins monodisciplinaires et plus transversales. Les épreuves seront plus largement contextualisées et proches d'une mise en situation réelle. L'ensemble correspond à 1 000 heures de formation (durée indicative), soit deux années d'études. Quant à l'échelonnement des épreuves, le choix des candidats sera sans doute de passer en priorité les UE 2, 3 et 5, s'ils n'en ont pas la dispense, afin de réserver les deux épreuves les plus lourdes (1 et 4), ainsi que le grand oral et le stage, pour la seconde année (ces quatre dernières épreuves reconstituant, à peu de chose près, l'actuel DESCF). Les deux épreuves obligatoires (UE 1 et 4)
Économie générale. Dans l'actuel DESCF, deux épreuves sont « obligatoires » en ce sens qu'elles ne peuvent faire l'objet d'aucune dispense : « synthèse de droit et de comptabilité » et « synthèse d'économie et de comptabilité ». Si ces intitulés manifestaient déjà une volonté de transversalité, ils étaient assez ambigus, et les programmes difficiles à cerner : dans les faits, ces deux épreuves portaient respectivement sur la technique comptable et sur le contrôle de gestion (ou la gestion financière). Le nouveau dispositif conserve l'idée de deux épreuves obligatoires, mais :
en réduit le poids. Compte tenu des coefficients, les deux « synthèses » représentent les deux tiers du DESCF, alors que ces deux UE ne font qu'un peu plus d'un tiers du DSCG ;
et ne laisse plus aucune ambiguïté sur les contenus.

 INCLUDEPICTURE "http://www.compta-online.com/images/tab6.gif" \* MERGEFORMATINET 

L'UE 1 « Gestion juridique, fiscale et sociale » est clairement une épreuve de droit orientée sur la vie de l'entreprise : droit des contrats, droit pénal des affaires, droit de la concurrence, droit des sociétés, droit du crédit. Le droit des regroupements (fusions et groupes de sociétés) y tient une place importante, ainsi que les situations d'entreprises en difficulté ou de transmission d'entreprise. Sur tous les aspects évoqués, les aspects fiscaux sont développés. On peut s'attendre ici à une épreuve présentant une situation pratique relativement complexe, c'est-à-dire ayant plusieurs aspects : l'objectif affiché est de vérifier « l'aptitude à envisager un problème d'entreprise dans toutes ses dimensions juridiques et fiscales ».
Le programme de l'UE 4 « Comptabilité et audit » est tout aussi clairement défini. En fait, il correspond à ce qu'était, dans les faits, l'épreuve de « synthèse de droit et de comptabilité », puisqu'il couvre :
les opérations de fusion ;
la consolidation et les comptes de groupe (aspects fiscaux inclus) ;
le contrôle interne et l'audit.
Il s'y ajoute une partie « information comptable et management financier » totalement nouvelle, qui couvre notamment la communication financière et l'évaluation financière des groupes en normes IAS/IFRS.
Remarque :
Sur un tel programme, on peut s'attendre à des sujets relativement traditionnels : l'idée de transversalité peut plus difficilement être mise en oeuvre ici que dans l'épreuve précédente.
Les autres épreuves écrites (UE 2, 3 et 5)
Économie générale. Ces trois UE constituent la correspondance, au « niveau M », des UE 6, 11, et 8 du « niveau L ». Dans les trois cas, il s'agit de nouveaux programmes, approfondissant les matières vues dans le DCG, complétant les connaissances en abordant de nouveaux aspects et de nouvelles méthodes, et élargissant les approches. On peut noter, d'ailleurs, que tous les programmes du DCG sont plus ou moins explicitement repris dans les UE du DSCG, dans cette perspective d'approfondissement et d'élargissement. Il s'agit là d'un choix délibéré, sachant qu'un certain nombre de candidats se présenteront aux épreuves de ce diplôme avec une équivalence totale du DCG : même s'ils n'ont pas passé les épreuves, ils seront contraints d'en maîtriser les programmes, qui constituent de véritables prérequis.

 INCLUDEPICTURE "http://www.compta-online.com/images/tab7.gif" \* MERGEFORMATINET 

Ainsi, le programme de l'UE 2 « Finance » introduit par le thème de la valeur, comporte du diagnostic financier approfondi mais aussi les méthodes d'évaluation de l'entreprise, revient sur les décisions d'investissement et de financement ainsi que sur la gestion de la trésorerie, mais s'élargit à l'ingénierie financière.
L'UE 3 « Management et contrôle de gestion », au vu du programme présenté en deux parties, pourrait apparaître comme dédoublée, faisant écho à la fois à l'UE 7 « Management » et à l'UE 11 « Contrôle de gestion » du DCG. En fait, c'est une fausse apparence : les deux composantes sont reliées par les notions de modèle organisationnel, de choix stratégiques, et de dynamique organisationnelle. Si le contrôle de gestion, dans le DCG, était présenté sous l'angle des outils du pilotage, il s'agit ici de l'envisager au niveau du pilotage stratégique (d'où une partie « stratégie et contrôle de gestion », s'appuyant sur une autre partie « management stratégique »). De même, la gestion des compétences et la conduite du changement (qui relève de la partie « management ») prennent tout leur sens avec la partie « modifications organisationnelles et contrôle de gestion ».
Remarque :
Il ne faut donc pas s'attendre à deux sous-épreuves, mais plutôt à une étude de cas requérant une synthèse. Ce programme est aussi riche qu'ambitieux et, ici plus qu'ailleurs, le choix des sujets qui seront proposés sera déterminant.

Enfin, l'UE 5 « Management des systèmes d'information » se situe dans le prolongement de l'UE 8 « Systèmes d'information de gestion » du DCG. S'il s'agissait, au précédent niveau, de connaître et de maîtriser les systèmes d'information, il s'agit ici d'aborder les aspects de gouvernance des SI, de gestion de projet des SI et de la gestion de la sécurité des SI, mais aussi de traiter des progiciels de gestion intégrés (rôle des ERP) et des problèmes posés par l'audit en environnement informatique.
Le grand oral et le stage (UE 6 et 7) Le DESCF comporte actuellement deux épreuves orales, « soutenance d'un rapport de stage » et « grand oral ».
L'UE 7 « Relations professionnelles 2 » du DSCG correspond, dans la forme, à la première, à ceci près que la durée du stage est maintenant de trois mois. Pour le reste, les règles sont les mêmes que celles qui s'appliquent à l'UE 13 « Relations professionnelles 1 » du DCG, et qui sont déjà en vigueur dans le régime actuel.
En revanche, l'UE 6 « Grand oral » comporte un aspect nouveau important. Comme les textes qui régissent le master prévoient qu'il « ne peut être délivré qu'après validation de l'aptitude à maîtriser au moins une langue vivante étrangère » et qu'il n'était pas possible d'ajouter une épreuve supplémentaire, il a été prévu que le sujet donné au candidat serait accompagné de documents en anglais et que la moitié de l'entretien (de 40 minutes maximum) qui suit l'exposé se ferait en anglais (la présence d'un professeur d'anglais dans le jury est d'ailleurs requise). Quant aux thèmes qui seront abordés dans cette épreuve, il faut s'attendre à ce qu'ils fassent largement appel à des questions d'actualité, mais aussi qu'ils fournissent l'occasion de tester les connaissances du candidat en économie, seule matière du DCG qui ne trouve pas d'écho dans le DSCG.

 INCLUDEPICTURE "http://www.compta-online.com/images/tab8.gif" \* MERGEFORMATINET 

VI-  HYPERLINK "http://www.compta-online.com/equivalences-dispenses-voies-formation.html" Équivalences et dispenses : les voies de formation aujourd'hui
Équivalences et dispenses : les voies de formation aujourd'hui Pour les candidats qui ont déjà choisi la voie classique du cursus complet, les équivalences pour passer au nouveau régime en conservant leurs acquis sont déjà prévues. Mais la situation n'est pas encore totalement claire pour ceux qui ont choisi ou vont choisir une autre voie (formations spécialisées « courtes », voie universitaire, école de commerce...). Quant aux modalités précises de validation des acquis de l'expérience, elles ne sont pas encore définies. Équivalences entre le régime 1981 et le nouveau régime Dans la période de transition, les candidats déjà engagés dans le cursus pourront valider, dans le cadre du nouveau régime, les épreuves du DPECF, du DECF ou du DESCF auxquelles ils ont réussi. Le tableau ci-dessous détaille les équivalences offertes par le DPECF.
 INCLUDEPICTURE "http://www.compta-online.com/images/tab9.gif" \* MERGEFORMATINET 
Les équivalences dont bénéficient les candidats ayant obtenu des épreuves du DECF ou du DESCF sont fournies dans les tableaux de la page suivante.
 INCLUDEPICTURE "http://www.compta-online.com/images/tab10.gif" \* MERGEFORMATINET 

 INCLUDEPICTURE "http://www.compta-online.com/images/tab11.gif" \* MERGEFORMATINET 
Les formations courtes : BTS et DUT La situation actuelle Le BTS Comptabilité et gestion des organisations et le DUT Gestion des entreprises et des administrations (option finances-comptabilité) ont toujours occupé une place de choix dans les formations comptables. Leurs diplômes, obtenus en 2 années d'études après le baccalauréat :
sont très appréciés sur le marché du travail si l'on préfère opter pour un emploi immédiat ;
confèrent l'équivalence du DPECF si l'on choisit de rejoindre le cursus de référence pour obtenir le DECF ou aller jusqu'au DEC.
Cette situation perdurera-t-elle dans le cadre du nouveau régime, compte tenu de l'évolution des programmes, de la mise en place d'un nouveau système d'équivalences et dispenses, et du passage au « LMD » qui s'impose aux IUT, composantes des universités ? L'évolution prévisible En ce qui concerne les programmes de formation, tant le BTS que le DUT ont fait depuis longtemps la preuve de leur adaptabilité : le référentiel du BTS a été à plusieurs reprises révisé (la dernière fois en 2001) et des commissions pédagogiques nationales revoient tous les cinq ans les programmes des DUT pour les harmoniser, alors que les programmes du cursus comptable de référence n'avaient plus été révisés depuis 1998. Ce souci d'actualisation, ainsi que la variété des modalités de formation offertes (apprentissage, alternance, formation continue...), explique le succès de ces diplômes dans le monde professionnel. Quant au « système LMD », il risquait moins d'affecter le BTS que le DUT : en effet, les IUT qui le délivrent font partie intégrante des universités, et celles-ci ont dû revoir leurs cursus et leurs diplômes pour les adapter au nouveau schéma défini en 2002. Le sort d'une formation universitaire en deux ans après le baccalauréat dans une architecture « en 3-5-8 » a été quelque temps incertain, mais la situation est aujourd'hui réglée : tout en passant à la semestrialisation et à l'organisation en unités d'enseignements avec ECTS correspondants, les IUT continuent à délivrer en deux années leur diplôme, celui-ci conférant 120 crédits européens et permettant à l'étudiant de s'inscrire ensuite dans une licence professionnelle où il obtiendra, un an après, le grade de licence (ou de solliciter son inscription dans une licence généraliste, afin d'obtenir les 60 crédits qui lui manquent et poursuivre ensuite vers un master). Enfin, la situation du BTS et du DUT vis-à-vis du nouveau régime d'équivalences est simplifiée par le fait que tous deux font l'objet d'un référentiel national, ce qui n'est pas le cas des autres cursus universitaires dans le « système LMD ». Il est donc possible d'accorder les mêmes dispenses à tout titulaire d'un BTS quelle qu'ait été la modalité d'obtention du diplôme, ou à tout titulaire d'un DUT quelle que soit l'université l'ayant délivré. Ces dispenses sont naturellement voisines de celles que l'on accordera à un candidat ayant obtenu le DPECF. Le succès de ces formations courtes ne devrait donc pas être démenti, car les diplômes auxquels elles conduisent conservent leur valeur intrinsèque et permettront, dans des conditions semblables à celles du régime actuel, de rejoindre le cursus menant à l'expertise comptable. Les formations longues : université et écoles supérieures de commerce La situation actuelle Aujourd'hui, les universités (ainsi que les écoles d'ingénieur) délivrent des diplômes de master, et la plupart des écoles supérieures de commerce des diplômes conférant le grade de master. Comme on l'a vu, dans le nouveau régime, tout candidat ayant ce grade peut se présenter directement aux épreuves du DSCG, mais cette disposition ne présente guère d'avantages :
ou bien sa formation première est totalement étrangère aux domaines de la comptabilité, du droit et de la gestion et, dans ce cas, il lui faudra plusieurs années d'études (sans doute plus de deux) pour avoir une chance de réussir ;
ou bien il a suivi une formation spécialisée couvrant déjà beaucoup d'aspects du programme du cursus de référence et il souhaitera alors bénéficier de la dispense de certaines épreuves du DSCG pour n'avoir pas à faire encore, après ses cinq ans d'études, deux années supplémentaires (voire cinq, au minimum, s'il souhaite obtenir le DEC). C'est particulièrement le cas des candidats de la filière MSTCF (maîtrise des sciences et techniques comptables et financières), créée en même temps que le cursus de référence régime 1981 et qui fut longtemps présentée comme la « voie royale d'accès à l'expertise comptable ».
L'évolution prévisible Le passage au « LMD » a rendu plus complexe la question des dispenses et équivalences : en effet, au lieu de devoir s'aligner comme auparavant sur des diplômes-type définis au niveau national, les universités ont été invitées à proposer chacune une offre de formation originale, avec différents « parcours ». Cette offre fait toujours l'objet d'une habilitation ministérielle dans le cadre des contrats quadriennaux des universités, mais elle est de ce fait beaucoup plus diversifiée que par le passé, et les intitulés ne correspondent plus à des contenus normalisés. Il en résulte qu'il n'est pas possible de déterminer à quelles dispenses donne droit un diplôme sans prendre en considération le parcours de formation qu'a défini l'université qui le délivre. Remarque :
En d'autres termes, les dispenses d'épreuves ne pourront plus être accordées qu'au cas par cas, sur demande des responsables de formation à la Commission consultative pour la formation professionnelle des experts comptables. Pour les écoles supérieures de commerce, c'était déjà le cas dans le régime antérieur : il n'y a donc aucun changement. Mais c'est plus problématique pour les anciennes MSTCF.
La MSTCF correspond à deux années d'études intensives, avec un recrutement à Bac + 2 sur sélection : son diplôme de maîtrise (Bac + 4) confère l'équivalence du DECF et la dispense de deux des quatre épreuves du DESCF (auxquelles la plupart des étudiants se préparaient en une année supplémentaire ce qui leur permettait, en cas de réussite, d'entrer en stage d'expertise à Bac + 5). Dès la mise en place du LMD, la grande majorité des responsables de MSTCF ont créé un « Master Comptabilité-Contrôle Audit » (CCA) ou plutôt, en fait, une deuxième année de master dans laquelle s'inscrivaient les étudiants après la MSTCF (à l'instar des anciens DESS), afin de préparer l'inévitable mutation. En effet, en 2006, les universités ont été mises en demeure de supprimer les MSTCF et de les remplacer par un nouveau cursus compatible avec le « LMD ». Les nouveaux « masters spécialité CCA » actuellement présentés comportent deux années d'études positionnées à Bac + 4 et Bac + 5 (c'est-à-dire décalées d'un an par rapport à l'ancienne maîtrise), mais plusieurs universités ont demandé aussi l'habilitation d'un « L3 » spécialisé correspondant à la première année de MSTCF. L'une des principales difficultés de ce dispositif est que, d'après les textes en vigueur, il n'est pas possible d'effectuer une sélection à l'entrée en master (cela n'est possible que pour le passage en deuxième année), alors que cette filière était par nature très sélective. Quant aux dispenses, vingt masters CCA avaient déjà présenté leur dossier à la Commission consultative au mois de juin, sans attendre la parution des textes définissant le nouveau régime : la demande porte sur une dispense de toutes les épreuves du DSCG, à l'exception bien sûr des UE 1 et 4 qui sont obligatoires. Remarque :
Là encore, il paraît acquis que les dispenses seront accordées au cas par cas, et non pour tout « master CCA ». Et, même si les demandes sont satisfaites en totalité, la nouvelle situation rendra la voie universitaire moins attrayante qu'auparavant, puisqu'elle se traduit par un allongement des études d'une année.
DPECF, DECF et DESCF : dernière session d'examens en 2007 Le calendrier des examens 2007, dernière année du régime 1981, différera sensiblement de celui des années précédentes. Il a paru souhaitable d'organiser les épreuves le plus tôt possible afin que les candidats qui échoueront (notamment au DPECF) puissent s'inscrire dans les formations adaptées au nouveau régime qui seront mises en place dès l'automne 2007. Les dates arrêtées sont les suivantes :
préinscription DPECF, DECF, et DESCF : du 8 février 2007 au 5 mars 2007 ;
épreuves du DPECF : les 4, 5, 6 et 7 juin 2007, résultats début septembre ;
épreuves du DECF : les 4, 5, 6, 7,10 ,11 et 12 septembre 2007 ;
DESCF : oral à partir du 2 novembre 2007, épreuves écrites les 3 et 4 décembre 2007, session spéciale (oral) à partir du 2 janvier 2008.


 HYPERLINK "http://www.compta-online.com/diplome-expertise-comptable-DEC.html" Le diplôme final : diplôme d'expertise comptable DEC
Le diplôme final : diplôme d'expertise comptable (DEC) Le DEC, tel que défini en 1981, a connu peu de modifications depuis, ce qui est assez compréhensible : il s'agit d'un examen d'aptitude professionnelle qui est passé après une période de trois années au cours desquelles le candidat est pleinement immergé dans l'exercice de la profession, même si ce n'est qu'en qualité de « stagiaire ». Il ne s'agit plus ici de faire état de nouvelles connaissances acquises, mais d'apporter la preuve que l'on maîtrise les compétences requises pour l'exercice du métier. Il y a actuellement deux sessions annuelles du DEC. Celui-ci comporte :
une épreuve écrite assez ardue portant sur la révision légale et contractuelle des comptes, à partir d'une ou plusieurs études de cas se rapprochant autant que possible de situations réelles,
un oral, qui est en fait un entretien avec le jury, sur les conditions de déroulement du stage, et avec des questions portant sur la profession et sa déontologie,
et la soutenance du mémoire d'expertise.
La soutenance du mémoire Cette épreuve s'avère assez lourde, non en ce qui concerne la soutenance proprement dite, mais en raison du processus dont elle est l'aboutissement : le sujet du mémoire et le plan de travail, décrits dans une notice détaillée soumise au jury, doivent préalablement avoir été agréés (mais il peuvent être contestés), puis le mémoire une fois rédigé est envoyé à un jury de deux personnes, devant lesquelles le candidat va devoir enfin présenter son travail, défendre ses choix et répondre aux questions... dans l'espoir que son mémoire sera accepté. Toutefois, l'encadrement dont bénéficie le futur expert comptable pendant son stage, les journées de formation auxquelles il est soumis, et enfin les rapports semestriels qu'il doit rédiger, dont l'un porte précisément sur le projet de mémoire, le préparent assez bien à cette épreuve et le plus souvent la principale difficulté est de trouver le temps nécessaire à la conception et la rédaction de l'étude qui sera présentée. L'épreuve écrite L'épreuve écrite, quant à elle, repose sur une « mise en situation » à partir d'un ou de plusieurs dossiers généralement copieux, et pour le traitement desquels le candidat peut utiliser toute la documentation qu'il souhaite apporter avec lui. Certes, les candidats ne sont pas tous égaux devant cette épreuve puisque, en fonction de leur expérience professionnelle, les sujets abordés leur seront plus ou moins familiers, voire étrangers. Mais une bonne connaissance des différentes missions de l'expert comptable et leur aptitude à « réagir en professionnels » doivent leur permettre d'obtenir, au pire, une note médiocre qui sera compensée par les épreuves orales, pour lesquelles la notation est facilement plus généreuse. L'entretien avec le jury L'entretien avec le jury, d'une durée d'une heure au maximum, est davantage un contrôle du déroulement du stage qu'une épreuve d'examen à proprement parler, même si des questions sur l'exercice de la profession et la déontologie sont prévues. Rappelons que, pour pouvoir se présenter à l'examen final, le candidat doit avoir accompli son stage professionnel de trois ans et avoir satisfait aux obligations qu'il comporte. La pertinence de cette « épreuve » a souvent été contestée et il est question depuis longtemps de la supprimer, ce qui ne sera pas nécessairement dans l'intérêt des candidats, car les notes traditionnellement élevées qui y étaient attribuées étaient bienvenues pour compenser une faiblesse à l'écrit. L'évolution prévisible Si les épreuves du DEC n'ont connu aucune modification depuis 1981, les conditions du stage ont en revanche évolué, notamment pour en renforcer le suivi et le contrôle, et aussi pour le faire converger avec le stage qui est requis pour présenter l'examen d'aptitude aux fonctions de commissaire aux comptes (qui va devenir « certificat d'aptitude ») : les dernières adaptations sont intervenues en 2002. Il reste à revoir, à l'occasion d'une réforme d'ensemble, les conditions de l'examen terminal. Non pas, bien sûr, l'épreuve du « mémoire d'expertise », qui constitue la plus ancienne tradition dans les études comptables supérieures (elle existait déjà, sous sa forme actuelle, avant 1981), ni l'épreuve écrite, dont la pertinence n'a jamais été remise en cause. La seule modification, annoncée depuis plusieurs années, est la suppression de l'épreuve orale (sachant que des questions relatives à la profession et à sa déontologie pourraient être incluses dans l'épreuve écrite). Deux points restent toutefois en suspens :
la redéfinition des conditions d'entrée en stage (le DSCG complet sera-t-il requis ou bien, comme c'est actuellement le cas avec le DESCF, le stage pourra-t-il commencer sous réserve de valider le diplôme dans un délai d'un an ?) ;
le maintien de deux sessions d'examen ou l'organisation d'une seule session d'écrit (avec le maintien, éventuellement, de deux sessions pour le mémoire).
Le DEC est défini par un décret distinct de celui qui régit les autres diplômes comptables : c'est donc un second décret nouveau qui doit être promulgué pour en modifier les conditions. Toutefois, celui-ci peut être adopté plus tardivement puisqu'il n'y a pas, à ce niveau, de programme de formation à adapter.

Sources: Auteur : Alain Chiavelli Article paru dans la revue RF Comptable n°331 septembre 2006. Copyright 2006 Groupe Revue Fiduciaire - Tous droits de reproduction et de représentation réservés